« L’actualité africaine en 5 titres » du 08 août 2016

[GARD align= »center »]

Le président sud-africain Jacob Zuma | AFP

Le président sud-africain Jacob Zuma | AFP

Nord Mali : Un Casque bleu tué à Kidal

Un Casque bleu a été tué à Kidal, au nord du Mali. Dans un communiqué publié dimanche soir, la mission onusienne a indiqué que le véhicule à bord duquel se trouvaient les victimes a « heurté un engin explosif improvisé ou une mine à environ 11 km au sud d’Aguelhoc-Anéfis, dans la région de Kidal ». L’incident a eu lieu « vers 06h50 » (GMT) a affirmé la Mission de l’ONU (Minusma).

Les soldats en question faisaient « partie d’une escorte d’un convoi logistique » de la Minusma selon le communiqué.

La mission de l’Onu a signalé une deuxième explosion qui n’a pas fait de victimes. Elles s’est produite au passage d’un autre véhicule de la Minusma à 2 km à l’est du camp de la Minusma à Kidal ». Il n’y a eu que des « dommages matériels » précise la Minusma.

Pour l’heure, les deux explosions n’ont pas été revendiquées. La Minusma a qualifié de « lâches » les attaques et dénonce cette série d’actes qui cible son « personnel ». La force affirme que « la multiplication de ces attaques n’affectera en rien sa détermination à soutenir le processus de paix » dans le nord du Mali.

Un rapport sur le dopage accable le Kenya

Selon les révélations du journal britannique Sunday Times, Michael Rotich, a été filmé à son insu par ses journalistes « en janvier et février » dernier en proposant à de faux athlètes britanniques de les informer douze heures avant des contrôles anti-dopage auxquels ils feront face lors des Jeux Olympiques de Rio.

Aux dires du journal, Michael Rotich aurait également exigé en contrepartie la somme de dix mille livres.

Les révélations du journal britannique interviennent quelques jours seulement après que l’Agence mondiale antidopage a retiré le Kenya de la liste des pays « non conformes ». M. Rotich, a été tout de même autorisé par les responsables de son pays à participer aux Jeux Olympiques de Rio en attendant les conclusions de l’enquête.

La Fédération kenyane d’athlétisme a précisé qu’elle examinait le dossier avant de le transmettre à la police pour une action appropriée. Elle a également promis de rapatrier Michael Rotich, si sa présence aux côtés des athlètes kenyans aux JO était déstabilisante.

Sur les réseaux sociaux, certains Kenyans remettent en cause les informations du journal britannique et la période de leur publication qui coïncide avec le début des Jeux. Ils dénoncent l’accent mis sur leur pays d’autant plus que les athlètes kenyans sont connus pour dominer le milieu de l’athlétisme.

Les scandales de dopage ont plombé l’athlétisme kenyan au cours de ces dernières années. Plus de 40 athlètes ont été suspendus depuis 2011 pour dopage.

RDC: polémique autour des propos de Joseph Kabila en Ouganda

En RDC, l’opposition a réagi après les propos de Joseph Kabila lors de sa rencontre en Ouganda avec son homologue Yoweri Museveni, jeudi 4 août. Il avait annoncé que le calendrier électoral ne serait publié qu’après la fin de l’opération d’enrôlement des électeurs.

Cette opération qui a débuté le 31 juillet dernier et qui devrait prendre plus d’un an, selon la Commission électorale nationale indépendante (Céni), aurait pour conséquence de reporter les élections à fin 2017 ou début 2018. Or, pour Martin Fayulu, président du parti Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) et membre du rassemblement de l’opposition, c’est la preuve que le président instrumentalise la Céni pour se maintenir au pouvoir.

« Monsieur Kabila instrumentalise la Céni, dit-il. C’est totalement inacceptable. L’article 211 de la Constitution dit que la Céni s’occupe du processus électoral, c’est-à-dire des opérations d’identification des électeurs, d’enrôlement jusqu’à la publication des résultats provisoires. L’article 73 donne ordre à la Céni de convoquer l’élection présidentielle 90 jours avant la fin du mandat du président en exercice ».

