Le président Ali Bongo tend la main aux dissidents du parti au pouvoir

Le président Ali Bongo tend la main aux dissidents du parti au pouvoir

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a invité, samedi à Libreville, les militants ayant quitté le Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir) à ‘’revenir dans la maison’’, dans une allocution à l’ouverture du 10ème congrès ordinaire de cette formation politique créée par le président Omar Bongo Ondimba, le 12 mars 1968.

‘’Il y a encore de la place, venez nous rejoindre, la maison est grande et il y a de bons architectes et de bons maçons pour nous l’agrandir », a déclaré le chef de l’Etat gabonais, président du PDG, sous des salves d’applaudissements des militants réunis au complexe du stade omnisports président Bongo.

‘’On n’est pas rancunier. Il y a toujours un peu de place. Dieu nous demande de pardonner. Dieu nous pardonne, nous aussi on peut pardonner mais on n’oublie pas », a-t-il ajouté, ouvrant également les portes du parti à toutes les autres catégories de citoyens.

‘’Venez nous rejoindre », a-t-il lancé, ajoutant : ‘’personne ne doit rester sur le bord de la route. J’ai besoin de chacun d’entre vous ».

Des hiérarques ont claqué la porte du PDG pour protester contre la manière dont le président Ali Bongo Ondimba a été investi candidat du parti à l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, organisée à la suite au décès du président Omar Bongo Ondimba, trois mois plus tôt, le 8 juin 2009.

Il s’agit de l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, de l’ancien ministre du plan, Casimir Oyé Mba et de l’ancien ministre de l’intérieur André Mba Obame.

Candidats malheureux à l’élection présidentielle anticipée, les trois personnalités et l’ancien ministre de l’Education nationale, Mme Paulette Missambo, ont rejoint Zacharie Myboto, qui avait quitté le PDG pour créer sa propre formation politique de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), formation qui s’est sabordée en quelque sorte pour devenir l’Union nationale (UN).

Alors que le parti commençait à s’affirmer dans l’opposition radicale, il a été dissous par le ministère de l’Intérieur qui entendait le sanctionner parce que son secrétaire exécutif André Mba Obame s’était autoproclamé président de la République.

Des partis amis du PDG tels que le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de la République démocratique du Congo (RDC), le Parti démocratique de la Guinée-Equatoriale (PDGE) de Guinée-Equatoriale et le Rassemblement démocratique du peuple gabonais (RDPC) ont été invités au congrès qui s’achève dimanche.

Les assises sont axées sur le thème : ‘’Demain Gabon: patriotisme pour une nouvelle alliance ».

 »Nous avons besoin d’une nouvelle alliance pour répondre à la demande intergénérationnelle, mais aussi à l’exigence d’intégration du plus grand nombre de jeunes et de femmes dans nos structures dirigeantes », a expliqué Ali Bongo Ondimba, ajoutant qu »’Il s’agit donc de prendre la pleine mesure des femmes et des jeunes dans notre aventure collective de construction de la nation
gabonaise ».

 

APA

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
gabonpolitique

Related Articles

Bénin: Houngbédji soutient Zinsou pour l’espoir de gérer le pouvoir

[GARD align= »center »] Attendu depuis plusieurs jours pour s’expliquer sur sa décision de s’aligner derrière Lionel Zinsou pour l’élection présidentielle du

Gabon : Jean Ping inculpé pour avoir maltraité des jeunes

Le Parquet de Libreville a inculpé l’ancien président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Jean Ping accusé de maltraitance

Afrique du Sud: malgré les scandales, Jacob Zuma devrait rester au pouvoir

Le président sud-africain Jacob Zuma a beau être impopulaire et mis en cause dans de nombreux scandales, il devrait parvenir

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*