La Banque mondiale appelée à prendre des mesures contre le Rwanda

La Banque mondiale appelée à prendre des mesures contre le Rwanda
La Banque Mondiale

La Banque Mondiale

L’effet déstabilisateur des actions de Kigali dans la région des Grands lacs du fait de son soutien à des groupes armés responsables de graves atteintes aux droits humains en RDC est à la base de la requête de Human Right Watch.

Face aux violations flagrantes des droits humains fondamentaux sur le territoire rwandais et en terre congolaise, l’ONG internationale Human Rights watch (HRW) en appelle à une réaction immédiate de la Banque mondiale. Le silence de ce bailleur de fonds face à la situation actuelle dans la région des Grands lacs et dont est responsable le Rwanda est considéré comme « un manque de respect des obligations en matière de droits humains ».

Dans un communiqué rendu public au début du mois de septembre, HRW appelle la Banque mondiale a prendre en compte l’effet déstabilisateur des actions du Rwanda dans la région des Grands lacs du fait de son soutien à des groupes armés responsables de graves atteintes aux droits humains en RDC. Il invite cette institutions financières à soulever auprès du gouvernement rwandais les préoccupations relatives aux graves violations de droits humains au Rwanda et au soutien militaire rwandais persistant pour des groupes armés qui commettent des violations de droits humains en RDC, à la fois publiquement et en privé.

Selon HRW la Banque mondiale ne devrait pas exclure de remettre en cause sa relation avec le Rwanda au cas où le gouvernement rwandais omettrait de prendre des mesures immédiates pour répondre à ses préoccupations. Parmi les mesures à prendre vis-à-vis de Kigali, s’inscrit également la possibilité de revoir tous les programmes de la Banque mondiale et les projets au Rwanda pour s’assurer que les fonds de ladite institution financière internationale ne contribuent pas à des atteintes aux droits humains, directement ou indirectement, que ce soit au Rwanda ou en RDC.

HRW n’exclut pas un examen de l’appui budgétaire direct de la Banque mondiale au Rwanda compte tenu du soutien militaire rwandais persistant au M23 responsable de graves violations de droits humains. L’action de la Banque mondiale devrait s’inscrire dans la logique des décisions des états occidentaux, grands bailleurs de fonds au Rwanda, qui avaient suspendu ou retardé une partie de leur aide à Kigali, en juillet et août suite à la publication d’un rapport du groupe d’experts des Nations unies documentant la fourniture d’armes, de munitions, de recrues et d’autres formes de soutien par des responsables militaires rwandais au groupe armé congolais M23 en violation de l’embargo sur les armes des Nations unies sur la RDC. « D’autres bailleurs de fonds sont également en train de revoir leur politique d’aide pour le Rwanda », a précisé HRW.

Selon l’ONG internationale, le gouvernement rwandais a bénéficié d’un fort soutien de la Banque mondiale, malgré les preuves évidentes de son mépris des droits humains fondamentaux à l’échelle nationale ainsi que dans le pays voisin, la RD Congo. La Banque mondiale est l’un des bailleurs de fonds les plus importants au Rwanda, avec un portefeuille de prêts de près de trois cents millions de dollars américains dans des projets actifs en mars 2012, dont plus de cent millions fournis au titre de soutien budgétaire général chaque année.

Jules Tambwe Itagali



Related Articles

Chevron, Shell, Total, BP accusés d’entente sur les prix en Afrique du Sud

La Commission de la concurrence sud-africaine a accusé mercredi les filiales locales des groupes pétroliers Chevron, Shell, Total et BP

Terrorisme: Comment la CIA a versé un millions de dollars à Ben Laden

C’est le New York Times, dans son édition du 14 mars 2015, qui soulève le lièvre. Citant des sources officielles

Les combats se sont poursuivis dans l’est de la RDC, au nord de Goma

Les combats se sont poursuivis mardi dans l’est de la RDC, au nord de Goma, pour le 3ème jour consécutif,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*