L’Afrique a besoin d’une politique juste

L’Afrique a besoin d’une politique juste
L’Afrique a besoin d’une politique juste

Amma Asante / Photo : Sophie van Leeuwen

Amma Asante se propose d’être la première Ghanéenne à occuper un siège au Parlement néerlandais. Elle figure sur la liste du parti travailliste PvdA aux prochaines législatives, prévues le 12 septembre aux Pays-Bas.

Née au Ghana en 1972, elle s’installe avec sa famille aux Pays-Bas à l’âge de 6 ans. Son programme politique : promouvoir une plus grande tolérance et l’égalité des chances aux Pays-Bas. Parlant de l’Afrique, elle estime que le continent devrait être traité avec une plus grande équité.
« Enfant, j’ai vu l’impact qu’une décision politique peut avoir sur la vie. Je suis arrivée ici parce que mon père, qui était à l’origine en situation irrégulière aux Pays-Bas, a obtenu un permis de séjour et de travail en 1978. Grâce à cela, ma mère et moi avons pu rejoindre mon père. »

« J’ai pris conscience que la politique, ce n’est pas seulement un petit groupe de gens qui se réunissent pour discuter, mais que c’est diriger la société. »

Le Ghana vient de perdre l’un de ses homes politiques importants, le président John Atta Mills, décédé en juillet dernier. Qu’avez-vous ressenti ?

« C’est vraiment, vraiment un grand malheur. Sa mort a causé beaucoup de douleur, y compris au sein de la communauté ghanéenne aux Pays-Bas. Nous sommes de tout cœur avec les Ghanéens du Ghana. »

Aimeriez-vous être la prochaine présidente du Ghana ? Si vous aviez la nationalité ghanéenne ?

« Je ne sais pas ! « , dit-elle en riant. Quand j’étais petite et qu’on me demandait ce que je voulais devenir plus tard, je répondais toujours : j’aimerais beaucoup être la première femme présidente du Ghana. Je voulais vraiment contribuer au développement du pays où je suis née. »

« Pour le moment, je dois surtout me concentrer sur l’égalité des droits pour les minorités aux Pays-Bas. Mais on ne sait jamais, peut-être qu’un jour ce sera possible ! Ce n’est pas exclu. »

Qu’est-ce que vous souhaitez pour les jeunes au Ghana ?

« L’une de leurs principales frustrations, c’est qu’une fois qu’ils ont terminé leurs études il n’y a pas d’emplois. On dirait que la seule façon de réussir est d’aller en Europe. Quand vous allez à l’ambassade des Pays-Bas à Accra, vous voyez des gens faire la queue, assis par terre, en attendant un visa pour les Pays-Bas. »

Lire la suite sur  RNW

Par Sophie van Leeuwen 

 
Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
afriquedéputéfemmepolitiquesociété

Related Articles

Le Malawi veut interdire les mariages d’enfants

Le Malawi s’apprête à interdire le mariage précoce de petites filles avec une loi interdisant le mariage des moins de

Guinée-Bissau: un cas suspect d’Ebola

[GARD align= »center »] Alors que le Mali annonce avoir guéri son dernier patient, la Guinée-Bissau enregistre, à son tour, un cas

Les secteurs qui recrutent en Afrique

Selon les experts du FMI et de la banque mondiale, l’Afrique serait le futur eldorado et son entrée depuis peu

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*