Le président nigérian Buhari salue l’engagement de l’armée tchadienne contre Boko Haram

Le président nigérian Buhari salue l’engagement de l’armée tchadienne contre Boko Haram
Muhammadu Buhari

Le président nigérian Muhammadu Buhari, le 6 février 2015 à Abuja (Photo AFP)

Le président nigérian Muhammadu Buhari a salué jeudi à N’Djamena le rôle essentiel de l’armée tchadienne dans la lutte contre les insurgés islamistes nigérians de Boko Haram, appelant de ses vœux un renforcement de la coopération entre les deux pays.

M. Buhari, 72 ans, s’exprimait dans la capitale tchadienne où il a rencontré son homologue tchadien Idriss Deby, au lendemain d’une visite au Niger. Ces deux pays font partie d’une coalition régionale contre les insurgés islamistes.

M. Buhari, investi vendredi à la tête de l’État nigérian, a érigé en priorité la lutte contre Boko Haram, dont l’insurrection et sa répression ont fait plus de 15.000 morts depuis 2009.

« Vos troupes se sont serré les coudes et se sont battues crânement avec les nôtres dans le combat contre les forces du mal », a-t-il affirmé à l’adresse de M. Deby. « C’est une démonstration remarquable de bon voisinage, que nous devons renforcer dans les années à venir ».

De son côté, Idriss Deby a « réaffirmé l’engagement et la disponibilité du Tchad à collaborer avec le Nigeria », dans un communiqué de la présidence tchadienne.

L’armée tchadienne est intervenue au début de l’année pour épauler l’armée camerounaise, soumise à une pression croissante de Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. Les troupes tchadiennes ont ensuite pénétré en territoire nigérian pour libérer des villes frontalières.

Idriss Deby avait alors critiqué la passivité de l’armée et de l’exécutif nigérians, notamment du président Goodluck Jonathan, battu par M. Buhari lors d’une présidentielle fin mars. Le président tchadien se plaignait notamment que les troupes nigérianes ne venaient pas sécuriser les villes reconquises par l’armée tchadienne, laissant de nouveau le champ libre aux insurgés.

Mercredi, l’armée nigériane a annoncé qu’un de ses officiers, le général Tukur Yusuf Buratai, était nommé à la tête de la Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF), dont le quartier général est installé à N’Djamena.

Forte de 8.700 militaires, policiers et civils, la force, soutenue notamment par l’Union africaine, les États-Unis et la France, regroupe le Nigeria et ses voisins T(Tchad, Cameroun, Niger, Bénin).

Les cinq pays se sont entendus début 2015 année pour intensifier leur coopération pour endiguer la menace régionale que constituent les islamistes.

Outre la coopération militaire, M. Buhari a plaidé pour une meilleure coopération entre le Tchad et son pays pour les questions frontalières, de migrations et de circulation des personnes et des marchandises.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
arméeConflitislamistesNigernigeriaTchad

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Burkina Faso: Gel des avoirs de Diendéré et des putschistes

La justice du Burkina Faso a ordonné samedi le gel des avoirs du général putschiste Gilbert Diendéré, du parti de

Côte d’ivoire : Des officiers de l’armée rentrent au pays pour ne pas se faire radier

Des militaires ivoiriens et leurs familles ont décidé de mettre fin à leur exil au Togo depuis hier vendredi. Au

Mali: Des partisans du MNLA continuent la barbarie à Kidal en saccageant des bâtiments publics

Certains partisans du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) continuent de faire de la ville de Kidal, une

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*