« L’actualité africaine en 5 titres » du 18 août 2016

[GARD align= »center »]

(AP Photo) | Archives

(AP Photo) | Archives

Mali : la douane saisit deux tonnes de cannabis

La douane malienne a saisi une quantité record de cannabis, près de Bamako, la capitale. La quantité saisie, plus de deux tonnes, a une valeur de plus de trois milliard de francs CFA.

Selon la douane malienne, la marchandise provenait du Burkina Faso et était destinée au Sénégal, à la Guinée et au Mali. La douane malienne ajoute qu’elle a aussi arrêté les trafiquants de ces stupéfiants, qui sont tous de nationalité malienne.

Selon les douaniers, une telle quantité de cannabis n’a jamais été saisie en un seul jour au Mali. La marchandise était soigneusement emballée et dissimulée au fond d’un camion.

Elle était recouverte d’une matière métallique, ce qui, selon la douane, pouvait tromper la vigilance des douaniers. « Comme le véhicule paraissait plus long de l’extérieur qu’à l’intérieur, nous n’avons pas voulu le laisser passer », confie un douanier.

En fouillant de fond en comble, les agents de la douane ont découvrent deux tonnes de cannabis dissimulées. Depuis plusieurs années, le Mali est devenu une plaque tournante de trafic de drogues.

Une importante quantité de cannabis a été saisie à l’aéroport de Bamako, la semaine dernière.

Mali: au moins un mort 11 blessés dans une manifestation à Bamako

Une personne a été tuée et 11 autres blessées, dont une grièvement, mercredi à Bamako dans des heurts entre les forces de l’ordre et des jeunes qui protestaient contre l’arrestation d’un chroniqueur radio contestataire, a-t-on appris de sources médicales.

Les heurts ont éclaté dans la matinée devant le tribunal où comparaissait l’animateur Mohamed Youssouf (BIEN Youssouf) Bathily, dit Ras Bath, arrêté lundi soir, entre des partisans venus le soutenir et les forces de l’ordre, selon des correspondants de l’AFP et des témoins.

Plusieurs centaines de personnes étaient venues protester contre la comparution du blogueur Mohamed Youssouf Bathily, alias « Ras Bath », devant le tribunal de la commune 4.

Le porte-parole du Collectif pour la défense de la République (CDR) et chroniqueur radio a été arrêté le 16 août. Plusieurs feux ont été allumés sur l’avenue Cheikh Zayed. Les manifestants ont jeté des pierres sur les policiers qui, en réponse, ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule. Selon le premier bilan, il y a au moins un mort et plusieurs blessés dont certains très gravement.

Le centre de Bamako a connu de véritables scènes de guérilla urbaine ce mercredi. Selon le dernier bilan donné par le chargé de communication du ministère de la Santé, Ibrahim Famakan Coulibaly, les affrontements de ce matin ont fait un mort et onze blessés dont trois graves.

Guinée: un mort et des blessés après une manifestation d’opposants

Un jeune homme a été tué et une dizaine d’autres personnes été blessées mardi à Conakry après une manifestation de centaines de milliers de partisans de l’opposition guinéenne, a-t-on appris de sources concordantes.

Le rassemblement – de 700.000 personnes selon le chef de l’opposition Cellou Dalein Diallo, de moins de 500.000 personnes selon les forces de l’ordre – s’était déroulé sans incident notable, mais c’est sur le chemin du retour que les violences ont éclaté, selon les mêmes sources.

La victime, Thierno Hamidou Diallo, 21 ans, « a reçu une balle en pleine poitrine tirée par un agent des forces de l’ordre alors qu’il était assis sur le balcon de son appartement à Bambéto sur l’autoroute Le Prince », en banlieue de Conakry.

L’auteur présumé des tirs, un capitaine de police a été identifié et interpellé et « mis immédiatement à la disposition de la Direction centrale de la police judiciaire », a affirmé le ministre, exprimant les regrets des forces de sécurité « malgré les consignes strictes données ».

Nigeria: cinq morts dans l’attaque d’un convoi par Boko Haram

Des membres du groupe islamiste Boko Haram ont attaqué un convoi de personnel de l’immigration nigériane et de marchands qui se rendaient à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, tuant les 5 commerçants, a-t-on appris mercredi de source militaire.

« Le convoi était parti lundi de Gamboru (à la frontière avec le nord du Cameroun), lorsqu’il a été pris dans un guet-apens tendu par Boko Haram, à 25 kilomètres de là », a déclaré un officier de l’armée sous couvert d’anonymat.

« Les trois agents de l’immigration ont été blessés dans l’attaque mais ont réussi à s’enfuir vers Maiduguri, laissant les marchands » entre les mains des combattants, a précisé le militaire. « Cinq marchands ont été tués et brûlés avec leurs camions », a-t-il ajouté.

Les cinq commerçants avaient profité de ce convoi officiel plus sécurisé pour se rendre dans la capitale de l’Etat du Borno. Leurs deux camions ont été pillés et brûlés, a expliqué Umar Ari, un habitant de Gamboru qui a confirmé la mort des cinq commerçants.

Boko Haram, bien qu’affaibli depuis l’arrivée au pouvoir du président Muhammadu Buhari l’an dernier, contrôle encore de vastes étendues de territoire autour de la région du lac Tchad.

RD Congo: au moins trois morts dans des violences à Beni

Trois personnes, dont un policier, ont été tuées mercredi dans des violences à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, au dernier jour du deuil national en mémoire d’une cinquantaine de civils massacrés ce weekend dans cette ville.

En début de soirée, la tension restait vive à Beni, où des coups de feu sporadiques étaient entendus et des manifestants continuaient à bloquer des artères à l’aide de barricades.

Dans un premier incident, un policier et un civil ont été tués lors de heurts violents avec les forces de l’ordre au cours d’une manifestation anti-gouvernementale dans cette ville de la province troublée du Nord-Kivu.

« Un policier et un civil ont été tués, neuf personnes sont blessées dont six civils et trois militaires », a déclaré à la presse le maire de Beni, Edmond Masumbuko, qui n’a pas donné de précision sur les circonstances de la mort du policier.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté mercredi contre l’inaction des autorités contre les violences qui touchent la région depuis deux ans. La police et l’armée ont réprimé la manifestation à coups de gaz lacrymogènes et de tirs de sommation.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[fbcomments]

Related Articles

Centrafrique: la France pas là pour protéger un régime mais ses ressortissants

François Hollande a souligné jeudi que la présence militaire française en Centrafrique n’était pas destinée à protéger un régime contre

Rwanda: Kagamé accusé du meurtre de Karegeya dénonce le « deux poids deux mesures » de l’occident

[GARD align= »center »] L’assassinat de Patrick Karegeya continue d’entretenir la tension entre les Etats-Unis et Kigali et principalement son président Paul

Paul Kagame accepte de faciliter le transfert de Bosco Ntaganda à la CPI

Le président rwandais, Paul Kagame, a affirmé jeudi 21 mars que son pays apporterait tout le soutien nécessaire au transfert

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*