Le Yuan devient la 2ème monnaie officielle angolaise

Le Yuan devient la 2ème monnaie officielle angolaise
Des billets de 100 yuans|AFP

Des billets de 100 yuans|AFP

Le deuxième pays producteur de pétrole en Afrique a adopté, la semaine dernière, la monnaie chinoise comme deuxième devise officielle après le Kwanza. Un moyen de renforcer les échanges commerciaux entre la Chine et l’Angola mais aussi de réduire la dépendance de ces deux marchés au dollar américain.

Après le Nigéria, le Ghana ou encore l’Afrique du Sud, c’est au tour de l’Angola de faire du Yuan chinois une monnaie officielle. Rosa Pacavira, ministre angolaise du commerce, a annoncé les contours de cet accord monétaire le 03 août dernier. Concrètement il s’agit pour l’Angola d’utiliser le Yuan comme monnaie de règlement et de réserve afin de tisser une étroite relation économique avec l’empire du milieu. Du côté chinois, le Kwanza angolais aura libre cours sur le territoire de l’empire du milieu. « Aucun pays n’avait accepté de faire cela, excepté la Chine. Ceci est un grand avantage », a déclaré Rosa Pacavira. Par ce rapprochement, l’Angola espère importer davantage de la Chine et réduire sa dépendance aux recettes pétrolières mais aussi et surtout au dollar américain. C’est également une opportunité pour le pays de monnayer sa production d’hydrocarbures sur le vaste marché chinois, premier importateur mondial de pétrole depuis 2013.

Le yuan se renforce en Afrique

Très présente en Afrique, la Chine tente progressivement d’y étendre son influence monétaire face au dollar. Les échanges commerciaux Chine-Afrique ont été multipliés par 20 ces quinze dernières années atteignant plus de 200 milliards de dollars en 2013, soit deux fois plus que les Etats-Unis. Selon une étude de la banque HSBC, d’ici 2020, près de 50% des transactions réalisées par la Chine à l’étranger se feront en Yuan, contre 20% l’an dernier.

Les données de la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications (SWIFT), récemment publiées, montrent que les sommes en Yuan, utilisées comme monnaie de paiement ont augmenté de 33% en Afrique du Sud, par exemple, en 2014. Plus de mille banques dans 85 pays se servent déjà du yuan pour leurs transferts. La hausse des investissements de la Chine en Afrique contribue également au renforcement de sa monnaie hors de ses frontières. Par sa future Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), la Pékin souhaite que les financements se fassent en monnaie chinoise, l’équivalent de 50 milliards de dollars la première année. De quoi couper l’herbe sous le pied du billet vert (le dollar).

Marie Hélène Sylva
© OEIL D’AFRIQUE

 Contacter nous: redaction@oeildafrique.com

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
AngolaChineyuan

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Accès à Internet en Afrique: 16 % de la population est connectée

[GARD align= »center »] L’Alliance pour un Internet abordable (« Alliance for affordable Internet », A4AI), organisation mondiale créée en octobre 2013 et soutenue par les géants

Mali: Condamnation de Pearl Gold

Pearl Gold AG vient d’être condamnée à payer 16 576 000 000 de Francs CFA et 400 Kilogrammes d’or à

Economie: y a-t-il une recettes pour pénétrer sur les marchés africains ?

Alors que la croissance économique du continent se maintient à 5%, les entreprises de biens de consommation s’attaquent à l’Afrique.

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*