« L’actualité africaine en 5 titres » du 24 juin 2016

[GARD align= »center »]
Jean Ping

Jean Ping ancien président de la Commission de l’Union africaine | Reuters

Ghana: le président Mahama accusé de corruption par l’opposition

 Le président du Ghana, John Dramani Mahama, a qualifié de « rumeurs sans fondement » des accusations de corruption de l’opposition qui réclame une enquête sur les conditions d’attribution de contrats.

Le chef de l’Etat, âgé de 57 ans, et qui briguera un second mandat à la présidentielle de novembre, a été accusé d’avoir reçu un véhicule tout terrain d’un entrepreneur du Burkina Faso.

Le principal parti d’opposition, le Nouveau parti patriotique (NPP), affirme que le cadeau était destiné à influencer l’attribution de contrats pour la construction d’une route et d’un mur autour de l’ambassade du Ghana à Ouagadougou.

M. Mahama a mis au défi ses adversaires de le contester sur le terrain de la loi.

Le gouvernement ghanéen a confirmé avoir reçu la voiture mais affirme qu’il s’agit d’un simple cadeau et nie qu’il puisse y avoir conflit d’intérêt. La voiture a été ajoutée au parc automobile officiel, selon les autorités.

Des membres de l’opposition parlementaire ont menacé de lancer une procédure de destitution contre M. Mahama qui doit affronter le dirigeant du NPP, Nana Akufo-Addo, à la présidentielle de novembre.

RD Congo: Washington gèle les avoirs du chef de la police de Kinshasa

Washington a annoncé, jeudi 23 juin, le gel des avoirs de Célestin Kanyama, chef de la police de Kinshasa, aux Etats-Unis, pour sa responsabilité dans des violences et des disparitions « ciblant des civils, des femmes et des enfants ».

La pression des Etats-Unis s’accentue contre le régime de Joseph Kabila. En plus du gel des avoirs du chef de la police de Kinshasa, les Etats-Unis ont interdit à toute entité américaine de faire des transactions avec Célestin Kanyama.

« Alors que la limite constitutionnelle du mandat du président Kabila touche à sa fin en décembre, le régime s’est engagé dans une vague de répression, comprenant l’arrestation des membres de l’opposition et la suppression violente de manifestations politiques, afin d’éviter la tenue d’élections nationales programmées », a justifié John Smith, directeur du Bureau de contrôle des actifs étrangers (OFAC).

Célestin Kanyama a été épinglé à plusieurs reprises par les organisations de défense des droits de l’Homme ces dernières années, notamment pour la répression violente contre des manifestations de janvier 2015. Plus de 40 personnes avaient été tuées, dont une vingtaine par les forces de police.

Au moins une cinquantaine de jeunes hommes et de garçons ont été tués lors d’une opération de police conduite par le général Célestin Kanyama nommé en décembre 2013 comme chef de la police de Kinshasa.

Les autorités ont condamné l’idée qu’un pays étranger, fut-il les USA, se permette de sanctionner un fonctionnaire congolais. « C’est un acte inadmissible de substitution de souveraineté que nous n’approuvons pas. Nous le condamnons », a réagi le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, ministre de la Communication et des médias de la RDC.

Gabon : Jean Ping sommé de se présenter devant la justice

Jean Ping, candidat à l’élection présidentielle gabonaise du 27 août, est poursuivi par l’agent judiciaire de l’État pour atteinte « à la sécurité publique » et par Ali Bongo Ondimba pour diffamation. Jusqu’à présent, il ne s’est pas présenté aux convocations judiciaires émises dans ces deux affaires.

« Le parquet de Libreville, par ma voix, a mis en demeure Monsieur Jean Ping de se présenter à la prochaine audience qui devrait avoir lieu la semaine prochaine », explique le procureur de la République de Libreville, Steeve Ndong Essame Ndong, contacté par Jeune Afrique.

M. Jean Ping est accusé d’appel à la haine proféré lors d’une causerie, pendant laquelle il aurait évoqué une expédition contre « les cafards ». Des accusations passibles d’une peine de prison allant de six mois à cinq ans et d’une amende de 24.000 à 250.000 francs CFA, selon l’article 88 du code pénal. Convoqué début juin par la police judiciaire pour cette affaire, il ne s’est pas présenté.

