Le président du Botswana a été blessé au visage par un guépard

Le président du Botswana a été blessé au visage par un guépard

Le président du Botswana Ian Khama a été blessé au visage par un guépard la semaine dernière et a dû recevoir deux points de suture, rapportent les médias locaux lundi.

Le chef de l’Etat a été griffé par le félin, un animal qui s’apprivoise facilement, lors d’une visite dans une caserne, selon un porte-parole du ministère de la Défense cité par le site internet du Sunday Standard.

« C’est un incident exceptionnel, mais pas une attaque », a cependant modéré le porte-parole, Jeff Ramsay.

Les circonstances de l’incident n’ont pas été rapportées en détail. Les blessures étant mineures, la présidence a décidé de ne pas faire d’annonce publique. Mais le président a été vu ensuite avec des pansements sur le visage, ce qui a attiré l’attention.

Le guépard est le seul félin dont les griffes ne sont pas rétractiles, mais semblables à des griffes de chien, peu acérées. Les blessures qu’elles infligent sont en général superficielles.

Le président du Botswana Ian Khama, à un sommet à Windhoek

Le président du Botswana Ian Khama, à un sommet à Windhoek capitale de la Namibie, le 20 mai 2011
© AFP/Archives Alexander Joe

Oeil d’Afrique avec AFP


Tags assigned to this article:
accidentbotswanaGuépard

Related Articles

Elections au Botswana: le pouvoir à l’épreuve de la crise et du chômage

 [GARD align= »center »] Ian Khama, président du Botswana, est favori pour se succéder à lui-même lors des élections de vendredi, mais

Botswana: le pouvoir favori des élections, malgré le chômage et la crise

[GARD align= »center »] Le parti au pouvoir depuis l’indépendance au Botswana était le favori des législatives de vendredi, malgré une poussée

Botswana: le président Khama réélu après la victoire de son parti aux législatives

[GARD align= »center »] Le président sortant du Botswana, Ian Khama, a obtenu un second mandat à la suite de la victoire

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*