Le Tchad ferme l’ambassade du Qatar, donne dix jours au personnel pour quitter N’Djamena

Le president tchadien, Idriss Deby

Le président tchadien, Idriss Deby

Le Tchad a décidé mercredi de fermer l’ambassade du Qatar à N’Djamena et a donné dix jours à son personnel pour quitter le pays, accusant Doha de “déstabilisation du Tchad à partir de la Libye”, a appris l’AFP de source officielle.

“Le ministère des Affaires étrangères porte à la connaissance de l’opinion qu’en raison de l’implication continue de l‘État du Qatar dans les tentatives de déstabilisation du Tchad depuis la Libye, le gouvernement a décidé la fermeture de l’ambassade, le départ de l’ambassadeur et du personnel diplomatique du territoire national”, indique le communiqué du ministère reçu par l’AFP mercredi.

“Un délai de dix jours leur a été accordé à cet effet”, précise le ministère, qui motive sa décision par la volonté de “sauvegarder la paix et la stabilité dans la région”.

Le Tchad avait rappelé son ambassadeur au Qatar en juin, comme d’autres pays africains (Sénégal, Mauritanie).

Quelques jours plus tôt, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Yémen et l’Egypte avaient rompu leurs relations diplomatiques avec Doha en l’accusant de “soutien au terrorisme”.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
QatarTchad

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

RDC: démission du Premier ministre Badibanga

[GARD align= »center »] Le Premier ministre Samy Badibanga a démissionné de ses fonctions jeudi 6 avril. «Il vient de déposer sa

Côte d’Ivoire: les autorités à l’épreuve du défi sécuritaire

A plusieurs occasions, les autorités ivoiriennes ont présenté la reconstruction, la réconciliation et la sécurité comme étant les défis majeurs

La CPI va se plaindre à l’ONU contre la RDC pour avoir refusé d’arrêter Omar el-Béchir

[GARD align= »center »] La Cour pénale internationale (CPI) n’a toujours pas digéré le refus des autorités de la République démocratique du

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*