Lancement d’un nouveau service ferroviaire pour tenter de désengorger Nairobi

Lancement d’un nouveau service ferroviaire pour tenter de désengorger Nairobi
Nairobi

Un train circule à Nairobi au Kenya, le 5 janvier 2010
© AFP/Archives Simon Maina

Des habitants de la banlieue est de Nairobi ont pu rejoindre mercredi pour la première fois le centre de la capitale kényane en train, grâce au lancement d’un nouveau service ferroviaire, première étape d’un vaste projet destiné à soulager la ville congestionnée par les bouchons.

Depuis la toute nouvelle gare de Syokimau, à 16 km du centre de Nairobi, les premiers passagers ont embarqué à bord de wagons remis à neuf et rejoint la gare centrale de la capitale en une trentaine de minutes.

Le trajet par la route prend au mieux 90 mn et peut durer deux fois plus aux heures de pointe ou bien quand les routes sont inondées par les forts orages réguliers en saison des pluies.

Nairobi a été classée en 2011 quatrième pire ville du monde en terme de circulation automobile, dans une étude commandée par IBM, arrivant derrière Mexico, Shenzhen et Pékin.

« L’exactitude, le côté pratique et la facilité du déplacement valent chaque shilling » du ticket, vendu 100 shilling kényans (environ 90 cts d’euros), explique Jessica Mwangangi, propriétaire d’une boutique de vêtement dans le quartier des affaires, où la circulation est extrêmement difficile.

« Désormais, je n’utiliserai plus ma voiture que les week-end », assure-t-elle en descendant du train.

Celui-ci emprunte une ligne remontant à l’époque coloniale et jusqu’ici essentiellement utilisée par des wagons de marchandises, sur lesquels grimpent ou s’agrippent de nombreux « voyageurs », notamment les habitants des bidonvilles qu’elle traverse.

L’élégante et moderne gare de Syokimau, dotée de systèmes électroniques de délivrance et de validation des tickets et de vastes parking, est la première construite depuis l’indépendance du Kenya (la plus récente jusqu’ici avait 80 ans), et a coûté 4,6 millions de dollars.

« Elle va désencombrer les routes, diminuer les émissions de carbone et fournir un moyen de transport sûr, fiable et abordable », a affirmé le directeur exécutif de la Société des Chemins de fer du Kenya (KRC), Nduva Muli, en inaugurant la gare mardi.

Celle-ci est théoriquement la première d’un réseau devant comprendre 28 gares qui seront construites au cours des prochaines années, à une échéance non précisée.

Car le projet accuse un retard conséquent, puisqu’il aurait dû être totalement achevé en décembre 2011, selon le calendrier initial. Et pour l’heure, Syokimau reste la seule gare en service. Cinq liaisons quotidiennes aller et retour sont prévues, chaque rame pouvant transporter environ un millier de passagers par trajet.

Au-delà de l’excitation suscitée par la nouveauté, certains doutent de l’efficacité du nouveau service, notamment en raison de son prix relativement élevé à l’échelle du pays, qui ne le rend accessible qu’à la classe moyenne.

« Beaucoup de gens ont des problèmes plus importants que de passer du temps dans les embouteillages: notamment réussir à économiser sur leurs maigres revenus », explique Job Otieno, un passager monté dans le train parce que le voyage était gratuit en ce premier jour d’exploitation.

« Demain je prendrai le bus. C’est trop cher pour moi », ajoute-t-il. Le trajet aller-retour revient à 200 shillings, plus que les 150 shillings que rapporte une journée de travail à de nombreux travailleurs occasionnels.

Avec AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
kenyarailTransport

Related Articles

L’UA ne veut plus de conflit armée en Afrique en 2020

[GARD align= »center »] L’Union Africaine a un nouvel objectif pour le continent. C’est d’arriver à zéro conflit armé d’ici 2020. Une

La RDC une nouvelle fois au dernier rang de l’indice de développement humain du PNUD

La République démocratique du Congo (RDC) arrive une nouvelle fois au 186e et dernier rang -avec le Niger- du classement

Namibie: Hage Geingob élu président

 [GARD align= »center »] Le candidat du parti au pouvoir, Hage Geingop, a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle en Namibie avec

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*