La CPI surveille la Centrafrique

La CPI surveille la Centrafrique

La procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a mis en garde les éventuels responsables de crimes et violations des droits de l’homme en Centrafrique, affirmant qu’ils seraient poursuivis.

« Les Centrafricaines et Centrafricains ont déjà trop souffert. Je n’hésiterai pas à poursuivre en justice ceux qui sont responsables de leur souffrance », a déclaré Fatou Bensouda dans un communiqué.

« La situation en République centrafricaine empire de jour en jour et le nombre de victimes civiles affectées par des crimes graves ne cesse d’augmenter », a-t-elle ajouté, précisant que son bureau examinait « de très près” les allégations de crimes relevant de la compétence de la Cour – y compris des attaques contre des civils, meurtres et pillages – en République centrafricaine ».

« Notre mandat est de mettre fin à l’impunité pour de tels crimes et notre compétence s’étend sur tout le territoire de la République centrafricaine », a ajouté la procureure de la CPI.

La situation dans le pays s’est considérablement dégradée ces dernières semaines après la chute du régime du président François Bozizé, renversé le 24 mars par la rébellion de la Séléka.

Des pillages et tueries sont multipliés.

bbc.co.uk

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Abdou Diouf: « L’Afrique est le futur de la Francophonie »

« L’Afrique est le futur de la Francophonie », clame son secrétaire général, Abdou Diouf, à la veille du premier sommet de

Mali: La junte face aux rebelles touareg

Les 15 pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont « mis en alerte une force

Conakry dément la présence de Jammeh sur son sol

[GARD align= »center »] Les autorités guinéennes ont coupé court à l’information faisant état de la présence de Yahya Jammeh à Conakry.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*