La visibilité politique sur les réseaux sociaux

La visibilité politique sur les réseaux sociaux

 [GARD align= »center »]

La présence et la visibilité d’un homme politique sur les sites de réseaux sociaux est-elle devenue une voie de passage incontournable pour communiquer en période électorale ? La recherche d’un contact plus authentique avec les électeurs ne se fait-elle pas au risque d’une perte de contrôle de l’image et du message ?

Aujourd’hui, pour des raisons d’image et de crédibilité, on attend des politiciens qu’ils soient présents sur les réseaux sociaux. Il faut être dans le coup et montrer qu’on maîtrise les outils technologiques.

Alors que les médias classiques perdent de leur efficacité, on juge même inconcevable de mener une campagne politique sans recourir aux médias sociaux. C’est grâce à ces derniers que l’on peut réagir très vite aux attaques adverses. Sauf que, très souvent, les responsables politiques continuent à faire de la communication unilatérale et pyramidale du haut vers le bas, plutôt que de susciter une forme de débat avec les usagers des réseaux sociaux.

Fréquenter les sites de réseaux sociaux, c’est toucher une population qui fréquente peu les médias traditionnels mais aussi des créateurs de tendance qui jouent un rôle de leaders d’opinion sur Internet.

Les médias sociaux permettent de créer l’impression artificielle que des milliers de gens, voire des millions, sont « regroupés » au même endroit, ce qui est très compliqué dans la vie réelle. Pour un homme politique, il y a moyen de créer le sentiment d’une communauté sinon de cœur, du moins d’idées. La possibilité d’intervenir, de répondre, d’argumenter, de participer, accroît en outre la facilité et l’authenticité du contact.

Reste à évaluer le véritable impact d’une action politique dans les réseaux sociaux, partant du fait que nombre de leurs usagers sont moins politisés que d’autres populations. Pour un responsable politique, qu’il aime ou pas cet outil de communication, quelque que soit sa « culture » technologique, il importe d’être présent sur ces réseaux, que ce soit sur Viadeo ou LinkedIn, ou sur Facebook et Twitter.

Les politiques ne peuvent pas s’absenter du monde virtuel, mais c’est au risque de perdre la main sur leur image et leur communication. L’espace entre vie publique et vie privée s’estompe, la notion de « off » chère aux journalistes vole en éclats, des photos, des vidéos peuvent être filmées à l’insu du responsable. C’est peut-être le prix à payer pour cesser de diffuser des messages et créer des conversations avec les électeurs.

La récente réélection du Président Barack Obama vient confirmer qu’une bonne communication sur les réseaux sociaux est bénéfique en période de campagne.

Une équipe de 750 community managers pour Obama

Barack Obama, c’est une équipe de 750 personnes qui travaillent exclusivement à sa communication sur les réseaux sociaux. Aucune organisation, personnalité politique, marque mondiale, célébrité ne peut se vanter d’avoir autant de community managers, passionnés par une cause et un message à transmettre.

Barack Obama en chiffre ça donne:

Facebook : 32 millions de fans.

Twitter : 22 millions d’abonnés.

Instagram : 1,6 millions d’abonnés. (9e personnalité la plus suivie au monde). Mais également la 10e photo la plus likée de l’histoire du réseau social, et plus de 80.000 photos publiées avec le hashtag officiel de sa campagne #Forward.

Reddit : une émeute virtuelle provoque 10.000 questions en quelques minutes lorsque le président annonce sa visite sur le site de discussion.

Foursquare : 166.000 abonnés.

Ustream : plus d’1,5 millions de personnes connectées en simultané pour suivre son meeting en direct hier soir en Ohio.

Pinterest : 36.000 abonnés.

Youtube : plus de 262 millions de vues sur sa chaîne, et toutes ses apparitions en live.

Google+ : 2,3 millions d’abonnés.

Tumblr : un blog mis à jour toutes les heures.

Une appli iPhone : un véritable réseau social dédié au président.

(Iabfrance)


Tags assigned to this article:
barack obamaréseaux sociaux

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Afrique: La jeunesse, diffuseur de nouvelles technologies.

Par Théophile Kouamouo Véritables indicateurs de tendances, les jeunes sont dragués par les opérateurs, qui voient en eux des diffuseurs

Innovation technologique: Mankou, inventeur de la 1ère tablette africaine, parle…

Verone Mankou est directeur général de l’entreprise VMK. Ce jeune congolais est surtout connu pour avoir mis récemment sur le

Côte d’Ivoire : Ouverture du 9ème salon de l’African télécom people à Abidjan

Les portes de la 9ème édition de l’African télécom people 2013 sont ouvertes depuis ce mardi 1 octobre à Abidjan.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*