La société africaine s’en fout-elle de ses fous ?

[GARD align= »center »]

Hospital psy

En Afrique les malades mentaux sont marginalisés voire oubliés par la société tout entière. Le traitement et la prise en charge des malades sont quasi inexistants. Les bailleurs de fonds et les pouvoirs publics plus préoccupés par la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme ou la tuberculose s’intéressent très peu à cette maladie dite de la honte en Afrique.

Mamadou Sylla ancien ouvrier à la zone industrielle de Yopougon en Côte d’Ivoire est depuis plus dizaine d’années atteint de trouble psychiatrique. Maladie qu’il a contracté après avoir perdu son emploi de magasinier dans une usine de plastique et depuis il est devenu la risée du quartier. Comme lui plusieurs malades sont dans la même situation, errant dans les rues ou dans les marchés à fouiner ordures et immondices. La scène est partout la même sur le continent et les mentalités sont habituées à les voir ainsi.

En Afrique l’état de la psychiatrie est généralement dû aux raisons de pauvreté. Les subventions allouées au système de la santé sont pour la plupart en deçà des besoins, alors ceux de la santé mentale sont délaissés, surtout que le continent est frappé par d’autres maladies plus sérieusement mortelles que celles qui affectent seulement la mémoire.

À l’hôpital psychiatrique de Bingerville dans la banlieue de la capitale Ivoirienne, les malades en attente de soins sont obligés d’aller chercher remède ailleurs pour recouvrer la guérison. Le manque de médecin traitant et de soins expliquent cette situation scandaleuse. Les chiffres de l’organisation mondiale de la santé (OMS) sont très alarmants sur la situation. En Afrique il existe un psychiatre pour 5 millions d’habitants contre le chiffre de 1 pour mille dans les pays occidentaux. L’exemple de l’Éthiopie dans la corne de l’Afrique est plus que patent car dans ce pays il n’est qu’une dizaine de psychiatres pour l’ensemble de la population.

Marabouts et guérisseurs, derniers recours pour les malades

Le décor ainsi planté, les malades n’ont d’alternative que d’aller voir les guérisseurs, marabouts ou autres religieux pour leur salut. Au Sénégal 90% des malades ont recours à ces praticiens. Tout débute par une consultation chez l’oracle qui au nom des croyances traditionnelles trouvera que la personne est possédée par un esprit ou victime d’un mauvais sort. Le traitement peut ainsi démarrer avec tout un rituel et des sacrifices de tous ordres. Il faut chasser l’esprit malsain qui envoûte le malade par tous les moyens. L’attachement des populations Africaines aux croyances traditionnelles et mystiques contribue à condamner davantage les malades mentaux. Le manque de personnels qualifiés et d’infrastructures adéquates pour leur guérison fera qu’ils seront laissé pour compte aux mains des prêtres, guérisseurs et autres marabouts qui devant la tradition sont les mieux habilités pour leur redonner sens.

Durant combien de temps cette injustice faite aux malades mentaux durera encore en Afrique ? N’est-il pas temps de se pencher sur les réels causes de la dépression, de la schizophrénie et de l’épilepsie maladies très courante en Afrique.

Si les États Africains ne se penchant pas sur les solutions contre le chômage et les crises successives qui perdurent c’est sûr que le nombre de malades mentaux ne cessera d’accroitre sur le continent.

 

Fulbert Koffi

Fulbert Koffi

Journaliste Oeil d'Afrique, basé à Abidjan (Côte d'Ivoire), spécialiste des dossiers politiques et sociaux culturels.


Tags assigned to this article:
afriquehopitalmaladie

[GARD align="center"] [fbcomments]

Related Articles

Burkina: aucun ADN détectable sur les restes supposés de l’ex-président Sankara

[GARD align= »center »] Les analyses pratiqués sur la dépouille présumée de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara, tué en 1987 lors d’un

Rwanda: les déstabilisateurs peuvent être « tués en plein jour », menace Kagamé

[GARD align= »center »] Le président rwandais Paul Kagamé a rejeté les critiques faisant état d’arrestations arbitraires, menaçant même ceux qui cherchent

Yahya Jammeh va s’exiler en Guinée Équatoriale

[GARD align= »center »] L’ancien président gambien Yahya Jammeh qui a quitté son pays ce samedi à 21h 20 mn fera une escale

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*