« L’actualité africaine en 5 titres » du 19 septembre 2016

[GARD align= »center »]

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Paralympiques: 99 médailles dont 36 en or pour l’Afrique

Les Jeux paralympiques 2016, qui se disputaient à Rio de Janeiro au Brésil, se sont achevés ce dimanche 18 septembre. Le continent africain a remporté 99 médailles dont 36 en or. Le Nigéria a fini meilleure nation africaine avec 12 médailles dont 8 en or, devant la Tunisie avec 19 médailles mais « seulement » 7 en or, et l’Afrique du Sud avec 17 dont 7 en or.

Cinq autres pays ont également remporté des médailles d’or: l’Algérie (4 en or sur 16 au total), l’Égypte (3 en or sur 12 au total), le Maroc (3 en or sur 7 au total), le Kenya (3 en or sur 6 au total) et la Namibie (1 en or sur 5 au total).

Cinq autres nations ont obtenu une médaille: la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie et l’Ouganda repartent avec une médaille d’argent, tandis que le Cap-Vert et le Mozambique ont remporté une en bronze. Les Jeux paralympiques 2020 se dérouleront à Tokyo au Japon du 25 août au 6 septembre.

Niger: libération de militants de Hama Amadou, dont son lieutenant Soumana Sand

Sept opposants nigériens, proches de l’ancien président du Parlement Hama Amadou, arrivé deuxième à la présidentielle de mars, sont sortis de prison ce dimanche après dix mois de détention pour « attroupement armé et non armé ».

Les prévenus, dont l’ex-ministre de la Santé Soumana Sanda, avaient été arrêtés le 14 novembre 2015, jour du retour à Niamey de l’opposant Hama Amadou qui s’était exilé en France après avoir été mis en cause dans un présumé trafic de bébés.

La rumeur faisant état de la libération imminente de Soumana Sanda s’est répandue à Niamey dès la fin de la semaine. Il a quitté la prison de Saye ce dimanche matin vers 9h30. Tout le long des 60 kilomètres reliant Saye à Niamey, il y avait ça et là des militants du parti pour l’ovationner.

Zimbabwe: des manifestations anti-Mugabe réprimées

Les leaders du mouvement de protestation anti-Mugabe avaient appelé les Zimbabwéens à manifester pour réclamer des réformes. Âgé de 92 ans, Robert Mugabe dirige le pays d’une main de fer depuis 36 années et brigue un nouveau mandat pour 2018.

Depuis plusieurs semaines, alors que le pays traverse une grave crise économique, une vague de contestation se propage dans le pays mais les autorités avaient interdit les manifestations programmées ce samedi 17 septembre. En conséquence, les rassemblements ont été réprimés.

Ils ont bravé l’interdiction de manifester. Dans la capitale zimbabwéenne, Harare, les opposants au président Robert Mugabe ont rapidement fait face à un important déploiement de policiers.

Promise Mkwana est le porte-parole de Tajamuka, littéralement « Nous sommes agités », l’une des principales organisations anti-Mugabe.

RCA: situation tendue dans la région de Kaga-Bandoro

En République centrafricaine (RCA), un calme précaire règne ce dimanche 18 septembre à Kaga-Bandoro, dans le centre du pays, à 300 kilomètres de la capitale, après les heurts de ces derniers jours, qui ont fait entre 2 et 10 morts, et deux blessés graves, selon des bilans provisoires.

Selon plusieurs sources, des heurts ont opposé avant-hier, des ex-Seleka à des anti-balaka dans le village de Ndomete, au sud de la localité. La Minusca, la force des Nations unies dans le pays, est intervenue.

Les ex-Seleka contrôlent encore largement la région de Kaga-Bandoro, mais les anti-balaka y ont renforcé leur présence, depuis le début de la semaine. Peu après ces heurts, des pillages et des braquages ont été signalés dans la localité de Kaga-Bandoro et dans des villages environnants. Pour l’heure, rien ne prouve la participation d’éléments de groupes armés dans ces derniers incidents.

Egypte: des avoirs gelés

Le gel des avoirs de plusieurs défenseurs des droits de l’Homme relance les craintes concernant une nouvelle répression de la société civile en Egypte.

Parmi les personnes concernées, il y a Hossam Bahgat, journaliste et fondateur de l’Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR), Gamal Eid, célèbre avocat qui dirige le Réseau arabe pour l’information sur les droits humains ainsi que Bahey el-Din Hassan, le fondateur et directeur de l’Institut du Caire pour les études des droits de l’Homme ou encore Moustafa al-Hassan, le directeur du centre juridique Hisham Moubarak, et Abdel Hafiz Tayel, le directeur du centre égyptien pour le droit à l’éducation, avec leurs organisations.

Cette mesure intervient dans le cadre d’une vaste enquête sur les financements étrangers de la société civile, ouverte en 2011 après la révolte qui a mis fin au pouvoir de Hosni Moubarak. L’affaire avait provoqué une crise diplomatique entre Washington et le Caire.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[fbcomments]

Related Articles

Mali: l’ex-chef de la junte rejette les décisions de l’Afrique de l’Ouest

L’ex-chef de la junte militaire qui avait pris le pouvoir le 22 mars au Mali avant d’accepter de le rendre,

Wade a oublié son enveloppe de vote

C’est le président Wade lui même qui l’a signalé au président du Sénat Pape Diop avant de retourner prendre l’enveloppe

ANTI-CFA CE 11 FEVRIER: SUR UN AIR D’INSURRECTION CIVIQUE AFRICAINE (LISTE DES PAYS MOBILISÉS )

[GARD align= »center »] Après un succès historique le 7 Janvier 2017, le front Anti CFA initié par le chroniqueur-activiste Kemi Seba  et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*