« L’actualité africaine en 5 titres » du 19 octobre 2016

[GARD align= »center »]

Pierre Nkurunziza, président du Burundi| Photo AP

Pierre Nkurunziza, président du Burundi| Photo AP

Burundi : un pas de plus vers la sortie de la CPI

Le président burundais a promulgué mardi la loi votée par le Parlement de son pays en faveur du retrait du Burundi de la Cour pénale internationale (CPI).

« La présente loi entre en vigueur le jour de sa promulgation », lit-on dans une copie de la loi datée de ce 10 octobre et signée du chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza.

Il ne reste maintenant au Burundi qu’à notifier à l’ONU sa décision pour lancer formellement le processus de retrait de la CPI.

Le retrait devrait prendre effet un an après la date à laquelle la notification aura été reçue par les Nations unies. Le Burundi est le premier pays à se retirer de cette juridiction internationale.

Des heurts meurtriers en RDC

Des affrontements à l’arme blanche ont fait une vingtaine de morts à Kabalo, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les heurts ont eu lieu entre dimanche et mardi, opposant les Pygmées aux Bantous.

Ces affrontements font craindre une reprise d’un conflit qui oppose ces deux communautés vivant au Katanga. Ils découlent d’un désaccord autour d’une redevance coutumière liée à la récolte de chenilles destinées à la consommation.

RDC : la peine de mort pour 3 imams

La justice militaire congolaise a condamné sept personnes, dont trois imams, à la peine capitale. Il est reproché aux accusés d’avoir collaboré avec les rebelles ougandais du groupe ADF-Nalu.

Le verdict fait partie des premiers à être prononcés en République démocratique du Congo (RDC) contre des personnes soupçonnées d’être de connivence avec ce mouvement rebelle ougandais constitué majoritairement de musulmans et présent en territoire congolais.

La condamnation a été prononcée par la Haute cour militaire de la RDC, à Beni, dans le nord-ouest du pays, a appris le correspondant de BBC Afrique à Kinshasa de sources judiciaires.

Gilbert Kambale, un leader de la société civile de Beni, salue le verdict rendu à l’encontre des sept accusés. Le groupe ADF-Nalu est accusé d’avoir commis des massacres à répétition dans la région de Beni durant ces deux dernières années.

Tunisie: l’état d’urgence prolongé de trois mois

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a prolongé mardi de trois mois l’état d’urgence instauré dans le pays il y a presque un an en raison d’une série d’attaques jihadistes sanglantes.

Cette mesure d’exception a été prolongée « sur tout le territoire tunisien pour trois mois à partir du 19 octobre », soit jusqu’à janvier 2017, indique un communiqué de la présidence.

La Tunisie est confrontée depuis sa révolution en 2011 à l’essor d’une mouvance jihadiste armée. L’état d’urgence est en vigueur sans discontinuer depuis un attentat contre la garde présidentielle le 24 novembre 2015 en plein Tunis. Douze agents avaient été tués dans cette attaque revendiquée par le groupe extrémiste Etat islamique (EI).

Le pays avait auparavant été le théâtre de deux autres attaques majeures du groupe EI, en mars et juin 2015, respectivement au musée du Bardo à Tunis ainsi que sur une plage et dans un hôtel de Sousse. Soixante personnes, dont 59 touristes étrangers, sont mortes.

Mali : l’ex-rébellion et l’ONU saluent des « avancées » dans l’application de l’accord de paix

L’ex-rébellion à dominante touareg du nord du Mali et la Mission de l’ONU (Minusma) ont salué mardi des « avancées » dans l’application de l’accord de paix, exprimant l’espoir d’un redémarrage d’un processus qui depuis des mois accumule les retards.

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) a rendu hommage au gouvernement qui a adopté la semaine dernière des projets de décret désignant les membres des autorités intérimaires chargées de gérer les cinq régions administratives du Nord, en vertu de l’accord.

« Nous félicitons le gouvernement pour les dernières avancées dans la mise en oeuvre de l’accord de paix » signé en mai-juin 2015, a déclaré au cours d’une conférence de presse à Bamako le porte-parole de la CMA, Almou Ag Mohamed.

« La désignation des membres des autorités intérimaires » constitue une « avancée majeure », a ensuite dit M. Ag Mohamed.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[fbcomments]

Related Articles

Nigeria: un avion avec 153 passagers s’écrase sur un quartier de Lagos, aucun survivant

Un avion de ligne avec à son bord 153 passagers s’est écrasé dimanche sur un quartier populaire de la capitale

Brazzaville: dépollution de la poudrière de Mpila plusieurs munitions détruites (rapport)

Les opérations de dépollution effectuées à la suite de l’explosion de la poudrière de Mpila ont permis de détruire 84

Burkina Faso : Blaise Compaoré serait exfiltré vers le Ghana

[GARD align= »center »] La colère du peuple burkinabé contre le projet de révision constitutionnelle de l’article 37 devant entériner la candidature

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*