« L’actualité africaine en 5 titres » du 06 novembre 2016

[GARD align= »center »]

Teodorin Obiang Oeildafrique.com

Teodorin Obiang, vice-président de la Guinée Equatoriale

Bénin : Ajavon jugé pour trafic de drogue

L’homme d’affaires franco-béninois, Sébastien Ajavon, a été jugé, vendredi, en comparution immédiate par un tribunal de Cotonou dans une affaire de trafic de drogue présumé.

« C’est une procédure normale la comparution immédiate et ce n’est pas la première fois que cela arrive au tribunal de Cotonou », a déclaré un magistrat.

Le procès s’est déroulé devant le tribunal de première instance de Cotonou où se sont rassemblés plusieurs sympathisants de l’homme d’affaires, réclamant sa libération.

Ce vendredi était la date butoir légale pour le parquet pour se prononcer sur une relaxe ou non de l’homme d’affaires. Selon la loi béninoise, la garde-à-vue peut durer jusqu’à huit jours pour une affaire de trafic de drogue.

Sébastien Ajavon, arrivé troisième avec 22% des voix au premier tour de la dernière présidentielle, a été arrêté le 28 octobre dernier avec trois de ses employés, peu après la découverte de 18 kg de cocaïne dans un conteneur au port de Cotonou.

Cameroun : une plainte contre Camrail

Un collectif des victimes de l’accident ferroviaire survenu fin octobre au Cameroun a décidé de porter plainte contre les dirigeants de la compagnie Camrail et du groupe industriel français Bolloré pour  »défaillances et négligences ».

Selon les autorités camerounaises, l’accident ferroviaire, qui a eu lieu à Eseka, entre Douala et Yaoundé, a fait 80 morts et environ 600 blessés.

La plainte du collectif de victimes survient quelques jours après l’ouverture, à l’initiative du président Paul Biya, d’une enquête judiciaire pour déterminer les causes de l’accident.

Les plaignants sont des proches de passagers décédés ou blessés lors de l’accident. Des personnes victimes du traumatisme causé par l’accident font partie des plaignants.

Guy Olivier Moteng, membre d’un collectif d’avocats créé pour défendre les victimes de l’accident, a précisé que « la plainte vise la compagnie Camrail, les dirigeants de l’entreprise et le conducteur du train ».

RDC: nouveau meeting de l’opposition malgré l’interdiction, l’ONU vigilante

Samedi 5 novembre, l’opposant historique en RDC Etienne Tshisekedi a prévu de s’exprimer devant ses militants. Un meeting maintenu par le rassemblement de l’opposition, malgré l’interdiction du gouvernement provincial de Kinshasa. La mission des Nations unies en RDC annonce qu’elle va renforcer ses patrouilles ce samedi dans les rues de Kinshasa pour s’assurer du respect de la sécurité des personnes et des biens publics comme privés.

La dernière manifestation d’ampleur avait été réprimée, selon l’ONU, faisant au moins 50 morts, des centaines de blessés et des détentions arbitraires. Le gouvernement avait lui imputé toute la violence à l’opposition.

Congo-Brazzaville: manifestation de jeunes contre la Cour pénale internationale

S’appuyant sur une disposition de la Constitution congolaise adoptée en 2015, qui exclut d’extrader ou livrer tout citoyen congolais à une puissance ou organisation étrangère, quelques centaines de jeunes militants de deux formations politiques de la majorité ont marché jeudi 3 novembre à Brazzaville pour demander au gouvernement de retirer le Congo de la Cour pénale internationale. Un plaidoyer a été remis au gouvernement qui a promis de l’examiner. Les défenseurs des droits pensent qu’il ne s’agit pas d’une volonté du peuple.

C’est sous l’animation d’une fanfare que près de 400 jeunes ont marché en chantant : « Non à la CPI, advienne que pourra ». Destinée Ermela Doukaga, responsable du Front patriotique, a conduit les manifestants : « Nous avons cru à cette Cour. Nous avons cru que ça allait être une juridiction impartiale et juste, mais l’histoire nous a prouvé le contraire. Nous sommes déçus de cette Cour. »

Les jeunes ont remis au ministre de la Justice leur plaidoyer pour le retrait du Congo de la CPI. A son tour, Pierre Mabiala a promis de rendre compte à la hiérarchie gouvernementale et républicaine, après examen du dossier : « Je voudrais donc vous dire que votre dossier est ainsi introduit entre les bonnes mains et je vous remercie. »

La justice suisse saisit 11 voitures qui appartiendraient à Teodorin Obiang

La justice genevoise a annoncé ce jeudi 3 novembre avoir procédé en début de semaine à la saisie de 11 voitures de luxe qui appartiendraient à Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale. Les autorités suisses le soupçonnent de «blanchiment d’argent».

Onze voitures de luxe, parmi lesquelles une Koenigsegg, la voiture suédoise réputée la plus rapide du monde et produite à seulement sept exemplaires, ont été saisies. Les bolides étaient garés dans l’aéroport de Genève, où ils attendaient de s’envoler vers la Guinée équatoriale. C’était sans compter sur la justice suisse qui les a saisies lundi dernier, pour éviter que Teodorin Obiang ne les rapatrie in extremis au pays.

Le vice-président et fils du président de Guinée équatoriale est en effet poursuivi par le ministère public genevois, qui vient d’ouvrir une enquête préliminaire à son encontre.

La justice suisse exécutait surtout une demande d’entraide émise par la France, où Teodorin Obiang sera très bientôt jugé pour blanchiment d’abus de biens sociaux, détournement de fonds publics et corruption. En clair, pour les dizaines de millions d’euros de véhicules de luxe, mais aussi de bijoux, de vêtements ou encore d’objets d’arts qu’il aurait acquis « en France, entre 2007 et 2011 », selon les juges français. Ces derniers soupçonnent que ces achats aient été effectués grâce à des détournements de fonds publics équato-guinéens.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[fbcomments]

Related Articles

Violences conjugales: En 5 ans les chiffres ont doublé au Sénégal

Un atelier d’élaboration de «procédures opérationnelles standards pour la prise en charge et la prévention des violences basées sur le

Sénégal: Le Premier ministre Aminata Touré a démissionné

[GARD align= »center »] Le Premier ministre Aminata Touré a quitté la tête du gouvernement, a-t-on appris jeudi d’une source proche de

Sommet à Paris sur Boko Haram, avec un président nigérian très critiqué

[GARD align= »center »] Un mois après l’enlèvement de plus de 200 lycéennes par Boko Haram, Paris accueille samedi un mini sommet

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*