« L’actualité africaine en 5 titres » du 11 octobre 2016

[GARD align= »center »]

Le président rwandais Paul Kagamé

Le président rwandais Paul Kagamé

Le Rwanda met en garde la France

Le président du Rwanda Paul Kagame a mis en garde la France contre une éventuelle épreuve de force suite à l’annonce par les enquêteurs français de réouvrir une enquête sur l’assassinat de l’ex-président rwandais Juvénal Habyarimana.

L’avion d’Habyarimana avait été abattu en 1994, ce qui avait déclenché le génocide de centaines de milliers de Rwandais, principalement des Tutsis. L’enquête a été relancée afin d’entendre le témoignage d’un général dissident, Faustin Kayumba Nyamwasa, qui assure que M. Kagame est responsable.

Kagame nie fermement toute implication dans l’attentat contre l’avion présidentiel. En 2006, le Rwanda a rompu ses relations avec la France pendant trois ans, après qu’un juge ait appelé M. Kagame à comparaître.

Première apparition publique de Compaoré

Le président déchu du Burkina Faso, Blaise Compaoré, renversé en octobre 2014 par un soulèvement populaire, est apparu en public pour la première fois depuis son exil contraint vers le pays voisin, la Côte-d’Ivoire.

Compaoré a rendu visite à l’ex-président de Côte-d’Ivoire Henri Konan Bédié à Abidjan, mais il n’a pas précisé pourquoi aux médias.

Valérie Bony, correspondante de la BBC sur place, a pris une photo de M. Compaoré (D) tenant la main de M. Bédié. M. Compaoré est recherché dans son pays pour le meurtre de manifestants qui s’étaient opposés au régime en 2014.

Il nie toutes ces allégations. Les experts disent qu’Alassane Ouattara, président de la Côte-d’Ivoire, a envers M. Compaoré une dette de gratitude pour sa médiation dans le conflit désormais terminé qui a divisé son pays. Il est peu probable qu’il décide de l’extradition du président déchu vers le Burkina Faso.

En RDC, un nouveau massacre à Beni fait au moins dix morts

Dans le quartier Boikene à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), une nouvelle attaque a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi.

L’attaque est attribuée aux rebelles ougandais ADF Nalu (Alliance des forces démocratiques), « qui viennent du Parc National des Virunga et qui sont très actifs dans la zone, selon les sources de la sociéte civile du territoire de Beni présente sur place.

« Ils ont fait une incursion en attaquant dimanche vers 17h » indique la société civile. Le bilan est lourd avec « un militaire des FARDC, 8 civils massacrés à la machette et 2 rebelles tués, une école incendiée ainsi que plusieurs habitations ».

« La population fuit du nord-est de la ville vers l’ouest de peur d’une nouvelle attaque, ajoute un membre de la sociéte civile. Les milices se rapprochent des grandes agglomérations et c’est la ville de Beni toute entière qui est sous la menace. »

Maroc: l’islamiste Benkirane reconduit Premier ministre (officiel)

Le Premier ministre sortant Abdelilah Benkirane, dont le parti islamiste a remporté les élections législatives vendredi au Maroc, a été reconduit dans ses fonctions, a-t-on appris lundi de source officielle.

Mohammed VI a nommé M. Benkirane Premier ministre et l’a chargé de former un nouveau gouvernement, indique un communiqué du palais royal. Cette nomination intervient après la victoire du PJD (Parti justice et développement, islamiste) aux législatives qui se sont tenues vendredi dans le pays.

Benkirane était déjà la tête du gouvernement de coalition depuis cinq ans, après la victoire du PJD aux législatives de 2011, organisées dans la foulée d’une révision constitutionnelle menée par Mohammed VI pour calmer le « mouvement du 20 février », la version marocaine du Printemps arabe.

Vendredi, le PJD, dont M. Benkirane est le secrétaire générale, a obtenu 125 sièges, contre 102 à son principal adversaire, le Parti authenticité et modernité (PAM).

Nouvelle flambée de violences dans les universités sud-africaines

Des affrontements violents ont à nouveau opposé lundi la police à des étudiants hostiles à l’augmentation annoncée des frais de scolarité dans plusieurs universités d’Afrique du Sud, dont celle de Witwatersrand (Wits) à Johannesburg.

Dans la plus grande ville du pays, les incidents ont éclaté quelques heures à peine après la reprise officielle des cours, très perturbés à Wits depuis le début du mouvement il y a trois semaines.

Un groupe d’étudiants a attaqué à coup de jets de pierres des policiers et des agents de sécurité privés qui interdisaient l’accès d’un des bâtiments historiques du campus, provoquant leur riposte immédiate.

Déployés en nombre, les forces de l’ordre ont fait usage de grenades lacrymogènes et assourdissantes, de balles en caoutchouc et de canons à eau pour disperser les manifestants.

« Au moins » onze personnes ont été arrêtées, a indiqué sur Twitter la direction de Wits. Les affrontements ont ensuite débordé le campus pour se propager dans l’après-midi vers un quartier voisin, dans le centre-ville de Johannesburg. Un bus a été caillassé et incendié.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
actualitéafriquecote d'ivoireRDCrwanda

[fbcomments]

Related Articles

Seif al-Islam Kadhafi serait pendu en Libye, assure la défense à la CPI

Seif al-Islam serait sans aucun doute condamné à mort et pendu s’il devait être jugé en Libye, ont assuré mercredi

Un enfant Ivoirien découvert dans une valise à la frontière Espagnole

Un père d’origine Ivoirienne a caché son fils dans une valise pour le faire traverser la frontière Espagnole depuis le Maroc.

Manuel Valls en Algerie en préparation de la rencontre Hollande et Bouteflika

Alors que le président français se trouvait ce week-end en République démocratique du Congo, son ministre de l’Intérieur, Manuel Valls,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*