L’Afrique de l’Ouest se prépare à l’arrivée du numérique

L’Afrique de l’Ouest se prépare à l’arrivée du numérique

[wp_ad_camp_3]

tele-numeriqueLes pays de l’Afrique de l’Ouest se préparent au passage imminent de l’analogique au numérique en 2015. Ainsi, pour peaufiner une stratégie afin que tous les pays membre de l’Union monétaire Ouest africaine (Uemoa), répondent aux normes, un atelier de deux jours s’est ouvert à Dakar.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le premier ministre du Sénégal, Aminata Touré. En effet, la date butoir est fixée au 17 juin 2015 pour les télévisions et 2020 pour les radios. Selon les experts qui prennent part à cette rencontre, « le saut dans cette nouvelle modernité est désormais incontournable. Transiter vers le numérique ou disparaître du paysage de l’audiovisuel ».

Cependant, certains indiquent qu’en Afrique, le passage au numérique dans le secteur de l’audiovisuel est loin d’être atteint. Car, la plupart des pays africains ont des difficultés pour rendre effectif le passage de l’analogie au numérique. Pour l’instant, seuls Ghana, l’Île Maurice, l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Algérie et Tunisie ont achevé leur transition vers le numérique sur le continent.

Selon Emmanuel Adjovi, expert en télécommunication, « certains gouvernants croient que cela nécessite des moyens financiers importants au moment où ils ont d’autres priorités ». Toutefois, le représentant de la commission de l’Uemoa, Koffi N’Goyet reconnaît qu’ « aujourd’hui, il ne nous nous reste que dix-huit mois pour achever cette transition numérique dans des conditions acceptables ». « Pour la transition numérique, l’ambition de la Commission de l’UEMOA est de mettre en cohérence les efforts de l’ensemble des Etats membres de l’Union, en veillant à une forte implication de tous les acteurs, notamment les radios et les télévisions, les structures publiques et privées concernées, ainsi que les populations », a-t-il soutenu.  

[wp_ad_camp_2]

Poursuivant, il souligne que, « la conjugaison harmonieuse des efforts de tous les acteurs, devrait se traduire par une transition réussie ». De l’avis du premier ministre sénégalais,  avec cette passage au numérique, « nous assistons sans être en mesure d’en inverser la tendance (y avons-nous d’ailleurs intérêt) à la naissance d’une nouvelle société dans laquelle l’information et le savoir circulent à grande vitesse et sillonnent la planète quasiment sans médiation, ne demandant qu’à trouver auprès des peuples l’intelligence d’en tirer le meilleur parti possible ».

« Chaque nation, ira s’abreuver à cette source inépuisable, avec ses propres références, ses valeurs et ses apports fécondants. Elle en tirera ce qui l’intéresse et y versera une part de son identité afin de participer activement à cette civilisation du brassage qui va redessiner les relations au-delà des frontières physiques », a soutenu Aminata Touré.  

Adama COULIBALY
Dakar-Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
afriquenumérique

Related Articles

Togo: fermeture des frontières terrestres pour l’élection présidentielle

Le gouvernement togolais a annoncé avoir ordonné la fermeture des frontières terrestres du pays de vendredi soir à dimanche matin,

Un camp du parti de Gbagbo appelle Poutine à prendre « à bras le corps » la libération de l’ex-président ivoirien

[GARD align= »center »] Une frange du Front populaire ivoirien (Fpi, opposition), le parti de Laurent Gbagbo, conduite par Abou Drahamane Sangaré,

Cotonou: la BOAD dévoile ses grands projets de financement

[GARD align= »center »] Le Conseil d’administration de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) vient de livrer à Cotonou au Bénin ses

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*