Les femmes du Sud-Kivu réclament le retour du Dr Mukwege

Les femmes du Sud-Kivu réclament le retour du Dr Mukwege
Dr Mukwege

Dr Mukwege à l’hôpital Panzi de Bukavu

L’absence du gynécologue ne garantit pas la poursuite de l’aide en faveur des femmes violées. Les femmes de la province du Sud-Kivu réunies au sein d’un caucus pour la paix ont émis le vœu de voir le Dr Denis Mukwege retourner dans sa province pour vaquer à ses occupations habituelles. Elles ont exprimé une certaine inquiétude quant à la situation des femmes violées prises en charge par le gynécologue à l’hôpital de Panzi.
« Si ça ne dépendait que de nous, femmes, le Dr Mukwege ne serait pas parti car après son départ, quel sera le sort de ces nombreuses femmes qui bénéficiaient de son assistance médicale », a déclaré à l’AFP Agnès Sadiki, présidente du réseau Caucus des femmes du Sud-Kivu pour la paix. Elle a lancé un appel aux autorités compétentes pour assurer la sécurité du Dr Mukwege afin de garantir sa sécurité pour le plus grand bonheur de ses patientes.
Le gynécologue congolais qui réside présentement à Stockholm a vivement souhaité, lors d’une conférence de presse, rentré en RDC et reprendre au plus vite ses activités. Son exfiltration de la province du Sud-Kivu était consécutive à des graves menaces contre sa sécurité à la fin du mois d’octobre. Plusieurs personnes armées avaient envahi son domicile  de Bukavu, tuant au passage un employé qui s’était interposé. Le gouvernement congolais ainsi que des associations congolaises et internationales ont condamné cette attaque.
Le Dr Denis Mukwege est réputé pour son aide aux femmes violées. Son action est très importante au regard du nombre élevé des cas de viol dans la partie orientale de la RDC depuis 1997. Chaque année, le programme de lutte contre les violences sexuelles, le plus important de l’hôpital de Panzi au Nord-Kivu, reçoit trois mille femmes agressées par des membres de groupes armés locaux ou étrangers ou par des soldats de l’armée régulière.
Jules Tambwe Itagali


Tags assigned to this article:
fardcFemmes violéesgomaM23nord-kivuRDC

Related Articles

Conflit ethnique en RDC : au moins trente personnes tuées dans l’Est

[GARD align= »center »] Trente personnes au moins ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi au Sud-Kivu, victimes d’un

Le jour où la République Démocratique du Congo se réveillera !

En octobre prochain, la République Démocratique du Congo accueillera le sommet de la francophonie. Mais alors que les préparatifs vont

RDC: Le secteur des mines au Katanga manque d’électricité

Mines – « On vit une situation de stress permanent et c’est l’enfer » a déclaré le 25 mai dernier au micro

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*