Le M23 donne ses conditions pour un désarmement et un retour à la vie civile

Le M23 donne ses conditions pour un désarmement et un retour à la vie civile

Les rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23), actifs dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), sont « prêts à désarmer » et à retourner à la vie civile sous « deux conditions », a déclaré dimanche leur chef, Bertrand Bisimwa.

« Nous sommes prêts à désarmer à deux conditions : premièrement, que soit réglée la question des FDLR [NDLR: milice hutue rwandaise présente dans l’est de la RDC] et, deuxièmement, le retour des réfugiés congolais qui vivent dans des camps », au Rwanda, en Ouganda et au Burundi, a indiqué le président du M23, joint par téléphone de Kinshasa.Alors que la rébellion a subi un important revers face à l’armée régulière soutenue par la force de l’ONU fin août, et qu’elle apparaît isolée sur le plan international, M. Bisimwa a indiqué que son mouvement est prêt à abandonner les armes avant d’obtenir gain de cause sur l’ensemble de son « cahier des charges ».

Le 2 septembre, le porte-parole militaire du M23, Vianney Kazarama, avait déclaré que son mouvement était prêt à « déposer les armes » mais ne le ferait que si Kinshasa répondait à sa « revendication légitime ».

« Pas intéressé » par une intégration dans l’armée

« Le M23 n’est pas intéressé par l’intégration au sein de l’armée [congolaise] ni au sein du gouvernement congolais« , a précisé M. Bisimwa, dont le mouvement est né en mai 2012 d’une mutinerie d’anciens miliciens tutsis qui avaient été réintégrés aux Forces armées de la RDC (FARDC) en 2009.

« Cette armée n’est pas attrayante », a encore dit M. Bisimwa à l’AFP, « le M23 est prêt à se démobiliser et à rentrer dans la vie civile ».

Mais pour cela, a-t-il insisté, il faut que les réfugiés congolais tutsi puissent « rentrer » et que les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) « soient neutralisés ».

Les FDLR sont composés de Rwandais hutus réfugiés en RDC (alors le Zaïre) après le génocide rwandais de 1994 et qui veulent mettre à bas le régime tutsi au pouvoir à Kigali depuis lors. « Nous ne les voulons plus sur notre territoire », a déclaré M. Bisimwa.

Oeildafrique.com avec AFP

 


Tags assigned to this article:
Bertrand BisimwagomaM23RDCrebelles

Related Articles

RD Congo: 57 ans de crise de légitimité

Le Congo est un pays de crise de légitimité à répétition caractérisée, depuis 1960, par les ruptures des compromis politiques,

RDC: Thierry Michel veut l’annulation de son expulsion

Le cinéaste belge Thierry Michel, expulsé dimanche soir de République démocratique du Congo (RDC) pour « défaut de visa » à son

RDC: le président Kabila organise une grande réunion dans son fief du Katanga

 [GARD align= »center »] Le président congolais Joseph Kabila organise lundi une grande réunion politique au Katanga, dans le sud-est de la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*