« L’actualité africaine en 5 titres » du 05 septembre 2016

[GARD align= »center »]

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

L’Onu au chevet du Gabon en vue du dénouement de la crise post-électorale

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu pour l’Afrique Centrale (Unoca), Abdoulaye Bathily a affirmé avoir rencontré à Libreville le président Ali Bongo et l’opposant Jean Ping en vue du dénouement de la crise post-électorale dans laquelle, le Gabon est plongé depuis la publication mercredi des résultats provisoires de la présidentielle du 27 août 2016.

M. Bathily qui  entamé une médiation, a indiqué que  le président Ali Bongo a accepté de le recevoir et il a rencontré M. Ping à plusieurs reprises. « Grâce à ces rencontres nous avons pu obtenir la libération des membres de l’opposition qui étaient retenus au quartier général de campagne de Jean Ping. Nous estimons que cela ne suffit pas car ce qui est important aujourd’hui pour le Gabon c’est que nous parvenions à l’apaisement du climat politique », a-t-il dit.

Selon lui, il est également « absolument nécessaire que les activités économiques et sociales reprennent parce que le pays risque de plonger dans le chaos dont les conséquences sont déjà visibles. Il est essentiel que tous les acteurs politiques de l’opposition et leurs alliés ainsi que le parti au pouvoir appellent à l’apaisement ».

« Le message que j’ai transmis à chacun est celui de la communauté internationale à commencer par les Nations Unies, qui demandent l’arrêt des violences. Il faut que les voies de droit soient empruntées pour régler le conflit post électoral et que cela se fasse dans un climat d’apaisement », a ajouté M. Bathily.

Soudan du Sud: Juba accepte le déploiement de Casques bleus supplémentaires  

Le président sud-soudanais Salva Kiir et son gouvernement, soumis à une intense pression diplomatique du Conseil de sécurité de l’ONU, ont donné dimanche leur accord au déploiement de 4.000 Casques bleus supplémentaires dans leur pays meurtri par une guerre civile dévastatrice.

Cette « force de protection », composée de troupes africaines, est censée sécuriser la capitale Juba, théâtre de combats meurtriers du 8 au 11 juillet qui ont opposé les troupes du président Kiir à celles de l’ex-chef rebelle et alors vice-président du pays, Riek Machar.

Cette flambée de violences avait fait plusieurs centaines de victimes et mis en péril un fragile accord de paix signé en août 2015 pour mettre un terme à une guerre civile débutée en décembre 2013 et marquée par des atrocités dont se sont rendus coupables les deux camps.

« Le gouvernement de transition d’unité nationale donne son accord au déploiement de la force régionale », selon un communiqué. Le ministre sud-soudanais des Affaires gouvernementales Martin Elia Lomoro a toutefois précisé dimanche que « les modalités » du déploiement de cette « force de protection », autorisée le 12 août par l’ONU, devaient encore être discutées.

Mali : le ministre de la Défense limogé

Le ministre malien de la Défense, Tiéman Hubert Coulibaly, a été limogé samedi, après la prise la veille d’une ville du centre du pays par des djihadistes, annoncent des sources officielles.

« Le décret de nomination des membres du gouvernement est abrogé en ce qui concerne M. Tieman Hubert Coulibaly », précise le communiqué officiel.

Selon un responsable du ministère malien de la Défense, la prise vendredi de la ville de Boni, et l’attaque menée en juillet contre une base militaire à Nampala (qui avait fait 17 morts parmi les soldats), justifient la décision du gouvernement malien de mettre fin aux fonctions de M. Coulibaly.

Le ministre de l’Administration territoriale, Abdoulaye Idrissa Maïga, a été désigné pour le remplacer.

Mugabe accuse les juges d’avoir autorisé par « négligence » des manifestations contre le pouvoir

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a étrillé les juges qui ont autorisé par « négligence » des manifestations contre le régime, espérant qu’ils avaient « retenu la leçon » à la suite de plusieurs rassemblements violents.

« Ce n’est pas seulement nous, les citoyens ordinaires, qui devrions comprendre » la nécessité de maintenir la paix, a déclaré Robert Mugabe, cité dimanche dans le journal zimbabwéen Sunday News.

« Nos tribunaux, notre système judiciaire, nos juges devraient le comprendre encore mieux que les citoyens ordinaires », a-t-il poursuivi lors d’un discours samedi à Harare devant la Ligue de la jeunesse du parti au pouvoir, la Zanu-PF.

« Ils osent faire preuve de négligence dans leurs décisions quand ils doivent se prononcer sur l’autorisation de manifester », a-t-il estimé. « Autoriser (des manifestations) alors qu’ils savent pertinemment qu’elles vont être violentes ou qu’il est hautement probable qu’elles le soient, c’est faire preuve d’un mépris irréfléchi pour la paix de ce pays. On espère désormais qu’ils ont retenu la leçon », a-t-il conclu sur un ton menaçant.

Grève de la faim d’ex agents de Sénégal Airlines

Ces agents, cent soixante-trois au total, réclament également le paiement de cinq mois d’arriérés de salaires à l’Etat du Sénégal.

Ibrahima Diaw l’un des délégués du personnel indique que « leur mouvement est la suite logique d’un plan d’action annoncé depuis plusieurs mois et qui prévoyait entre autres, des rencontres avec les autorités sénégalaises et des sit-in ».

Ces employés protestent aussi contre le non-versement de leurs indemnités de licenciement depuis la liquidation de la compagnie annoncée par les autorités. Le montant dû est estimé à 600 millions de francs CFA.

Ibrahima Diaw précise que ses camarades et lui réclament « la liquidation effective de la compagnie qui a été annoncée par le ministre sénégalais de l’économie ». Ils estiment être toujours sous contrat avec Sénégal Airlines parce que n’ayant pas été indemnisés et licenciés de manière formelle.

L’État détient 36 % des parts de Sénégal Airlines et les privés nationaux 64 %.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[fbcomments]

Related Articles

Soudan du Sud: nouveaux combats à Juba où l’ONU veut plus de Casques bleus

[GARD align= »center »] Les habitants de la capitale du Soudan du Sud se sont réveillés lundi matin au son de tirs

La CPI donne raison au vice-président kényan Ruto sur l’utilisation d’anciens témoignages

[GARD align= »center »] Les juges de la CPI ont donné raison vendredi au vice-président kényan William Ruto, qui protestait contre l’admission

RDC : Joseph Kabila annoncé en France pour une visite officielle à l’Élysée d’ici le 21 mai

[GARD align= »center »] D’ici le 21 mai prochain, le président congolais, Joseph Kabila se rendra à Paris pour un tête-à-tête avec

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*