La RD Congo lance un ultimatum aux exportateurs de minerais

La RD Congo lance un ultimatum aux exportateurs de minerais

Un et deux et de trois… la République Démocratique du Congo (RDC) n’a pas dit son dernier mot face aux opérateurs miniers. En effet, Kinshasa a décidé de relancer pour la troisième fois sa loi obligeant les sociétés minières transformer sur place le cuivre et le cobalt, avant exportation. Sera t-elle la bonne?

Le gouvernement congolais affiche une fermeté qui n’est pas du goût des industriels du secteur. Dans sa lutte contre les exportations de concentrés de cobalt et de cuivre, Kinshasa parait bien seul. La décentralisation aidant, Moîse Katumbi, le puissant gouverneur du Katanga – l’eldorado congolais du cuivre, a d’ores et déjà déclaré qu’il n’appliquerait pas la mesure. Rappelons ici que la RDC est l’un des principaux producteurs de cuivre au monde, avait déjà tenté d’introduire des règles similaires en 2007, puis en 2010.

Par la voix de son ministre des Mines, Martin Kabwelulu qu’un délai de trois mois sera accordé aux miniers afin de leur permettre d’ajuster leurs opérations. Puis d’ajouter que le gouvernement s’entretiendra avec les sociétés minières opérant dans le pays pour examiner la question des sources d’énergie.

Il est peu probable que cette interdiction d’exporter affectera les grands producteurs que sont Freeport McMoRan ou le trader de matières premières Glencore, qui traite déjà à l’intérieur du pays le gros du cuivre qu’il produit. À l’inverse, le minier kazakh ENRC, Mawson West et Tiger ressources devraient être durement touchés par la mesure. ENRC, qui exporte en Zambie du concentré de cuivre pour y être transformé, développe actuellement une nouvelle mine qui produira 40 000 tonnes de concentré de cuivre cette année.

Roger Musandji
Avec Jeune Afrique Economie

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
CobaltcuivreRDC

Related Articles

La CPI autorise Jean-Pierre Bemba à faire une déclaration sans serment

La Chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) a autorisé l’opposant congolais Jean-Pierre Bemba, détenu à la

RDC: affrontements entre l’armée et de présumés rebelles ougandais près de Beni

 [GARD align= »center »] Des affrontements ont opposé lundi après-midi l’armée congolaise et de présumés rebelles musulmans ougandais près de Beni, une

RDC : le chef du bureau local des droits de l’Homme de l’ONU a quitté le pays

[GARD align= »center »] Le chef du Bureau des droits de l’Homme des Nations unies en République démocratique du Congo, déclaré indésirable

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*