Les habitants de deux communes de Kinshasa invités à souscrire à une mutuelle

Les habitants de deux communes de Kinshasa invités à souscrire à une mutuelle
kinshasa

uun ouvrier dans les rues de Kinshasa

C’est par une marche de santé organisée par le programme national de promotion de mutuelle de santé que la population de ces deux communes ont été conviée à se faire membres.

« La maladie appauvrit, pour y faire face nous devons nous unir et la mutuelle de santé est la solution. Elle est une chaine de solidarité pour affronter la maladie grâce à nos cotisa­tions », ne cessait de crier à l’aide d’un mégaphone ce jeune homme la trentaine révolue, ha­billé d’un T-shirt blanc sur le­quel on pouvait lire de dos « to­zali lisanga po na maladie », ndlr : nous sommes unis pour la maladie.

C’est dans la salle de fêtes Fal Bob dans la commune de Banda­lungwa que le lancement de mu­tuelles de santé de Bandalugwa et de Kintambo a eu lieu. « C’est une nouvelle expérience pour les habitants de ces deux com­munes, nous devons donc les sensibiliser suffisamment pour qu’ils comprennent le bien fondé de cette initiative », ex­plique Annie Saye, présidente du comité d’initiative de la mu­tuelle de Kintambo qui laisse en­tendre qu’au regard du faible pouvoir d’achat de la population,que cette dernière a visé des discus­sions et échanges d’expériences sur ce que peuvent faire les médias dans la lutte contre l’impunité. « Nous avons tenu à pousser les médias à tra­vailler davantage à la diffusion des informations relatives aux violations des droits de l’Homme et de lutte contre l’impunité », a-t-il appuyé. Défendre les droits par la justice Le souci, pour l’EAICJI et l’Acaj est, selon lui, d’aider les journalistes et la société civile à renforcer leurs capaci­tés mais aussi à améliorer les méca­nismes judiciaires nationaux afin de permettre aux victimes de chercher à exposer leurs cas au niveau national.

Le secrétaire général adjoint de l’Ob­servatoire congolais pour les droits de l’Homme (OCDH), Me jacob Baluishi a, quant à lui, regretté que l’accès aux médias publics en RDC ne soit ni équitable ni libre. Alors que l’accès aux médias privés couterait cher. Il a également noté les différents actes vi­sant à museler la presse et porter une entrave au travail des journalistes. Il s’agit, selon lui, des menaces ou as­sassinats, l’emprisonnement, la cou­pure du signal, la difficile accrédita­tion des journalistes fichés, etc. Selon le secrétaire exécutif adjoint de l’OCDH, les défis à relever sont entre autres la disparition de la presse d’opinions, la manipulation, l’imposi‑

l’individu seul ne pourra pas faire face aux maladies, la mu­tuelle de santé est un moyen de lutte contre la maladie. Elle offre des services allant de la préven­tion, aux soins de santé et aux risques sociaux.

De son coté, la coordonatrice du centre de gestion de risque et d’accompagnement technique de mutuelle de santé, Liliane Mutekwa insiste sur le fait que tout membre est avant tout sen­sibilisateur. Nous sommes tous des sensibilisateurs, insiste-t-elle, nous devons donc travailler pour que notre mutuelle ne soit pas un rêve mais plutôt une réa­lité. « Elle doit vivre pendant longtemps », souhaite Liliane Mutekwa. Tout en invitant les membres à cotiser parce que « l’argent ne viendra pas de l’Oms bien qu’elle nous ait ap­puyé. C’est une mutuelle de la communauté, c’est par nos co­tisations que nous allons nous faire soigner ».

Le soutien de l’OMS

Le délégué du représentant detion de la ligne de conduite par les détenteurs des capitaux, la ferme­ture des médias proches de l’oppo­sition, la dépénalisation des délits de presse, etc.

Alors que des journalistes Afi Musun­gayi, Godé Kalonji et Junior Kamunga ont conseillé à la profession, la diffu­sion des informations sures, vérifiées et vérifiables. Mais il faut également bannir la peur et le monnayage des services. Ils ont également conseillé aux journalistes de s’intéresser aux activités de la Cour pénale internatio­nale (CPI) pour faire la promotion de cette dernière, conçue comme la gar­dienne de la société, là où la justice nationale est défaillante. « Elle est le rampart ultime pour la répression des crimes graves contre l’huma­nité », a souligné Godé Kalonji

Des journalistes ont, de leur côté, re­levé comme un acharnement des ora­teurs contre leur profession. Mais ces remarques ont permis de relever la responsabilité de chacun, pour l’émergence d’un État respectant les droits fondamentaux de l’Homme. La rencontre de Kigali avait tourné sur le rôle des médias de l’Afrique de l’est et du centre dans la collecte des violations graves des droits de l’Homme, lutte contre l’impunité et la promotion des activités de la CPI.

l’OMS, Dr Lokonga, a déclaré que le lancement de ces deux mutuelles de santé entre dans la droite ligne de la vision de son organisation qui prône l’accès à tous aux soins de santé. L’OMS, dira-il, tient à ce que tout le monde utilise des services de santé sans devenir pauvre. « La mutuelle de santé vous permet d’accéder aux soins de santé de qualité. Cette initiative ne peut donc qu’être saluée ».

Intervenant en dernier lieu, le directeur du Programme natio­nal de promotion de mutuelle de santé, Dr Dieudonné Munfwan­kole, a relevé les difficultés qu’éprouve la population à accé­der aux soins de santé de qua­lité. Avant de lancer cet appel : « La mutuelle de santé est une solidarité. Avec la mutuelle de santé, c’est le malade qui amène la maladie à l’hôpital et non le contraire. Tenons-nous la main pour vaincre la mala­die en adhérant dans l’une des mutuelles de santé ».

Aline Nzuzi


Tags assigned to this article:
kinsahsaMutuellesanté

Related Articles

Vidéo-L’opposition congolaise chante un « Au revoir » à Joseph Kabila

[GARD align= »center »] Répondant à l’invitation de la Fondation allemande Konrad Adenauer, coorganisatrice du forum sur la démocratie, les organisations politiques

RDC : 5 morts dans des affrontements à Lubumbashi

Cinq personnes dont quatre membres des forces de l’ordre ont été tuées samedi dans des affrontements entre un groupe armé

RDC: le camp Tshisekedi mis en cause dans un nouveau complot contre Kabila

Les autorités congolaises ont encore une fois dénoncé ce jeudi 11 avril un nouveau complot contre le président Kabila et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*