Le rebelle de RDC Bosco Ntaganda a quitté le Rwanda pour la CPI

Le rebelle de RDC Bosco Ntaganda a quitté le Rwanda pour la CPI

Le chef rebelle de République démocratique du Congo (RDC) Bosco Ntaganda, qui était officiellement depuis lundi à l’ambassade américaine de Kigali, a quitté le Rwanda pour la Cour pénale internationale (CPI) qui le recherche pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a annoncé vendredi le gouvernement rwandais.

Bosco Ntaganda vient de décoller de Kigali et se trouve entre les mains de responsables de la CPI, a annoncé la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, sur Twitter.

Dans un bref communiqué, l’ambassade américaine à Kigali a confirmé que le rebelle avait quitté ses locaux et était en route vers la CPI avec des responsables de la Cour.

Depuis La Haye, où elle siège, la CPI a elle aussi confirmé l’information.

Bosco Ntaganda, surnommé Terminator, est notamment accusé par la CPI de viols, meurtres, pillages et enrôlements d’enfants-soldats entre septembre 2002 et septembre 2003 dans l’Ituri (nord-est de la RDC).

Des ONG accusent aussi le rebelle d’être responsable de crimes dans la province du Nord-Kivu (est de la RDC), où il était présumé diriger dernièrement la rébellion du M23, qui a explosé en deux factions rivales fin février.

Bosco Ntaganda a passé la frontière entre la RDC et le Rwanda le week-end dernier, comme plusieurs centaines d’hommes de la faction du M23 qu’il contrôlait et qui a été défaite dans des combats avec l’aile rivale.

Il a ensuite rejoint l’ambassade américaine à Kigali, quelque 150 km plus loin, dans des circonstances encore inconnues.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
bosco ntagandaCPIRDCrwanda

Related Articles

Maroc: Nasser Zefzafi, le leader de la contestation dans le Rif a été arrêté par la police

Le leader de la contestation populaire qui secoue depuis six mois la région du Rif, dans le nord du Maroc,

Le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, pris d’un malaise, s’effondre devant les caméras

Djibrill Yipènè Bassolé, le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, a été pris d’un malaise et s’est effondré jeudi

Plan d’urgence de 48 milliards CFA pour l’eau et l’électricité en Côte d’Ivoire

Le gouvernement ivoirien a annoncé vendredi la mise en place d’un plan d’urgence de 48 milliards de fcfa pour juguler

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Serge Tachini
    Serge Tachini 22 mars, 2013, 14:22

    C’est dommage. Pour une bonne vie en prison a la Haye.Vue le mal .le tort et la mort qu’il a cause au peuple, ce monsieur merite la mort .Pas une prison a la Haye ou il sera nourrit plus qu’un paysant a Goma.En fait il doit faire la prison en RDC.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*