La Turquie affirme avoir averti la France au sujet d’un des kamikazes de Paris

Près du Bataclan, des bougies aux couleurs du drapeau tricolore sont disposées pour rendre hommage aux victimes.|Reuters

Près du Bataclan, des bougies aux couleurs du drapeau tricolore sont disposées pour rendre hommage aux victimes.|Reuters

Selon un responsable gouvernemental turc, Ankara a mis en garde la France il y a environ un an à propos de l’un des kamikazes du Bataclan, Omar Ismaïl Mostefaï.

La Turquie a mis en garde à deux reprises en un an la France au sujet d’un des militants djihadistes qui s’est fait exploser vendredi soir lors des attentats de Paris, mais assure n’avoir reçu aucune réponse, a déclaré à l’AFP un responsable gouvernemental turc.

La police turque « a informé la police française deux fois, en décembre 2014 et juin 2015 » au sujet d’Omar Ismaïl Mostefaï, un des assaillants de la salle de concert parisienne du Bataclan, a précisé ce responsable sous couvert de l’anonymat, qui a ajouté :
Nous n’avons toutefois jamais eu de retour de la France sur cette question.

En octobre 2014, la Turquie a reçu une demande d’information de la France au sujet de quatre djihadistes présumés qui ne comprenait pas le nom du kamikaze présumé de Paris, selon cette source. La Turquie avait toutefois enquêté à son sujet car il était lié au groupe visé par les services français, a-t-elle ajouté.

Une demande d’information après les attentats

Le responsable turc a indiqué que ce suspect était entré sur le territoire turc en 2013 par la province d’Edirne (nord-ouest), aux confins des frontières bulgare et grecque. « Nous n’avons aucune trace de son départ du pays », a-t-il également indiqué.

Selon la même source, les autorités turques n’ont été sollicitées par la France sur le cas d’Omar Ismaïl Mostefaï qu’après la vague d’attaques, revendiquées par le groupe Etat islamique (EI), qui a fait au moins 129 morts vendredi soir à Paris. « Ce n’est qu’après les attaques de Paris que les autorités turques ont reçu une demande d’information de la France au sujet de Omar Ismaïl Mostefaï », a-t-il assuré.

Fiché pour radicalisation

Né dans la banlieue parisienne, Omar Ismaïl Mostefaï a participé à la prise d’otages sanglante du Bataclan avant de se faire exploser. Il a été identifié par son empreinte retrouvée sur un doigt sectionné. Selon le procureur de Paris François Molins, il avait été condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun et fiché pour sa radicalisation islamiste depuis 2010 mais n’avait « jamais été impliqué » dans un dossier terroriste.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Attentatsfrancejihadistesturquie

[fbcomments]

Related Articles

Italie: la ministre de l’Intégration Cécile Kyenge à nouveau visée par un acte raciste

La ministre de l’Intégration italienne, Cécile Kyenge, d’origine congolaise, est régulièrement la cible d’attaques racistes. Des militants du parti d’extrême-droite italien

François Bugingo, journaliste canadien suspendu pour de faux reportages

François Bugingo, qui aurait inventé plusieurs sujets dans des zones de conflits depuis 20 ans, a été sanctionné et interdit

Les Parlementaires Britanniques tirent la sonnette d’alarme au sujet l’aide au développement en faveur de l’Afrique

[dropcap font= »georgia »]U[/dropcap]ne commission de la Chambre des Lords,la chambre haute du parlement Britannique a envoyé une lettre cinglante au commissaire

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*