« L’actualité africaine en 5 titres » du 03 juillet 2016

[GARD align= »center »]

actualité africaine en 5 titres

Liberia. L’ONU annonce officiellement la fin de ses opérations dans le pays

Les Nations unies ont annoncé officiellement jeudi la fin de la mission des Casques bleus au Libéria, un pays de l’Afrique de d’Ouest, où l’organisation avait déployé depuis 2003 son personnel civil et militaire, pour rétablir l’ordre constitutionnel après deux guerres civiles.  

La Mission des Nations unies au Liberia (Minul), qui comprenait jusqu’à 15.000 casques bleus, a réduit ses tâches et ses effectifs ces derniers mois, jusqu’à ce que le contrôle soit officiellement transféré jeudi aux forces armées libériennes.  Elle avait été déployée dans le pays en 2003 à la suite de deux guerres civiles particulièrement meurtrières, ayant opposé plusieurs factions, qui se disputaient le contrôle du Libéria.

La présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, a déclaré que beaucoup avait été fait pour préparer la transition mais que cela n’était pas suffisant à ce stade, ont rapporté des médias internationaux.

« Les contraintes des ressources ne nous ont pas permis d’aller aussi loin que nous aurions aimé en termes de formation à la sécurité, de logistique et de soutien à nos forces de sécurité », a ajouté la présidente libérienne. Depuis le 1er juillet 2016, quelque 1 240 soldats et 606 policiers des Nations unies ont été toutefois déployés sur le territoire libérien, mais ne pourront qu’intervenir qu’en cas d’urgence. 

Nigeria : Un diplomate sierra-léonais enlevé

Nelson Williams., un diplomate sierra-léonais a été enlevé au Nigéria. Les autorités nigérianes et sierra-léonaises affirment ne pas connaître l’identité des ravisseurs.

Ces derniers auraient demandé une rançon en échange de la libération de Nelson Williams. La police nigériane a pour sa part affirmé ne pas savoir où est détenu le fonctionnaire sierra-léonais.

M. Williams travaillait pour les services diplomatiques de son pays au Nigeria, où les enlèvements suivis de demandes de rançons sont monnaie courante dans certaines parties du Nigeria.

Aéronautique : Des avions du Zimbabwe retirés de la liste noire européenne

Au moins de 216 compagnies aériennes, provenant de 19 pays, sont interdits d’exploiter leurs lignes en Europe car leurs avions ne répondent pas aux normes de sécurité internationale. Ces compagnies figurent dans la liste noire européenne qui autorise à nouveau des appareils du Zimbabwe à survoler et atterrir dans l’espace de l’UE.

Les avions d’Air Madagascar, de Citilink, Lio Air et Batik Air d’Indonésie ainsi que ceux de toutes les compagnies zambiennes sont de nouveau autorisés à atterrir ou décoller en Europe. Ces appareils des différents pays sont ainsi retirés de la liste noire des transporteurs aériens qui font l’objet d’une interdiction ou de restrictions d’exploitation dans l’Union européenne.

En outre, Iran Air a reçu l’autorisation d’exploiter à nouveau la plupart de ses avions dans l’Union européenne. L’Union européenne a interdit des compagnies de 19 pays dans son espace. On peut citer Blue Wing Airlines  du Suriname, Iraqui Airways d’Iraq, de Daallo Airlines de Djibouti de Zhetysu Aircompany du Kazakstan, des appareils équato-guinéens, béninois, libériens, libyens, mozambicains, congolais (Brazzaville et Kinshasa), etc.

Des restrictions concernent la flotte Taag Angola Airlines d’Angola, Air Service Comores des Comores, Air Koryo de la Corée du Nord sont autorisés à affréter des avions en UE « mais seulement avec certains appareils de leurs flottes (Fokker F100, Boeing B777-200, TR-LGY ».

Le Rwanda pointé par Washington pour trafic d’êtres humains

Le rapport annuel du département d’Etat américain sur le trafic d’êtres humains dans le monde publié fin juin épingle le Rwanda. Les Etats-Unis ont cette année dégradé la position du pays d’un cran au niveau 2 des Etats sous surveillance, en raison de l’implication d’officiels rwandais dans le recrutement de réfugiés burundais, dont des mineurs dans des groupes armés durant l’année 2015.

En février, les Etats-Unis avaient déjà accusé le Rwanda de recruter des réfugiés pour les enrôler dans une opposition armée. Washington enfonce donc le clou. Et la réaction de Kigali ne s’est pas fait attendre.

Selon le rapport des Etats-Unis, des officiels rwandais ont été complices de recrutements de réfugiés burundais dont des enfants et de trafic sexuel dans un camp de réfugiés congolais. Les Etats-Unis accusent également les autorités de n’avoir mené que des « enquêtes limitées ».

C’est un rapport « politique » et une « déformation délibérée » de la réalité, a immédiatement dénoncé dans un communiqué Mathilde Mukantabana, l’ambassadrice rwandaise à Washington. Outre un déclassement du Rwanda, Washington a de nouveau inscrit Kigali sur la liste des pays impliqués dans le recours aux enfants soldats.

Deux tués, dont un militaire, dans une série d’attaques dans le nord du Mali

Deux personnes, dont un militaire, ont péri dans une série d’attaques menées dans plusieurs localités du nord du Mali, où les assaillants ont aussi incendié des camions de sous-traitants de l’ONU, selon des sources militaires et des élus locaux.

Une des attaques a visé tard vendredi soir un poste de la gendarmerie malienne à Ménaka (nord-est), à plus de 300 km de Gao, la plus grande ville du vaste Nord malien, ont indiqué deux sources militaires.

Non identifiés, les assaillants étaient « deux hommes armés », ils ont tué un militaire et blessé « deux autres hommes en uniforme », a indiqué une de ces sources militaires, un officier en poste à Ménaka, sous couvert d’anonymat.

Une autre attaque, perpétrée jeudi à Gao, a fait un mort, a affirmé un élu de la ville. Selon lui, la victime est « un élément local du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) », chargé de conduire des patrouilles mixtes composées des signataires de l’accord de paix de mai-juin 2015 (forces maliennes, groupes armés pro-Bamako, ex-rébellion à dominante touareg).

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafrique

[fbcomments]

Related Articles

Maurice: démission du président Kailash Purryag

Le président de Maurice Kailash Purryag a annoncé vendredi sa démission dans un communiqué, ouvrant la voie à la première

Burundi: l’élection présidentielle n’était «pas crédible», estime Obama

L’élection présidentielle burundaise, qui a reconduit au pouvoir Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat controversé, n’était «pas crédible», a dénoncé

« L’actualité africaine en 5 titres » du 13 juin 2016

[GARD align= »center »] Bénin: la diffusion d’un message d’alerte terroriste sème la confusion Ce week-end, plusieurs sites internet ont annoncé que

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*