Les dirigeants africains réunis à Paris déclarent la guerre à Boko Haram

Les dirigeants africains réunis à Paris déclarent la guerre à Boko Haram

[GARD align= »center »]

Cinq chefs d'Etat africains réunis samedi à Paris

Cinq chefs d’Etat africains réunis samedi à Paris autour du président français François Hollande

Cinq chefs d’Etat africains réunis samedi à Paris autour du président français François Hollande ont adopté un plan d’action régional pour lutter contre le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram, devenu une menace majeure en Afrique.

Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram, a résumé lors d’une conférence de presse conjointe le président camerounais Paul Biya.

Le plan adopté par le sommet prévoit la coordination du renseignement, l’échange d’informations, le pilotage central des moyens, la surveillance des frontières, une présence militaire autour du lac Tchad et une capacité d’intervention en cas de danger, a détaillé François Hollande.

[GARD align= »center »]

Il n’est pas besoin pour la France de déployer des unités militaires, elles sont présentes dans la région, a-t-il ajouté.

Son homologue nigérian Goodluck Jonathan, critiqué pour sa lenteur à réagir après les exactions de Boko Haram, s’est déclaré pleinement engagé pour retrouver les quelque 200 jeunes filles enlevées il y a plus d’un mois par les islamistes.

Nous sommes pleinement engagés pour retrouver les filles où qu’elles soient, a-t-il assuré.

Le président tchadien Idriss Deby a souligné la détermination à faire face aux terroristes qui gangrènent la région. Ces terroristes ont déjà fait du mal dans la sous-région, les laisser continuer, c’est prendre le risque de laisser l’ensemble de la sous-région, de l’Afrique dans le désordre, a-t-il dit.

Nous sommes décidés à mutualiser nos efforts, nos ressources (…) au plan régional et international, a renchéri de son côté le président du Bénin, Thomas Boni Yayi. L’intolérance religieuse n’a plus sa place en Afrique, a-t-il martelé.

[GARD align= »center »]

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, s’est félicité enfin que le sommet de Paris ait permis de discuter du long terme et du développement économique et social de la zone.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union européenne étaient également représentés au sommet de Paris.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Boko Haramfrancenigeria

Related Articles

Ouganda: le président Museveni deviendra berger s’il n’est pas réélu

[wp_ad_camp_5] Le président ougandais Yoweri Museveni a déclaré qu’il quitterait la politique pour devenir berger s’il perdait l’élection présidentielle du

Burundi: Pierre Nkurunziza désigné candidat à un troisième mandat

Le président burundais Pierre Nkurunziza a été désigné samedi par son parti candidat à l’élection présidentielle du 26 juin, au

Nicolas Sarkozy déclare sa candidature à la présidence de l’UMP

 [GARD align= »center »] L’ancien président français, Nicolas Sarkozy a annoncé son retour en politique via sa page Facebook. Un appel qui

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. jean michel
    jean michel 18 mai, 2014, 05:27

    Il fallait que le pire arrive espérons qu il n y ait pas une réponse de la par de boko haram pour les pays engagés dans une telle lutte qui ne doit pas durer dans le court terme. Mieux vaut prévenir que guérir.

    Répondre à ce commentaire
  2. sene
    sene 31 mai, 2014, 00:00

    Cela sonne comme un parfun d’anti-islam vous ne trouvez pas. En tout cas dans un pays ou l’Islam est present kon prenne en consideration les croyances musulmanes. Il ne faut pas fouler o pieds leur croyances

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*