Législatives au Burkina Faso: le camp Compaoré garde la majorité absolue

Législatives au Burkina Faso: le camp Compaoré garde la majorité absolue
Législatives

Une femme vote pour les élections législatives au Burkina Faso, le 2 décembre 2012 à Ouagadougou
AFP/Archives – Ahmed Ouoba

Le camp favorable au président burkinabè Blaise Compaoré conserve la majorité absolue à l’issue des législatives du 2 décembre, selon les résultats partiels proclamés jeudi soir par la commission électorale.

Le camp présidentiel totalise 81 sièges sur les 127 à pourvoir dans la nouvelle Assemblée: 58 vont au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de M. Compaoré, au pouvoir depuis le putsch de 1987, et 23 à quatre partis alliés, d’après les résultats partiels annoncés par Me Barthélémy Kéré, président de la Commission nationale électorale indépendante (Céni).

La majorité présidentielle comptait 99 députés sur les 111 de l’Assemblée précédente.

La Céni n’a pas pu donner des résultats complets pour ce scrutin en raison de problèmes dans le traitement des données pour la province du Kadiogo, celle de la capitale Ouagadougou.

Nous ne sommes pas en mesure de proclamer les résultats du Kadiogo, nous le ferons dès que possible, a indiqué Me Kéré sans plus de précision.

Nous avons des difficultés de compilation des résultats pour cette province, a reconnu sous couvert d’anonymat un membre de la commission, interrogé par l’AFP.

Dans le Kadiogo a eu lieu la bataille la plus symbolique des législatives: François Compaoré, frère cadet et conseiller du chef de l’Etat, auquel il est soupçonné de vouloir succéder en 2015, y affrontait Zéphirin Diabré, qui avec au moins 15 sièges est d’ores et déjà le nouveau chef de file de l’opposition.

Le président de la Céni a appelé les candidats à porter leurs éventuelles contestations devant le Conseil constitutionnel afin d’éviter les affres de la division et les graves crises postélectorales.

Les législatives de dimanche dernier – couplées à des municipales dont les résultats seront proclamés plus tard – avaient doublement valeur des test dans ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest.

Il s’agissait d’abord du dernier grand rendez-vous électoral avant 2015, terme normal du dernier mandat du président Compaoré. Il entretient le flou sur ses intentions mais certains de ses partisans le poussent à modifier la Constitution pour qu’il puisse se représenter. Certains le soupçonnent en revanche de vouloir passer la main à son frère.

Ces élections, auxquels étaient appelés à participer quelque 4,3 millions de personnes, étaient aussi les premières depuis les mutineries du premier semestre 2011, une crise sans précédent qui a failli faire tomber le régime.

Avec AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Blaise CompaoréBurkina Fasolégislatives

Related Articles

Cellule islamiste en France: Yann Nsaku du football à l’islam radical

La police française a réussi à mettre la main sur une cellule islamiste comptent douze membres. A sa tête Jérémy

Les investissements chinois sont bénéfiques pour l’Afrique

BEIJING – Réunis à Beijing pour la première édition de la Foire internationale du commerce de services, des responsables africains

Afrique du Sud-Rwanda : Les deux pays expulsent chacun des diplomates de l’autre pour espionnage

[GARD align= »center »] Entre l’Afrique du Sud et le Rwanda, ce n’est plus le grand amour. Les relations entre les deux

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*