« L’actualité africaine en 5 titres » du 22 novembre 2016

[GARD align= »center »]

actualité africaine en 5 titres

Génocide : les regrets de l’Eglise rwandaise

Au Rwanda, l’Eglise catholique demande pardon au cas où certains de ses responsables auraient été impliqués dans le génocide de 1994.

Vingt-deux ans après le génocide, l’Eglise catholique rwandaise n’avait pas officiellement présenté ses excuses pour son rôle dans la planification de ce génocide qui a coûté la vie à environ 800 000 personnes, selon un bilan des Nations unies. Le mea culpa est contenu dans une lettre consacrée à la clôture du grand jubilé de la miséricorde.

La plupart des médias locaux estiment que les Rwandais ont une raison de célébrer Noël cette année puisque l’Église catholique du Rwanda a admis son rôle dans les tueries de 1994. Le courrier rappelle qu’un mois après le début du génocide, le pape Jean Paul II était le premier à condamner officiellement les atrocités commises contre les Tutsis.

Il disait à l’époque que les personnes coupables des massacres seraient responsables devant Dieu et l’histoire. Le Vatican maintient cependant que les prêtres, les évêques, les archevêques et les autres autorités religieuses, qui auraient tué pendant la crise, n’agissaient pas sous les ordres de l’Eglise catholique.

Burundi : un recensement controversé des fonctionnaires

Un formulaire à remplir, à la demande du Sénat, engendre un tollé au Burundi. Il est demandé aux fonctionnaires d’indiquer leurs noms, prénom, âge, sexe, et de mentionner leur appartenance ethnique et régionale.

Selon les autorités, il s’agit d’une mesure autorisée par la Constitution pour mettre à jour les effectifs de la fonction publique.

L’enquête commanditée par le Sénat concerne les agents de l’administration publique et n’a rien d’illégal, affirme le Sénat, une institution habilitée à « vérifier les équilibres ethniques ».

Les fonctionnaires doivent remplir une fiche d’identification. Le recensement fait peur certains fonctionnaires, qui craignent que les résultats soient utilisés à des fins non avouées.

Léonce Ngendakumana, l’un des leaders de l’opposition, estime que ce recensement mené dans « le contexte politique actuel » risque de « rompre les équilibres ethniques » du pays.

Nigeria: le pays s’enfonce dans la crise économique

Le Nigeria s’enfonce dans la crise économique avec une contraction de son PIB de 2,24% au troisième trimestre par rapport à 2015, selon les chiffres du Bureau National des Statistiques (BNS) publiés lundi.

Géant du continent africain, le Nigeria souffre notamment de la chute du prix du baril et d’attaques récurrentes de ses installations pétrolières par des groupes rebelles, entrainant une perte de revenus pour l’Etat, une forte inflation (+18%) et une pénurie de devises étrangères.

Avec une production de pétrole qui est passée de 2,17 millions de barils par jour en 2015 à 1,63 millions de barils aujourd’hui, le « secteur pétrolier a ralenti de 22% par rapport à l’année dernière », note le rapport du BNS publié lundi et le Nigeria a perdu sa place de premier exportateur de l’Afrique sub-saharienne, au bénéfice de l’Angola.

Le pétrole compte pour 70% des revenus de l’Etat et 90% des exportations, et le pays n’a jamais diversifié son économie depuis la découverte de l’or noir dans les années 1960.

Le ralentissement des exportations a entraîné une lourde pénurie de devises étrangères, handicapant l’économie du pays: les plus pauvres qui souffrent d’une forte augmentation des prix de biens de consommation de base, et la classe moyenne et supérieure ne trouve plus de dollars pour voyager à l’étranger.

Une « série de meurtres » au Sénégal

L' »indignation » causée par les violences est montée d’un cran au Sénégal, après qu’une vice-présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a été tuée chez elle, à Pikine, dans la banlieue de Dakar, la capitale.

Le chauffeur de Fatoumata Makhtar Ndiaye est l’auteur présumé de ce crime, selon le procureur général de la République, Serigne Bassirou Guèye. Arrêté après la mort de sa patronne, il est passé aux aveux, a déclaré M. Guèye.

L’auteur présumé de cet « assassinat » sera présenté dans les prochains jours au juge d’instruction, a dit le procureur général lors d’un point de presse tenu dimanche, à Dakar.

Il risque d’être condamné aux travaux forcés à perpétuité. La quasi-totalité des quotidiens sénégalais a évoqué ce lundi la « série de meurtres » dans le pays, notamment à Dakar.

Fin octobre, un chauffeur de taxi a été tué à bout portant par un automobiliste. Selon les médias locaux, le drame a mis fin à une dispute sur l’ordre d’arrivée des protagonistes à une station d’essence, à Dakar.

Libye : 21 morts dans des affrontements

Les affrontements tribaux opposent la tribu des Awled Souleiman à celle des Guedadfa à laquelle appartenait le guide Mouammar Kadhafi dans le Sud.

Les raisons du conflit sont encore floues, mais selon des médias libyens et les réseaux sociaux, les affrontements ont éclaté jeudi après qu’un singe appartenant à un membre d’une des deux tribus aurait agressé une élève dont la famille est issue du camp rival.

Les autorités ne confirment pas cette version mais d’autres témoins affirment que les deux tribus sont en conflit depuis des années.

Depuis la chute du régime Kadhafi en octobre 2011 après huit mois de révolte armée, des combats opposent régulièrement des tribus rivales à Sebha, faisant plusieurs dizaines de victimes.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafriquepolitique

[GARD align="center"]

Related Articles

RDC: 25 civils tués dans une attaque à caractère ethnique dans l’Est

[GARD align= »center »] Vingt cinq civils ont été tués lors d’une attaque menée par une milice de l’ethnie nande dans une

Bonjour Afrique

Voici la rubrique « Bonjour, Afrique » avec Xinhua: 18/04/2012 Guinée-Bissau : les militaires acceptent de rendre le pouvoir aux civils, le calendrier

Afrique du Sud : Jacob Zuma accueilli par des huées dans la province de Limpopo

[GARD align= »center »] Plus rien n’est tranquille pour le président sud-Africain, Jacob Zuma dans la campagne électorale en cours actuellement dans

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*