« Et aujourd’hui monsieur Kabila demande à la Céni de publier le calendrier électoral seulement à la fin des opérations d’enrôlement. C’est une violation flagrante de la Constitution. Disons que monsieur Kabila se rend passible de cette infraction de haute trahison », déclare encore Martin Fayulu.

La majorité, de son côté, répond que le report de l’élection sera fait dans le cadre de la Constitution et réaffirme que le scrutin ne peut se tenir qu’à l’issue de l’enrôlement des électeurs. En attendant, dit Emmanuel Ramazani Shadary, président du groupe Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), à l’Assemblée, Joseph Kabila restera au pouvoir.

Après le premier tour des municipales, place aux négociations en Afrique du Sud  

En Afrique du Sud, les élections municipales ont acté le désaveu d’une partie de la population vis-à-vis du Congrès national africain (ANC). Toujours dominant nationalement, le parti historique de Nelson Mandela a perdu 8% de ses soutiens depuis les précédentes municipales de 2011. Mais ni l’ANC ni l’Alliance démocratique ne parviennent à se hisser au-dessus de la barre des 50% dans plusieurs municipalités. Des alliances sont donc nécessaires et les négociations vont bon train.

La majorité absolue n’a pas été atteinte dans 27 villes sud-africaines. Dans chacune d’elles, les nouveaux élus ont deux semaines pour nouer des alliances pour tenter de rassembler 50% des suffrages. Dans le système électoral proportionnel sud-africain, les plus petits partis ont un véritable rôle à jouer dans les rapports de force.

L’Alliance démocratique (DA) et l’ANC ont déjà lancé les négociations pour trouver les partenaires politiques qui leur permettront de prendre la main dans plusieurs villes.

Le leader de gauche radical Julius Malema est évidemment très courtisé, puisqu’avec 8% des voix au niveau national, il peut faire basculer presque n’importe quelle majorité. L’ANC a besoin du parti EFF pour gouverner Johannesburg et la DA lui tend la main à Pretoria. Dans son rôle de faiseur de rois, Julius Malema savoure sa victoire sur son ancien parti. Le leader populiste a déjà fait savoir qu’il ne négocierait avec l’ANC que si Jacob Zuma quitte le pouvoir.

RDC: à Beni, Joseph Kabila appelle au renouvellement de la classe politique

Ce dimanche 7 août, à Beni, dans le Nord-Kivu, le chef de l’Etat congolais Joseph Kabila a conféré avec les différentes composantes des forces vives. Au menu, l’insécurité récurrente dans la région de Beni, où la dernière attaque à Mamiki, localité proche d’Oïcha, a fait trois morts : un militaire de l’armée gouvernementale et deux présumés rebelles ougandais de l’ADF.

« Le renouvellement de la classe politique est une nécessité en RDC. » Joseph Kabila l’a dit aux jeunes de Beni. Ceux-ci ont été invités à participer nombreux aux prochaines élections.

Ainsi, la vieille génération des politiciens devrait être définitivement mise hors le jeu. Le président de la République a en effet accusé ceux qui ont un demi-siècle ou plus de vie dans la politique d’amener la jeunesse à boycotter le processus d’une démocratisation que le chef de l’Etat a lui-même qualifié d’« irréversible ».

« Appartenir à l’opposition n’est pas un péché », selon Joseph Kabila qui a condamné les actes contraires au patriotisme, des actes qui, selon lui, « menacent la vie de la nation ».

Aussi le président congolais s’est-il félicité d’appartenir à une génération qui a libéré le pays et ramené la démocratie. Toutefois, Joseph Kabila, dont le dernier mandat constitutionnel expire en décembre prochain, est soupçonné par l’opposition de vouloir se maintenir au pouvoir.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[fbcomments]

Related Articles

Cecile Kyenge, première ministre noire d’une Italie qui change

Cecile Kyenge, première ministre noire de l’histoire italienne, en charge de l’Intégration, a illustré mercredi sa vision d’une Italie qui

Congo : la société Total passe à une exploration plus risquée et coûteuse

BRAZZAVILLE – La société pétrolière Total EP, principal exploitant des hydrocarbures au Congo, avec une dizaine de puits envisage une

Bonjour Afrique

Voici la rubrique « Bonjour, Afrique » avec Xinhua: 16/05/2012 Le Nigeria et la Chine négocient la production de semences de riz hydride

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*