Le ballon, c’est le peuple congolais qui l’a toujours possédé et non les politiciens

Le ballon, c’est le peuple congolais qui l’a toujours possédé et non les politiciens

Les Congolais aiment bien cette histoire de « plein na plein» comme si cela justifiait quoi que ce soit. Voilà. Je viens de voir les images de Kamhere à l’Est, et là là là. Du jamais vu! Franchement incroyable! Cet homme est brillant mais comme j’ai eu à le dire, ça ne suffit pas. Être à la tête d’un État comme la RDC implique qu’on soit congolais d’origine. Kamhere ne m’a pas convaincu : il est resté évasif sur la question. Que les compatriotes de l’Est le soutiennent ne m’étonne pas. Et pas du tout. Qu’est-ce que Tshisekedi a fait pour convaincre ces compatriotes qu’il est l’homme qu’il faut? RIEN. Manque de vision, entouré des flatteurs, applaudi par des inconscients fanatiques, il n’a jamais assuré la relève au sein de son parti. Et ce n’est pas SON conseiller canadien qui l’aidera en tout cas. Prions qu’il ne lui arrive rien. Car ceux-là (avec qui il a flirté) n’hésiteront pas à le sacrifier pour leurs intérêts…

De toute façon, le ballon, c’est le peuple congolais qui l’a toujours possédé et non les politiciens. J’espère que ce peuple saura s’en servir le moment venu…
Nous sommes bien loin mais nos coeurs sont à vos côtés, y compris vous, Mr Tshisekedi…

 

Patrick Mbeko



Related Articles

Concertations nationales en RDC : un groupe d’opposants ne voient pas d’avancée réelle

Les concertations nationales en RDC, initiées par le président Joseph Kabila, n’ont marqué aucune avancée réelle en rapport avec les

RDC: le président de l’Assemblée nationale ivoirienne en visite à Kinshasa

Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire séjourne à Kinshasa où il vient en visite officielle

Bénin : Yayi cherche par tous les moyens son troisième mandat ; la Société civile s’oppose

La classe politique et la société civile béninoises mènent depuis quelques temps le débat sur la révision de la constitution

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*