La BEAC va ouvrir une agence à Oyo, au Congo

La BEAC va ouvrir une agence à Oyo, au Congo

Inscrit dans le cadre de la nouvelle génération des installations de l’institut d’émission sous-régional, cette infrastructure de quatre niveaux sera bâtie sur un terrain d’une superficie de 24.000 mètres carrés.

Ce nouveau centre, a souhaité le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC), Lucas Abaga Nchama, devrait contribuer au développement d’Oyo et de sa région en même temps que la Banque centrale en attend un rôle d’aiguillon sur le dynamisme économique de sa zone d’implantation.

Oyo, selon les autorités congolaises, est en effet appelé à devenir une Zone économique spéciale (ZES) du Congo.

En terme d’infrastructures, l’on annonce l’ouverture imminente d’un aéroport international et d’un hôtel de classe international, la construction d’un hôpital général de référence, le bitumage de ses principales artères, de même que la fourniture de l’énergie électrique et de l’eau potable.

Oyo devrait également accueillir une unité industrielle de construction de panneaux solaires, l’implantation d’une société brassicole, d’une uinté d’élevage de bovins ainsi que l’ouverture de plusieurs agences bancaires.

La représentation congolaise de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) dispose déjà de centres à Brazzaville (1973), Pointe Noire (1975) et Ouesso (2009).

 

© APA / ODA

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
BEACcongoOyo

Related Articles

Gabon: pauvreté endémique malgré une croissance vigoureuse

La croissance économique au Gabon reste vigoureuse grâce aux ressources pétrolières mais la pauvreté dans le pays reste endémique, a

Présidentielle au Tchad: Idriss Deby candidat du parti au pouvoir

[GARD align= »center »] Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 25 ans, a été choisi par le

Nigeria: étude sur la possibilité d’amnistier des islamistes

Le président du Nigeria, Goodluck Jonathan a constitué jeudi un groupe d’experts pour étudier la possibilité d’amnistier des insurgés islamistes

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*