Le Niger réclame 23 milliards FCFA au groupe AREVA pour « compensation »

Le Niger réclame 23 milliards FCFA au groupe AREVA pour « compensation »

Niamey – Le Niger va obtenir un appui financier de 23 milliards FCFA du groupe AREVA en guise de « compensation » du manque à gagner provoqué par le retard sur l’exploitation de la mine géante mine d’Imouraren, au nord du Niger, a annoncé dimanche Hassoumi Massaoudou, cité dimanche par Télé Sahel, la télévision nationale.

« Un protocole d’accord sera bientôt signé entre le ministère des Finances et AREVA et c’est un cadeau qui a pour objectif de prendre en compte le déficit crée par le report de l’exploitation de la mine d’Imouraren » a dit M.Massaoudou, qui animait un point de presse à Niamey.Selon lui, AREVA va débloquer un premier montant de 16 millions d’euros en 2013, 10 millions en 2014 et 9 millions en 2015, car « le paiement devait s’effectuer en 2015, mais nous leur avons dit que nous avons des priorités et qu’il fallait avancer le paiement ».

Il a ajouté que cette somme permettra de compenser une année de retard qu’accusera l’exploitation de la mine entre 2014 à 2015.

La semaine dernière, le ministre nigérien des Mines, Omar Hamidou Tchiana, a accusé, au cours d’une conférence de presse à Niamey, le groupe AREVA de retarder la mise en exploitation de la mine d’Imouraren, un des plus grands gisements d’uranium en Afrique dont la mise en exploitation était initialement prévu à 2012.

Selon lui, ce retard a engendré « d’importantes pertes » à l’Etat nigérien et AREVA « devra s’assumer à verser au Niger les manques à gagner », insistant que les « Les manques à gagner seront supportés par celui qui est le responsable de ce retard, donc Areva ».

La mine d’Imouraren est censée placer le Niger au second rang mondial des pays producteur d’uranium avec une production annuelle qui passerait de 3.000 à 8.000 tonnes.

DS/of/APA


Tags assigned to this article:
arevaNigerUranium

Related Articles

Burkina Faso: une affaire de corruption pousse les magistrats à la grève

Une agression contre un magistrat dans la capitale burkinabè a poussé les syndicats de justice à suspendre leurs activités jusqu’à

Sénégal: L’ex-Président Me Abdoulaye Wade attendu à Dakar le 23 avril prochain

[GARD align= »center »] L’ex-chef d’Etat du Sénégal (2000-2012), Me Abdoulaye Wade, revient à Dakar mercredi 23 avril, deux ans après la

Togo : des policiers sanctionnées pour des délits de corruption

[GARD align= »center »] Depuis quelques années, le gouvernement du Togo tente de lutter contre la corruption au sein de l’administration. C’est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*