Le manque d’électricité freine la croissance sud-africaine

Le manque d’électricité freine la croissance sud-africaine
Des lignes à haute tension en Afrique du Sud.  croissance sud-africaine

Des lignes à haute tension en Afrique du Sud|AFP

Le manque d’électricité est le principal frein à la croissance sud-africaine a estimé lundi le ministre des Finances Nhlanhla Nene qui prévoit pour 2015 un modeste rebond de croissance de 2%.

« Le risque le plus important auquel nous sommes confrontés en ce moment est la production d’électricité », a déclaré M. Nene devant le club de la presse étrangère à Johannesburg. L’Afrique du Sud, pays le plus développé du continent africain, a déçu en 2014 avec seulement 1,5% de croissance.

« Nous sommes préoccupés par l’impact négatif que cette contrainte d’électricité fait peser sur notre croissance et sur notre potentiel de croissance », a ajouté le ministre.

Depuis novembre, les délestages font partie de la vie quotidienne de beaucoup d’entreprises et de foyers sud-africains, en raison notamment d’opérations de maintenance de la compagnie publique Eskom, qui livre 95% du courant électrique.

Eskom est fragilisée depuis des années par un sous-investissement, une maintenance insuffisante, un parc vieillissant, un manque de trésorerie et un fort endettement. La compagnie souffre aussi de graves problèmes de management.

Lundi, le pdg d’Eskom Tshediso Matona, suspendu depuis mars – six mois après son arrivée -, a quitté son poste dans le cadre d' »un départ négocié à l’amiable », selon un communiqué de l’entreprise publique qui a souligné qu’aucune erreur ou faute ne lui étaient reprochée.

En sept ans, l’entreprise a enchaîné six pdg ou pdg par intérim.

« Permettre à Eskom de revenir à une pleine stabilité financière et opérationnelle est la priorité absolue du gouvernement« , a déclaré M. Nene. Il a confirmé que le gouvernement envisageait de faire appel à des partenaires privés.

Selon lui, « le mauvais entretien des centrales et du réseau de distribution a conduit à une détérioration et un manque de fiabilité. « Les délestages actuels sont une partie de la solution » car ils permettent de faire de la maintenance, a souligné M. Nene.

L’Afrique du Sud aurait, selon la plupart des économistes, besoin d’un taux de croissance durable d’au moins 5 à 7% pour résorber son chômage de masse.

La croissance sud-africaine avait dépassé les 5% en 2006 et 2007, mais depuis la crise financière mondiale de 2008 le pays est à la traine par rapport au reste du continent. Sorti de récession en 2010, le pays a vu son PIB ralentir en 2011 à +3,2%, puis +2,2% en 2012 et +2,2% en 2013, avant 1,5% en 2014.

En comparaison, l’ensemble de l’Afrique subsaharienne devrait atteindre 4,5% de croissance en 2015 après 5% en 2014, selon les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI).

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
économieélectricitéénérgiegouvernement

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Hommage: L’Afrique du Sud célèbre le premier « Mandela Day » après la mort de Madiba

[GARD align= »center »] Malgré sa mort en décembre dernier, les Sud-africains continuent d’observer le «Mandela Day», une journée à l’honneur du

Nelson Mandela réagit au traitement, mais son état reste critique

Nelson Mandela, qui est hospitalisé depuis plus d’un mois à Pretoria à 94 ans, réagit au traitement, mais son état

Afrique du Sud: Jacob Zuma sommé de payer à l’Etat les frais dépensés pour la rénovation de sa maison

[wp_ad_camp_3] Il y a un peu plus d’un an, une résidence du président sud-africain Jacob Zuma a été rénovée de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*