La CEDEAO annonce un embargo diplomatique et économique contre le Mali

La CEDEAO annonce un embargo diplomatique et économique contre le Mali

DakarLes chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont décidé, lundi à Dakar, d’appliquer immédiatement un embargo diplomatique et économique contre le Mali jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel, a annoncé le président ivoirien Alassane Ouattara.

 ‘’Nous avons décidé que les résultats de la réunion du 27 mars seront d’application immédiate jusqu’à ce que le Comité national de redressement pour la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE) retourne à l’ordre constitutionnel‘,’ a-t-il notamment dit.

Lisant la déclaration du mini-sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO, Alassane Ouattara a indiqué que les sanctions, consistant en un embargo diplomatique et économique sur les membres du CNRDRE et leurs proches collaborateurs, ’’seront appliqués immédiatement’’.

’’La junte doit se mettre à l’écart du processus démocratique et retourner le pouvoir aux autorités constitutionnelles’’, a expliqué M. Ouattara, président en exercice de la CEDEAO.

Il a en outre souligné que la réunion de Dakar a décidé d’activer immédiatement sa force d’attente. A cet effet, les chefs d’état-major des pays membres de la CEDEAO vont se réunir dans la semaine à Abidjan.

Alassane Ouattara s’est réjoui de la disponibilité de certains pays occidentaux à apporter des moyens à la force d’attente.

Au total 13 dirigeants de l’Afrique de l’ouest ont entamé lundi après-midi à Dakar une réunion extraordinaire consacrée à la crise au Mali, a constaté l’APS.

Le nouveau président de la République du Sénégal, Macky Sall, qui venait d’être installé quelques heures plus tôt, n’y a pas pris part.

Cette réunion regroupe notamment 12 chefs d’Etat, sur les 15 membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Frontalière du Mali et non membre de la CEDEAO, la Mauritanie y était représentée par son président Mohamed Ould Abel Aziz.

Les participants dirigent les Etats suivants : Bénin (Yayi Boni), Burkina Faso (Blaise Compaoré), Cap-Vert (Jorge Carlos Fonseca), Côte d’Ivoire (Alassane Ouattara), Gambie (Yaya Jammeh), Ghana (John Ata-Mills), Guinée-Bissau (Raimundo Pereira), Guinée (Alpha Condé), Liberia (Elen Johnson Sirleaf), Niger (Mouhamadou Issoufou), Sierra Leone (Ernest Bai Koroma) et Togo (Faure Gnassingbé).

Le nouveau président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, ainsi que celui de la Commission de l’UEMOA, Cheikh Hadjibou Soumaré y ont également assisté.

Le président Amadou Toumani Touré a été renversé, le 22 mars, par un groupe de militaires, dirigé par le capitaine Amadou Sanogo, qui s’étaient d’abord mutinés pour protester contre la faiblesse des moyens de l’armée dans la lutte contre la rébellion au nord du pays.

© APS

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
alassaneCEDEAOouattaraprésidentréunion

Related Articles

Zimbabwe: interdiction de crier pendant l’accouchement

Un cri, une amende. C’est une information révélée par l’organisation anti-corruption Transparency International et relayée par le « Washington Post

Somalie: 34 civils tués dans un raid suicide et un attentat à Mogadiscio

Un raid suicide d’islamistes contre le principal tribunal de Mogadiscio et un attentat à la voiture piégée ont tué 34

Elections contestées en Afrique francophone : Boni Yayi propose des organes indépendants de gestion des élections

Confier l’organisation des élections à des autorités indépendantes dans les différents Etats de l’Afrique francophone, c’est la nouvelle proposition du

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*