« L’actualité africaine en 5 titres » du 11 août 2016

[GARD align= »center »]

actualité africaine en 5 titres

RCA : Jean-Francis Bozizé libéré

L’un des fils de l’ancien président centrafricain, François Bozizé, a été libéré ce mercredi sous caution.

Arrêté vendredi dernier à Bangui, il a été auditionné mardi par un juge d’instruction. Selon Me Jean-Louis Opalagna, son avocat, la liberté provisoire lui a été accordée, mais il lui est interdit de quitter le territoire centrafricain.

Jean-Francis Bozizé, ancien ministre de la Défense, est poursuivi pour détournement de deniers publics et exactions. Il est mis en cause dans les violences commises par les miliciens anti-balaka en 2013, lors de l’éviction de son père par la Séléka, une milice majoritairement musulmane.

Après trois ans d’exil au Kenya, Jean-Francis Bozizé, s’est présenté de son propre chef, vendredi, à la Mission des Nations unies pour la RCA, qui l’a ensuite remis aux autorités de la RCA. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par la justice de son pays depuis mai 2014. Jean-Francis Bozizé avait quitté la RCA en mars 2013, après le renversement de son père par la Séléka.

 

Mali : les corps de 5 soldats retrouvés

L’armée malienne a annoncé ce mercredi avoir récupéré les corps de cinq soldats, à Ténenkou, dans le centre du Mali.

Les corps seront examinés médicalement, afin que soient connues les causes de la mort des soldats, selon le service de communication de l’armée. Une enquête a été ouverte en même temps pour déterminer les circonstances de leur mort, selon un responsable militaire.

Il a évoqué l’éventualité d’une mort par noyade. Cinq soldats étaient portés disparus à la suite d’une embuscade contre un convoi de ravitaillement de l’armée, dimanche, dans le centre du pays.

L’armée malienne n’a pas dit si les corps récupérés sont ceux des mêmes soldats ou pas. L’attaque de dimanche n’a été revendiquée par aucun des nombreux groupes armés actifs dans le centre et le nord du Mali.

Les forces libyennes s’emparent du centre de commandement de l’EI à Syrte

Les forces du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) de Tripoli, soutenu par la communauté internationale, ont annoncé s’être emparées du complexe de conférence de Ouagadougou, le quartier général de l’organisation Etat islamique à Syrte. Une avancée significative après trois mois de combats.

Cet immense complexe situé au cœur de la ville est le lieu emblématique de l’organisation EI à Syrte, et il est maintenant aux mains des combattants de l’ouest de la Libye, qui sont actuellement en train de sécuriser le lieu.

Depuis plusieurs jours, le centre de Ouagadougou était a portée de leur feu. Un peu plus tôt dans la matinée, ils avaient déjà repris l’hôpital d’Avicenne, mitoyen de ce centre, ainsi que l’université de Syrte.

Selon Reda Issa, le porte-parole de l’opération, on compte 40 morts parmi les membres du groupe EI, les autres jihadistes ayant fui vers d’autres quartiers de Syrte, toujours sous leur contrôle.

Le porte-parole évoque trois frappes de l’aviation américaine ce mercredi. Elles ont visé trois voitures piégées laissées par le groupe jihadiste. Mais il refuse d’indiquer si des forces américaines ou britanniques sont intervenues au sol, aux côtés des combattants libyens à Syrte. Il estime à 2 500 le nombre de combattants anti-EI dans la ville.

Mercredi soir, l’organisation Etat islamique contrôlait toujours quatre secteurs stratégiques de Syrte : 3 quartiers résidentiels (quartiers 1,2 et 3) et le second palais des hôtes, adjacent au port. Le port étant, lui, aux mains des forces de Tripoli.

 

Mali: élections municipales le 20 novembre (officiel)

Les Maliens sont appelés élire le 20 novembre leurs maires « sur toute l’étendue du territoire national », sept ans après les derniers scrutins communaux dans ce pays en proie à des troubles, a annoncé mercredi le gouvernement.

Le Conseil des ministres réuni mercredi sous la direction du président Ibrahim Boubacar Keïta « a adopté un projet de décret portant convocation du collège électoral, ouverture et clôture de la campagne électorale à l’occasion de l’élection des conseillers communaux », affirme le gouvernement dans un communiqué.

« Le collège électoral est convoqué le dimanche 20 novembre 2016 sur toute l’étendue du territoire national à l’effet de procéder à l’élection des conseillers communaux », déclare-t-il.

La campagne électorale doit s’ouvrir le 4 novembre et prendre fin le 18 novembre, poursuit-il.

D’après une source au ministère de l’Administration territoriale, les dernières élections communales remontent à 2009. Selon le Code électoral, ce ministère est chargé de « la préparation technique et matérielle » des référendums et élections au Mali, mais la supervision et le suivi des scrutins est du ressort de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

RDC : les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères déclenchent une grève sèche

Les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères ont déclenché depuis mercredi 10 août à Kinshasa une grève sèche. Sous l’encadrement de leurs délégations syndicales, ils revendiquent notamment la reconnaissance du statut des diplomates et le partage équitable des recettes des passeports et visas, affirme le président du syndicat du corps des diplomates de la RDC, Louis Kinyamba.

Les agents du ministère des Affaires étrangères indiquent qu’à l’instar de l’ordre des médecins, des infirmiers et du corps des avocats, les diplomates doivent aussi avoir un corps reconnu. Selon eux, le corps des diplomates est le seul qui soit « authentique et intrinsèque ».

« Nous réclamons que la loi portant statut des diplomates soit discutée au Parlement dès la rentrée de septembre. Nous réclamons aussi que l’ordonnance portant règlement d’administration relatif à la carrière diplomatique soit respectée. Cette loi prévoit la rotation en poste diplomatique, soit deux ans à la centrale et 4 ans en poste diplomatique », explique Louis Kinyamba. Les agents du corps des diplomates de la RDC demandent aussi leurs titularisations dans différents postes.

Cette grève risque de priver les missions diplomatiques des services. Et risque aussi de créer des difficultés dans l’octroi des visas et de passeports.  

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitémaliRCA

[fbcomments]

Related Articles

A.Wade: il est arrivée par les urnes il est parti par les urnes

Arrivée au pouvoir en 2000 à la tête de la coalition « SOPI » changement en WOLOFE, Abdoulaye Wade a été

Didier Reynders a rappelé au pays l’ambassadeur de Belgique au Congo Brazzaville

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a rappelé au pays l’ambassadeur de Belgique au Congo Brazzaville, Jan de Bruyne,

Sénégal : la Police réprime une manifestation de l’opposition

[GARD align= »center »] Plusieurs personnes ont été dispersées à coups de gaz lacrymogène, vendredi à Dakar, lors d’une manifestation de l’opposition.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*