L’Afrique future marché économique en cœur de la convoitise Américaine

L’Afrique future marché économique en cœur de la convoitise Américaine

L’Afrique est devenue la prochaine frontière du marché économique, grâce à la croissance extraordinaire qu’elle connaît récemment, aux nouvelles réformes et à la bonne gouvernance qui s’étendent sur le continent, a dit Florizelle Liser, la représentante adjointe des États-Unis pour le commerce extérieur, chargée de l’Afrique,cette analyse rejoint celle du Fmi et du groupe de la Banque Mondiale qui tablent sur une courbe ascendante de la croissance africaine à court moyen et long terme ce qui augure de bonne perspectives de la balance commerciale africaine à l’heure où l’Europe se focalise sur l’austérité et la rigueur budgétaire , d’où le continent Africain se présente comme un modèle de la croissance .

En effet, selon une source des programme d’information internationale du département d’Etat Américain Mme Florizelle Liser estime que : « le genre de taux de croissance dont nous sommes témoins, les réformes adoptées dans de nombreux pays subsahariens, les réformes mises en vigueur dans le milieu du commerce et des affaires, le leadership que nous voyons aujourd’hui sur le continent, les progrès au niveau de la démocratie et la diminution des conflits, nous nous rendons compte que l’heure de l’Afrique est venue », a déclaré Mme Liser lors d’une audience de la sous-commission sur l’Afrique, la santé mondiale et les droits de l’homme, qui relève de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des Etats Unis .

C’est dans cette optique qu’il sied dire , Comme le soutienne les analystes économiques et spécialistes de l’économie Africaine que, les économies qui connaissent une croissance des plus rapides et une classe moyenne de consommateurs qui s’élargit vite se trouvent aujourd’hui sur le continent, l’Afrique a bénéficié d’une croissance économique considérable au cours des quelques dernières années soulignent les spécialiste de la question tout comme le président de la Banque Africaine de développement (BAD) Donald Kaberuka récemment lors des assemblées annuelles de cette institution à Arusha en mais passé . Et Madame Liser ajoute que les rendements sur les investissements en Afrique « tombent rarement sous les 10 %, et représentent ainsi l’un des taux de rendement parmi les plus élevés dans le monde ».

Lors de cette audience tenue le 17 avril, Mme Liser a indiqué aux députés Américains que toute entreprise dans le monde qui vise la croissance « doit absolument se doter d’une stratégie africaine » pour engager le continent. C’est dans cette optique qu’elle estime que les efforts entrepris en faveur du continent par le gouvernement des États-Unis se trouve sa Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) qui défini les relations commerciales entre les Etats Unis et le continent et a contribué sans cesse à l’accroissement et à la diversification des exportations africaines vers les États-Unis depuis qu’elle à été mise œuvre en mai 2000 par le président Bill Clinton, a relevé Mme Liser.

L’AGOA on rappel est un vaste programme central de développement économique, conçu par le gouvernement Américain pour promouvoir les relations de commerce et d’investissements avec l’Afrique subsaharienne, offre un traitement préférentiel aux 40 pays africains qui y participent en éliminant presque tous les tarifs sur les produits qu’ils exportent vers les États-Unis. Il élimine aussi d’autres obstacles au commerce et les droits de douane dans le cadre d’efforts coordonnés pour stimuler la croissance, encourager l’intégration économique et aider l’Afrique subsaharienne à faire partie de l’économie mondiale.

L’AGOA a aidé de nombreux pays africains à accroître et à diversifier leurs exportations vers les États- Unis, portant leur total à 74,2 milliards de dollars en 2011, soit une hausse de 14 % par rapport à l’année précédente. Cette augmentation a été le résultat d’exportations accrues de combustibles minéraux, de pierres et métaux précieux, de véhicules et de produits de cacao …

C’est sans nulle doute fort de ces prévisions prospectives qui offre de perspectives meilleurs que le chef de l’Etat Ivoirien Alassane Ouattara à appelé à la tribune du conseil des gouverneurs de la Bad les dirigeant du continent a hisser les ETATS Africains parmi les 100 premiers Etats du monde car selon lui ‘’ Les lions d’Afriques doivent talonné les tigres et les dragons d’Asie et de l’Amérique Latine .‘’Le Continent Africain se positionne au regard de tout ce qui précède et face à la crise qui secoue le continent Européen comme la future frontière de l’économie mondiale ;les Américains le perçoive déjà les européens feront certainement autant ,les Asiatiques à travers la Chine ,l’Inde la Corée et les dragons du sud Est l’ont déjà compris et multiplient les partenariat gagnant gagnant à l’instar des Sud Américain (Brésil ,Venezuela …)

Rodrigue Fénelon Massala (@rfemassala)

Fénelon Massala

Fénelon Massala

Journaliste, Grand Reporter.


Tags assigned to this article:
afriquecroissanceéconomie

Related Articles

Mozambique: le président et le chef de la rébellion signent la paix

Le président mozambicain Armando Guebuza et le chef de la rébellion de la Renamo Afonso Dhlakama ont signé vendredi à

L’Ouganda sera un producteur de pétrole dans deux ans

[GARD align= »center »] L’Ouganda espère commencer la production commerciale de pétrole dans deux ans, a indiqué jeudi sa ministre des Finances

Mr Gay World en Afrique du Sud, avec les premiers candidats noirs africains

L’élection de Mister Gay World, un concours de beauté destiné à désigner un avenant ambassadeur des droits des homosexuels, s’est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*