« L’actualité africaine en 5 titres » du 11 novembre 2016

« L’actualité africaine en 5 titres » du 11 novembre 2016

[GARD align= »center »]

Affaire de corruption en Afsud: Zuma survit à une nouvelle motion

Le Parlement sud-africain a rejeté jeudi une motion de défiance contre le président Jacob Zuma. Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique qui a initié cette procédure, l’accuse de corruption.

La motion de défiance n’a recueilli que 126 voix pour et 214 voix contre. Le résultat du vote était prévisible car le Parlement est dominé par le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC).

Une chaine de télévision privée a diffusé l’enregistrement audio de l’interrogatoire du président Jacob Zuma par l’ex-médiatrice de la République en Afrique du Sud.

Elle a enquêté sur les liens compromettants entre Jacob Zuma et la riche famille d’hommes d’affaires. Dans l’élément, on y entend notamment l’ex-médiatrice de la République dire à l’avocat de Jacob Zuma d’une voix ferme : « Vous n’allez pas m’intimider ! »

Ce lundi, la présidence sud-africaine a indiqué dans un communiqué avoir porté plainte auprès du bureau de la médiatrice de la République pour avoir laissé fuiter l’enregistrement de l’interview.

Zimbabwe: le quotidien d’Etat se réjouit de la défaite de Clinton

Le quotidien d’Etat zimbabwéen se réjouit jeudi de l’élection à la présidence des Etats-Unis de Donald Trump, dans un éditorial où il remercie le peuple américain de ne pas avoir élu la « belliciste » Hillary Clinton.

« Pour nous, au Zimbabwe, le combat destructeur (des Etats-Unis) s’est manifesté par des sanctions illégales contre le régime zimbabwéen (…) et le soutien d’activités de l’opposition et de guerres destructrices dans le monde entier », écrit The Herald.

« Si quiconque avait des doutes sur le désastre qu’une administration Clinton aurait annoncé pour le Zimbabwe, il n’a qu’à regarder les pleurs de l’opposition qui gémissent comme s’ils étaient endeuillés », poursuit le porte-voix du pouvoir zimbabwéen.

Le président Robert Mugabe, 92 ans, critique régulièrement les sanctions économiques imposées par Washington à son pays, à l’origine selon lui de sa désastreuse situation.

« Les mains d’Hillary sont couvertes de sang, de la République démocratique du Congo à la Libye. Nous remercions encore les Américains d’avoir éloigné cette belliciste du pouvoir », insiste l’éditorial du Herald.

Sirleaf « attristée » par la défaite d’Hillary

Dans le florilège de réactions des chefs d’Etat africains à l’élection de Donald Trump, la présidente du Liberia s’est singularisée en faisant part de sa déception de voir Hillary Clinton perdre le scrutin présidentiel américain.

« Je suis extrêmement attristée par cette occasion manquée de la part du peuple des Etats-Unis de se joindre aux petites démocraties en mettant fin à la marginalisation des femmes », a réagi Ellen Johnson Sirleaf dans une interview à la BBC.

« Cependant, le Liberia a eu une longue relation avec les États-Unis. Et nous nous attendons à ce que cette bonne relation perdure », a ajouté Mme Sirleaf, première femme à être élue démocratiquement à la tête d’un pays africain.

« Je suis inquiète au sujet des accords commerciaux entre les Etats-Unis et le Liberia, entre les Etats-Unis et l’Afrique. Je suis inquiète pour l’investissement et les programmes spéciaux qui ont été mis en place par les présidents Barack Obama et George Bush », a déclaré Ellen Johnson Sirleaf, lauréate du prix Nobel de la paix en 2011.

Un célèbre lutteur africain noyé en Méditerranée

Ali Mbeng, un jeune lutteur gambien, très populaire dans son pays, s’est noyé lors de la traversée en Méditerranée, selon son entraîneur.

« L’un des survivants du naufrage a appelé son frère pour l’informer. Il lui a dit que seuls 10 passagers du bateau ont survécu au naufrage dû aux fortes vagues », selon Pateh Nying cité par l’AFP.

Nying explique que son ancien protégé était parti pour la Libye en 2014 pour tenter sa chance en Europe. « Son projet était de traverser en bateau vers l’Italie », a -t-il dit.

Ali Mbeng alias « Mille francs », 22 ans, est décédé le 4 novembre quand son bateau a chaviré.

« Il était un des lutteurs les plus disciplinés du pays, et il aimait vraiment ce sport », a témoigné un porte-parole de la fédération gambienne de lutte, Matarr Saine.

Selon M. Saine, plusieurs lutteurs gambiens se sont installés en Europe après avoir réussi la traversée de la Méditerranée par bateau.

Angola: la fille du président défend sa nomination à la Sonangol

La fille du président angolais, Isabel dos Santos, a défendu mercredi soir devant la presse sa nomination à la tête de la compagnie pétrolière nationale, contestée devant la justice par les opposants au chef de l’Etat José Eduardo dos Santos.

« J’ai été cadre supérieure dans plusieurs sociétés en Angola, mon CV parle de lui-même », a estimé la PDG de la Sonangol, âgée de 43 ans et considérée comme la femme la plus riche du continent africain.

Après sa nomination par son propre père en juin, un groupe de juristes a déposé un recours devant la justice angolaise. Selon eux, les agents publics et donc le chef de l’Etat n’ont pas le droit de nommer des membres de leurs familles.

 « Je crois en la justice et je suis prête à répondre à toute convocation pour donner des précisions. Tous les Angolais ont le devoir de rendre des comptes s’ils agissent en dehors de la loi », a assuré Isabel dos Santos devant la presse, critiquant toutefois une manœuvre « politique » de l’opposition.

La Sonangol traverse une période délicate, victime de la chute des cours de l’or noir engagée en 2014.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafriquepolitique

[GARD align="center"]

Related Articles

RDC: les rebelles du M23 affirment être « aux portes » de Goma

les rebelles du M23 ont déclarés dimanche être « aux portes » de Goma et prête à repousser « très loin » l’armée qu’elle affronte

Samuel Eto’o fils répond au fisc espagnol

Visé par une plainte du fisc espagnol, Samuel Eto’o ne pouvait rester sans réaction. L’attaquant international camerounais de l’Anzhi Makhachkala

Sommet régional sur la paix dans l’est de la RDC

Un sommet des chefs d’Etat du Congo, d’Ouganda, du Rwanda et de la République démocratique du Congo s’est ouvert dimanche

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*