La libéralisation du secteur de l’électricité en RD Congo

La libéralisation du secteur de l’électricité en RD Congo

Les opérateurs privés pourront, dans l’avenir, investir dans le secteur de l’électricité, actuellement monopolisé par l’Etat, en République démocratique du Congo (RDC), a appris APA mercredi à Kinshasa où l’Assemblée nationale (chambre basse du parlement) a examiné la veille une nouvelle loi sur l’électricité.

La chambre basse du parlement congolais a voté mardi la loi sur l’électricité en RDC, consacrant ainsi la fin du monopole de la gestion du secteur par la seule Société nationale d’électricité (SNEL, publique).

Cette nouvelle loi devra entrer en vigueur après sa promulgation par le chef de l’Etat congolais.

Les opérateurs privés pourront ainsi investir dans l’ensemble de la chaîne de l’électricité comprenant la production, le transport et la distribution constituant jusque-là un monopole de la SNEL.

La RDC a un potentiel hydroélectrique estimé à 100.000 MW, dont près de 55 % sont concentrés dans la zone d’influence d’Inga (ouest du pays), mais seulement 6 % de la population est desservie en électricité.

Dans la plupart des villes et centres urbains desservis, les abonnés se plaignent généralement de la perturbation de la fourniture du courant marquée par des coupures intempestives et le délestage.

APA / ODA / Ph Radio Okapi

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
électricitéRDC

Related Articles

Le nom de domaine Ebola.com vendu pour plus de 200 000 dollars

[GARD align= »center »] Le malheur des uns fait le bonheur des autres et l’épidémie d’Ebola a permis aux propriétaires du nom

« L’actualité africaine en 5 titres » du 06 novembre 2016

[GARD align= »center »] Bénin : Ajavon jugé pour trafic de drogue L’homme d’affaires franco-béninois, Sébastien Ajavon, a été jugé, vendredi, en

Le Liberia lance une vaste étude pour mieux cerner le « syndrome post-Ebola »

Le Liberia a lancé une vaste étude de cinq ans, faisant appel à plusieurs milliers de volontaires, pour mieux cerner

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*