« L’actualité africaine en 5 titres » du 25 août 2016

[GARD align= »center »]

Le Malien Ahmed al Faqi al Mahdi (à gauche) lors de sa comparution, le 30 septembre 2015, à la Cour pénale internationale, à La Haye.|© Reuters

Le Malien Ahmed al Faqi al Mahdi (à gauche) lors de sa comparution, le 30 septembre 2015, à la Cour pénale internationale, à La Haye.|© Reuters

CPI : fin du procès-éclair du djihadiste malien Ahmed Al Mahdi

Le procès d’Ahmed Al Mahdi devant la Cour pénale internationale a pris fin mercredi.

L’ex-membre d’Ansar Dine avait plaidé « coupable », au début du procès, d’un crime de guerre pour la destruction de neuf des Mausolées de Tombouctou et de la porte de la mosquée Sidi Yahia. A cette époque, la ville était occupée par les djihadistes d’Ansar Dine et d’AQMI.

Le procureur a requis de 9 à 11 ans de prison contre, je cite, « le chef d’orchestre de la destruction » des Mausolées de Tombouctou. Devenu conseiller en matière islamique des émirs d’AQMI et d’Ansar Dine lors de l’occupation en 2012, Al Mahdi avait, pendant un mois, surveillé l’activité des habitants autour des Mausolées, et conclu que leurs pratiques idolâtres n’étaient pas conformes à l’Islam.

S’il affirme s’être prononcé contre, il supervise néanmoins les destructions. Pour le procureur, la destruction des Mausolées est un « crime contre l’histoire et la mémoire ». Les juges se sont retirés pour délibérer. Le verdict sera rendu le 27 septembre.

Zimbabwe : la police disperse une manifestation anti-gouvernementale

La police zimbabwéenne a fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eaux pour disperser les manifestants anti-gouvernementaux.

Près de 200 manifestants ont dénoncé ce qu’ils ont qualifié de brutalité policière et ont demandé au président Robert Mugabe de démissionner. Les partis de l’opposition au Zimbabwe ont prévu d’organiser vendredi une manifestation commune à Harare.

Les manifestations contre les gouvernements se sont multipliées contre la politique économique du président Robert Mugabe. Le Zimbabwe a abandonné sa devise nationale après avoir connu une inflation de l’ordre de plusieurs milliards pour cent en 2009.

Le président Mugabe dirige le Zimbabwe d’une main de fer depuis l’indépendance du pays en 1980.

Nigéria : 9 banques suspendues de commerce de devises

Neuf banques nigérianes ont été suspendues de commerce de devises étrangères pour ne pas avoir versé au gouvernement les sommes qu’elles lui devaient.

Les banques ont retenu à la source un total de 2,1 milliards $, appartenant à la compagnie pétrolière de l’État.

L’an dernier, le président Muhammadu Buhari a ordonné la fusion de tous les comptes de l’Etat en un seul, domicilié à la banque centrale pour réduire la corruption. Il y a près d’un an que la date limite pour transférer l’argent au gouvernement est passée.

Les banques concernées sont: Diamond Bank, Fidelity Bank, First Bank, First City Monument Bank, Heritage Bank, Keystone Bank, Skye Bank, Sterling Bank et United Bank for Africa. La plupart des banques commerciales, en particulier les plus petites, ont souffert des conséquences de la politique, puisque des agences gouvernementales ont arrêté de déposer leur argent chez elles.

Les clients des banques – notamment ceux dans l’import-export de marchandises – seront affectés par l’interdiction, puisqu’ils ne seront plus en mesure d’accéder à leurs comptes en devises.

L’interdiction du commerce de devises est susceptible d’avoir un impact majeur sur les banques impliquées.

Afrique du Sud : le ministre des Finances défie la police

Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, a annoncé mercredi qu’il ne se présentera pas le lendemain à la convocation de la police qui le soupçonne d’espionnage.

« Je n’ai aucune obligation légale de me présenter à cette convocation des Hawks. Je ne compte pas m’y rendre », explique Pravin Gordhan dans un communiqué.

M. Gordhan est soupçonné d’avoir supervisé l’espionnage d’hommes politiques, dont le président Jacob Zuma, via une unité de ses services. Des allégations rejetées par le ministre sud-africain des Finances.

Dans une lettre qu’il a transmise mercredi aux Hawks, une unité spéciale de la police, Pravin Gordhan explique que l’unité d’enquête en question a été créée par le fisc (SARS) qu’il a dirigé de 1999 à 2009 avec l’aval du gouvernement de l’époque. Celle-ci visait, selon lui, à mieux lutter contre l’évasion fiscale.

« De ce que je sais, cette unité a rempli ses fonctions en respectant la loi », précise le ministre. En mars, M. Gordhan s’était déjà plaint de recevoir des « intimidations » de la part des Hawks au sujet de cette affaire.

Le rand sud-africain a chuté de 4% face au dollar américain après cette annonce.

Présidentielle au Gabon: « Jean Ping fuit le débat parce qu’il a peur » (porte-parole du président Ali Bongo)

Alain Claude Billie Bi Nez, le ministre de la Communication au Gabon et porte-parole du président Ali Bongo Odimba accuse l’opposant Jean Ping de « se débiner » face aux critiques

Question : Ce matin, Jean Ping a proposé au Conseil national de la Communication (CNC) d’organiser un débat contradictoire entre lui-même et le président sortant, y êtes-vous favorable ?

Réponse Claude Billie Bi Nez: Pourquoi devrions-nous modifier les lois du pays en sa faveur à trois jours du scrutin ? En matière électorale, le CNC a fixé les règles de longue date. Chaque candidat est interrogé par un panel de journalistes choisis par le CNC.

Question : Jean Ping dit refuser de se prêter à ce jeu..

Réponse : M. Jean Ping fui le débat -alors que ses représentants étaient présents- parce qu’il a peur. Son projet est d’une vacuité extraordinaire. Ces bonnes intentions ne sont pas chiffrées, ni évaluées. Il n’a pas envie de répondre à la série de scandales. Qu’ils s’agissent de soupçons de rétro-commissions touchées par une entreprise chinoise qu’il a imposée, ou de ses liens avec une société ayant permis la sortie de tankers de pétrole non déclarés aux douanes gabonaises.

Il fallait qu’il réponde. Il a préféré se débiner. Cette idée de débat est une fuite en avant. Et puis pourquoi débattre avec Ali Bongo et pas avec les autres candidats ?

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[fbcomments]

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 06 novembre 2016

[GARD align= »center »] Bénin : Ajavon jugé pour trafic de drogue L’homme d’affaires franco-béninois, Sébastien Ajavon, a été jugé, vendredi, en

En 2012, 75,3 % des personnes affectées par les catastrophes climatiques dans le monde étaient africains

L’Afrique a totalisé à lui seul 75,3% des personnes qui ont été frappées par des catastrophes liées au climat en

Sénégal: Macky Sall limoge son ministre-conseiller Malick Ndiaye

[GARD align= »center »] Le président de la République du Sénégal, Macky Sall a limogé le ministre-conseiller Malick Ndiaye, selon la presse

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*