La Côte d’Ivoire ferme toutes ses frontières avec le Ghana après une attaque

La Côte d’Ivoire ferme toutes ses frontières avec le Ghana après une attaque
La Côte d'Ivoire ferme toutes ses frontières avec le Ghana

Paul Koffi Koffi a confirmé qu’une attaque s’était aussi déroulée jeudi soir à Noé, sans pouvoir donner davantage d’informations dans l’immédiat.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a ordonné vendredi la fermeture de toutes les frontières entre son pays et le Ghana, après l’attaque d’un poste-frontière ivoirien par des hommes armés qui se sont ensuite repliés au Ghana, a-t-on appris de source officielle.

« Aux environs de 3 heures du matin, la position des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) au poste frontalier de Noé a subi l’attaque d’élémenrs armés en provenance du Ghana », a déclaré le ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi, lisant un communiqué de la présidence sur la chaîne de télévision publique RTI.

« Après des échanges de coups de feu, cinq assaillants ont été tués et cinq arrêtés. Le reste des assaillants s’est replié en territoire ghanéen. Les FRCI comptent un blessé léger », a-t-il ajouté.

« Informé de la situation, le président Alassane Ouattara a consulté les ministres de l’Intérieur et de la Défense et a informé son homologue ghanéen du repli des assaillants en territoire ghanéen et qu’il avait ordonné pour des raisons de sécurité la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes en direction du Ghana, jusqu’à nouvel ordre », a annoncé Paul Koffi Koffi.

De nombreux responsables politiques et militaires de l’ex-régime ivoirien ont trouvé refuge au Ghana, qui partage une frontière de près de 700 km avec la Côte d’Ivoire, ce qui a créé des tensions entre Accra et Abidjan.

Le président ghanéen John Dramani Mahama a cependant assuré le 5 septembre, lors d’une visite à Abidjan, qu’il ne laisserait pas son pays servir de « base arrière » pour déstabiliser la Côte d’Ivoire.

Le ministre de la Défense a d’ailleurs salué la « franche coopération » entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, « renforcée par la récente visite de John Dramani Mahama.

Une vague d’attaques a visé en août les forces de sécurité, à Abidjan, dans ses environs et dans l’ouest du pays, marquant le plus grave regain de tension en Côte d’Ivoire depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts.

Elles avaient été attribuées par les autorités à des partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo, ce que dément le parti de l’ex-chef de l’Etat, le Front populaire ivoirien (FPI).

Avec AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
arméecote d'ivoirefrontièresGhanapolicetroubles

Related Articles

RDC: le M23 poursuit les recrutements forcés des civils pour contrer les forces onusiennes au Nord-Kivu

La rébellion du 23 mars (M23) poursuit les recrutements forcés des civils dans les localités sous son occupation, dans le

Syrie: Poutine met en doute l’efficacité de sanctions contre Damas

PARIS – Le président russe Vladimir Poutine a mis en doute vendredi à Paris l’efficacité de sanctions qui seraient prises

Le Nigeria ferme une partie de sa frontière avec le Cameroun pour lutter contre le terrorisme

[GARD align= »center »] Le Nigeria a fermé une partie de sa frontière avec le Cameroun pour tenter de bloquer les déplacements

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*