« L’actualité africaine en 5 titres » du 16 juillet 2016

[GARD align= »center »]

Le roi du Maroc, Mohammed VI.© SEYLLOU / AFP

Le roi du Maroc, Mohammed VI.© SEYLLOU / AFP

Le Maroc veut réintégrer l’UA

Le Maroc a récemment envoyé un émissaire au président kényan, dans le cadre d’une démarche menée par le royaume pour rejoindre l’Union africaine.

Taïeb Fassi-Fihri a déclaré au président Uhuru Kenyatta que le Maroc désirait revenir dans l’organisation continentale, sans conditions. Le chef de l’Etat kényan s’est engagé à travailler pour la cause marocaine.

Une délégation marocaine a entrepris des négociations auprès des délégués d’autres pays du continent, au sommet de l’Union africaine, du 10 au 18 juillet, à Kigali, dans le but de sceller le retour du Maroc au sein de l’organisation.

Pour y arriver, le ministre marocain des Affaires étrangères s’est déjà rendu dans plusieurs pays africains, dont l’Egypte, l’Ethiopie, la Libye et le Soudan. Plusieurs chefs d’Etat africains sont attendus ce weekend à Kigali, pour le sommet de l’UA.

Le Maroc a quitté depuis 1984 l’ex-Organisation de l’unité africaine, devenue Union africaine en 2002. Rabat avait pris cette décision en reprochant à l’organisation africaine de reconnaître la souveraineté du Sahara Occidental, qu’il encore considère comme une partie de son territoire.

RDC : une position de l’armée attaquée

L’armée congolaise a affirmé vendredi avoir perdu un soldat et tué un assaillant lors d’une attaque, la veille, contre une de ses positions par les rebelles hutus rwandais (FDLR) dans l’est du pays.

« Nous avons perdu un militaire et nous avons tué un milicien de Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) », a déclaré Guillaume Djike, porte-parole de l’opération militaire Sokola II.

Les assaillants ont réussi à s’enfuir après l’attaque, mais « la fouille dans la zone continue », a ajouté l’officier, précisant que l’attaque s’est déroulée dans la localité de Tongo, dans le territoire de Rusthuru, à 75 km au nord de Goma, dans la province du Nord-Kivu, théâtre de violences depuis plus de vingt ans.

Les FDLR ont été créés par des Hutu rwandais réfugiés dans l’est de la RDC après le génocide des Tutsi au Rwanda de 1994. Les fondateurs de ce mouvement sont recherchés par la justice internationale qui les accuse d’avoir pris une part active au génocide rwandais.

Afrique du Sud: le parquet conteste le rétablissement de poursuites contre Zuma

Le parquet sud-africain a saisi vendredi la plus haute instance judiciaire du pays pour contester une décision de justice ordonnant le rétablissement de 783 charges de corruption contre le président Jacob Zuma dans une affaire de contrat d’armement.

« Les documents ont été adressés ce jour à la Cour constitutionnelle », a déclaré la porte-parole du parquet, Bulelwa Makeke. La Cour constitutionnelle doit désormais se prononcer sur la recevabilité ou non de la saisine.

Le scandale de corruption présumée, lié à la conclusion en 1999 d’un contrat d’armement de 4,8 milliards de dollars, empoisonne la carrière politique de Jacob Zuma depuis 2007, date à laquelle il avait été inculpé de 783 charges de corruption, fraude fiscale et racket.

Le parquet et le président avaient demandé à faire appel, mais avaient été déboutés en juin. La saisine de la Cour constitutionnelle est le dernier recours possible pour le parquet.

Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), a dénoncé vendredi l’attitude du parquet qui « s’efforcer de protéger le président Jacob Zuma ».

Kenya: un policier en tue six autres avant d’être abattu

Un policier a tué six de ses collègues jeudi, pour des raisons encore inconnues, dans un poste de police de l’ouest du Kenya, avant de se faire abattre au terme d’un siège de près de dix heures, a-t-on appris auprès de la police et d’une source sécuritaire haut placée.

Les faits se sont déroulés tôt jeudi matin dans la ville de Kapenguria. « Pour des raisons encore inconnues, un officier de police local a perdu les pédales et a saisi une arme à feu dans le poste vers 5 heures du matin, pour ensuite l’utiliser contre d’autres officiers », a indiqué la police dans un communiqué.

Selon une source sécuritaire haut placée, « un officier de police qui n’était pas en service est entré dans le poste et s’est saisi du pistolet d’un collègue, qu’il a tué ainsi que d’autres, avant de prendre le contrôle du poste ». Les forces spéciales ont mis un terme au siège vers 14H00 (11H00 GMT), en tuant le forcené.

En début d’après-midi, le chef de la police kényane, Joseph Boinnet, avait indiqué dans un communiqué que quatre policiers avaient été tués par un homme soupçonné de terrorisme qui était en détention au poste de police et s’était saisi de l’arme d’un policier.

Soudan du Sud: au moins 300 morts, 42.000 déplacés par la flambée de violences

Au moins 300 personnes ont été tuées lors des récents combats dans la capitale sud-soudanaise, Juba, qui ont également déplacé quelque 42.000 personnes, a indiqué vendredi l’ONU.

Les affrontements ont fait « plus de 300 morts depuis le 8 juillet », a indiqué un porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tarik Jasarevic, lors d’un point de presse à Genève.

Juba a été le théâtre, du 8 au 11 juillet, d’affrontements entre forces fidèles au président Salva Kiir et ex-rebelles aux ordres du vice-président Riek Machar, mettant gravement en péril un accord de paix signé en 2015.

Quelque 42.000 personnes ont été déplacées par cette flambée de violences, a précisé vendredi un porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) à Genève, William Spindler. Un grand nombre d’entre eux ont toutefois pu retourner à chez eux, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui estime qu’il reste encore 12.800 déplacés.

Indépendant depuis 2011 après sa scission du Soudan, le Soudan du Sud est déchiré par une guerre civile marquée par des massacres inter-ethniques qui a déjà fait des dizaines de milliers de morts et près de trois millions de déplacés depuis décembre 2013.

Avant décembre 2013, quelque 114.230 sud-soudanais se trouvaient dans les pays voisins, selon l’ONU. Depuis, ce chiffre a bondi et désormais 835.715 réfugiés se trouvent dans la région, dont 285.657 en Ethiopie, 231.638 au Soudan, 222.420 en Ouganda, 103.104 au Kenya, plus de 11.000 en République démocratique du Congo et plus de 10.000 au Kenya, selon les chiffres publiés vendredi par le HCR.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

Related Articles

Le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, pris d’un malaise, s’effondre devant les caméras

Djibrill Yipènè Bassolé, le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, a été pris d’un malaise et s’est effondré jeudi

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro candidat pour un second mandat à la présidence de l’Assemblée nationale

[GARD align= »center »] C’est sur Twitter que Guillaume Soro a choisi de faire l’annonce de sa candidature pour un second mandat

Dopage: le Kenya va prendre des mesures pour protéger ses athlètes

[GARD align= »center »] Le gouvernement du Kenya s’est engagé jeudi à prendre des mesures pour protéger ses athlètes, considérés comme les

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*