La Centrafrique propose au général Mokoko 30 gendarmes pour sa sécurité

[GARD align= »center »]

Le général Jean-Marie Michel Mokoko / image d'archives

Le général Jean-Marie Michel Mokoko / image d’archives

Dans notre dernière publication titrée « Congo-Brazza: sur décision du ministre Mondjo, le général Mokoko n’a plus les éléments pour sa sécurité. » nous avions mis sur la place publique, un des traitement réservé à ceux qui s’était opposé à l’idée d’un référendum au Congo en vue de modifier la constitution de 2002.

Selon nos sources auprès de l’Union Africaine et de l’Etat Centrafricain, trois pays (anglophones) ont proposé un contingent de trente éléments pour assurer la sécurité du général Mokoko. On se rappellera que le ministre délégué à la défense du Congo, Richard Mondjo avait pris un arrêté dans lequel il avait intimé l’ordre au commandant en charge de la gestion du détachement Congolais de faire retirer les éléments postés pour la sécurisation de la résidence du général Jean-Marie Michel MOKOKO.

Mais, l’offre de ces pays membres de l’Union Africaine s’est vu devancer par celle de la République Centrafricaine. En effet, la RCA a immédiatement proposé au général Mokoko, trente gendarmes pour assurer sa sécurité et celle de sa résidence à Bangui. Une manière pour la Centrafrique de remercier le général congolais qui avait oeuvré pour la formation des gendarmes centrafricains après le départ de Bozize et Djotodia. 

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
CentrafirquecongoMokokosassouUnion africaine

[GARD align="center"] [fbcomments]

Related Articles

Un bateau médical attendu en août au Congo

Un bateau-navire dénommé ‘’Mercy-Africa’’ de l’Ong Mercy-Ships d’origine américano- britannique est attendu en août prochain au Congo avec à bord

Lancement au Congo des activités de la société agro-industrielle (Atama Plantation)

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, a procédé jeudi à Yingo (environ 800 km au nord de Brazzaville)

Départ de Sassou Nguesso : la réponse d’Akouala à Kamerhe

[GARD align= »center »] Plus rien ne va entre les autorités de Brazzaville et Vital Kamerhe, président de l’Union pour la Nation

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*