Une seconde plainte contre Jean Ping a également été déposée à la mi-juin par Ali Bongo Ondimba en sa qualité de citoyen, précise le procureur de Libreville. Celle-ci vise un message publié le 17 mai sur le compte Facebook certifié de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine, dans lequel le chef de l’État est qualifié de « pyromane » ou encore de « génocidaire ». Jean Ping était convoqué le 17 juin dans cette dernière affaire, mais seuls ses avocats se sont présentés, affirme sa défense.

 L’Ethiopie se débarrasse de 69 millions de préservatifs défectueux

 L’Éthiopie va jeter 69 millions de préservatifs financés par le Fonds mondial de lutte contre le Sida en raison de leur mauvaise qualité, a rapporté jeudi la radio locale Fana, citant l’Agence éthiopienne de financement et d’approvisionnement pharmaceutiques (PFSA).

Fabriqués par une société indienne, les préservatifs se sont avérés défectueux lors de tests en laboratoire, et le directeur de la PFSA, Meskele Lera, a assuré avoir entamé des démarches pour obtenir un « remboursement de l’argent » et la « couverture des coûts de mise au rebut », selon Fana.

Ils avaient été achetés par les autorités éthiopiennes grâce à un don de 2 millions de dollars accordé par le Fonds mondial de lutte contre le Sida.

Environ 1,2 million d’Ethiopiens vivent avec le virus du Sida, selon des chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La prévalence du virus dans la population est de 2,4%, mais ce taux est significativement plus élevé dans la capitale Addis Abeba, où la prostitution est répandue et largement tolérée.

Championnats d’Afrique d’athlétisme : les Ivoiriens Murielle Ahouré et Méité Ben Youssef remportent l’or sur 100 m 

La sprinteuse ivoirienne Murielle Ahouré et son compatriote Méité Ben Youssef ont remporté jeudi en Afrique du Sud les médailles d’or du 100 mètres dames et hommes, lors des championnats d’Afrique d’athlétisme.

Murielle Ahouré s’est imposée jeudi 23 juin en 10 secondes et 99 centièmes devant la Sud-Africaine Horn Carinab (11’07) et sa compatriote Marie Josée Ta Lou (11’15). Une troisième ivoirienne, Nazié Adeline Guenon, les accompagnait en finale. Murielle Ahouré avait déjà été sacrée championne d’Afrique du 200 mètres en 2014, à Marrakech.

Murielle Ahouré s’est imposée jeudi 23 juin en 10 secondes et 99 centièmes devant la Sud-Africaine Horn Carinab (11’07) et sa compatriote Marie Josée Ta Lou (11’15). Une troisième ivoirienne, Nazié Adeline Guenon, les accompagnait en finale. Murielle Ahouré avait déjà été sacrée championne d’Afrique du 200 mètres en 2014, à Marrakech.

Méité Ben Youssef, qui a remporté la médaille d’or,  a amélioré son record de 4 centièmes. Il a pris la tête de la course en 9 secondes et 95 centièmes, suivi de Lehata Mosito, du Lesotho, (10’04) et de Simbine Akani, pour l’Afrique du Sud (10’05). Il était déjà champion d’Afrique du 100 mètres en 2010 et du 200 mètres en 2012.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitégabonRD Congo

[fbcomments]

Related Articles

Somalie: les luttes de pouvoir menacent la paix, estiment l’ONU et l’UE

 [GARD align= »center »] La lutte de pouvoir que se livrent le président somalien et son Premier ministre compromettent les fragiles avancées

Côte d’ivoire : A la CPI, Laurent Gbagbo n’a rien à reprocher aux conditions de détention selon son avocat

[GARD align= »center »] « Laurent Gbagbo est traité de façon convenable à la CPI ». Déclaration faite par son avocat Me

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai refuse de démissionner

Le Premier ministre sortant du Zimbabwe et grand perdant des élections générales du 31 juillet dernier, Morgan Ysvangirai, a démenti

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*