« L’actualité africaine en 5 titres » du 25 novembre 2016

[GARD align= »center »]

Samuel Eto’o

Samuel Eto’o | Ph. mboafootball

Espagne: Eto’o, soupçonné de fraude fiscale, risque jusqu’à 10 ans de prison

Samuel Eto’o hors jeu ? L’idole camerounaise a rejoint la liste des joueurs passés par le Barça à connaître des ennuis fiscaux, et le buteur risque des peines de prison qui, cumulées, représentent dix ans, ainsi qu’une amende de 14,3 millions d’euros.

La justice espagnole va décidément droit au but : après Neymar mercredi – contre qui deux ans de prison et dix millions d’euros d’amende ont été requis dans le cadre de son transfert controversé vers Barcelone – c’est au tour du quadruple joueur africain de l’année (2003, 2004, 2005 et 2010) d’être dans le collimateur.

Les soucis judiciaires de l’ancien attaquant des Blaugranas remontent justement à sa période barcelonaise (2004-2009), selon les réquisitions datées du 10 novembre mais révélées jeudi.

Le parquet assure que le joueur a mis en place un montage de sociétés pour éviter de déclarer une partie de ses revenus.

Comme Lionel Messi, avec lequel il a évolué de concert pendant plus de quatre saisons au Barça, Eto’o est soupçonné d’avoir manœuvré pour payer moins d’impôts sur les revenus tirés de l’utilisation de son image, notamment par Puma, et versés à partir de 2006, selon ce texte.

A Barcelone, où il a gagné trois Championnats d’Espagne, une Coupe du Roi, deux Supercoupes d’Espagne et deux Ligues des champions, Eto’o, désormais 35 ans, aurait ainsi évité de payer 3,9 millions d’euros d’impôts.

– 3,9 M EUR de fraude présumée –

« Le footballeur a simulé que ces droits avaient été cédés à deux sociétés domiciliées respectivement en Hongrie et en Espagne, dans le but de réduire son impôt de manière frauduleuse », affirme le parquet dans ces réquisitions transmises au juge en charge de l’enquête à Barcelone.

Le ministère public estime de ce fait que l’attaquant doit être condamné à rembourser au fisc le montant de la fraude présumée (3,9 M EUR) majoré des intérêts, et à des amendes représentant 14,3 millions d’euros au total.

Sociétés-écrans –

Pour réduire ses impôts, il avait cédé ses droits à une société basée en Hongrie qui déclarait ses gains dans ce pays, où le taux d’imposition est un des « plus bas d’Europe », selon le parquet.

Une deuxième société, espagnole, les déclarait en Espagne, mais ces gains étaient imposés au titre de l’impôt sur les sociétés, inférieur à l’impôt sur le revenu qui aurait dû être payé, selon le fisc

RDC : l’armée libère des otages

Le chef d’une unité de l’armée congolaise déclare avoir libéré 26 personnes qui étaient détenues dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) par un groupe rebelle ougandais.

Selon le capitaine Mak Hazukay Mongba, la libération des ex-otages a eu lieu durant ces derniers jours.

Certains ex-otages ont déclaré que les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) les ont arrêtés pour faire comprendre à l’armée congolaise qu’ils contrôlaient certaines parties de Beni, dans l’est de la RDC.

Selon Omar Kavota, directeur d’une organisation congolaise de défense des droits de l’homme, le groupe rebelle représentait une menace pour la localité de Béni.

Le groupe ADF figure parmi les dizaines de mouvements armés qui se disputent le contrôle de l’est de la RDC, une zone très riche en ressources minières. Ils sont accusés d’avoir tué près de 700 civils depuis octobre 2014.

Cameroun : une centaine de personnes arrêtées

Au moins 100 personnes ont été arrêtées lors de manifestations contre l’introduction du français dans la partie anglophone du Cameroun, selon des sources officielles camerounaises.

Une personne a été tuée dans la ville de Bamenda, capitale de la région du Nord-Ouest, lors des rassemblements organisés depuis lundi. Plusieurs blessés ont été dénombrés à la suite de ces manifestations.

Les enseignants des régions anglophones protestent contre la nomination de collègues francophones dans les directions d’écoles de formation technique où l’anglais est dominant. Les avocats anglophones du Cameroun sont en grève depuis le 11 octobre. Ils exigent la traduction en anglais des lois camerounaises.

En réponse à leurs revendications, le gouvernement a annoncé la tenue prochaine d’états généraux de la justice. La plus grande partie du Cameroun est francophone.

Kigali veut des excuses du Vatican pour le rôle des catholiques dans le génocide

Le gouvernement rwandais a jugé « inadéquates » les excuses présentées par l’église catholique rwandaise pour le rôle de certains de ses membres lors du génocide rwandais de 1994, qui a fait environ 800.000 morts, affirmant que le Vatican lui-même devrait demander pardon pour ces crimes.

« Au vu de l’échelle à laquelle ces crimes ont été commis, des excuses de la part du Vatican seraient amplement justifiées », a soutenu le gouvernement rwandais dans un communiqué publié mercredi soir, assurant que de telles excuses avaient déjà été présentées par l’Eglise catholique pour des crimes selon lui « de plus petite ampleur ».

Dimanche, une lettre d’excuses signée par les évêques des neuf diocèses du Rwanda avait été lue dans les églises du pays à l’occasion de la clôture par le pape François de l’ »Année sainte de la miséricorde ».

L’évêque Philippe Rukamba, président de la Commission épiscopale rwandaise, avait toutefois précisé qu’il s’agissait d’une demande de pardon pour des individus et non pour l’Eglise en tant qu’institution. « L’Eglise n’a pas participé au génocide », avait-t-il affirmé, rappelant que l’Eglise catholique rwandaise avait déjà formulé des excuses similaires en 2000.

RDC: appel au calme dans le Sud-Est après de nouveaux heurts meurtriers

Le gouverneur du Tanganyika a appelé au calme jeudi après de nouveaux affrontements interethniques meurtriers dans cette province du sud-est de la République démocratique du Congo.

« La situation n’est pas alarmante comme beaucoup voudraient le faire croire », a déclaré à l’AFP Richard Ngoyi Kitamala, souhaitant que ses administrés « vaquent librement à leurs occupations ».

Joint par téléphone à Kalemie, capitale du Tanganyika, à partir de Lubumbashi, la grande ville du sud-est de la RDC, M. Ngoyi Kitamala a reconnu qu’il y avait régulièrement « des affrontements sporadiques entre Pygmées et Bantous dans la région », mais il a qualifié de « rumeurs » les informations sur une « tuerie » à Muswaki.

Mercredi, le colonel Félix-Prosper Basse, porte-parole de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco), avait indiqué avoir reçu des informations « non confirmées » sur une attaque de Pygmées qui aurait fait trente morts dans cette localité située à quelque 70 km à l’ouest de Kalemie.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafricaine

[GARD align="center"]

Related Articles

La Zambie s’interroge sur la santé de son président

 [GARD align= »center »] Le président zambien Michael Sata, 77 ans, est-il malade, voire mourant? Officiellement non, mais son absence de la

Centrafrique: le mystère des squelettes de la maison Bozizé

Espérant trouver or et diamants cachés, les pilleurs d’une des maisons du président centrafricain déchu François Bozizé ont découvert deux

Centrafrique : la France n’est pas là pour « protéger un régime »

Avec les rebelles à la porte de Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le président François Bozizé n’a pas

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*