Les médias congolais face à la montée fulgurante des médias sociaux

Les médias congolais face à la montée fulgurante des médias sociaux

médias sociaux

La question suscite de moins en moins l’indifférence des professionnels du secteur préoccupés par l’espace de plus en plus grand accordé aux médias sociaux et, à travers eux, à « l’éphémère ». Dans une longue réflexion sur le sort des médias dans le monde en général et en particulier au Congo démocratique, Ekambo Duasenge, docteur en communication et professeur de journalisme, essaie d’y décrypter les grandes tendances pour proposer des nouvelles pistes capables de rendre les médias nationaux plus compétitifs.

De nos jours, les médias sociaux règnent en maîtres absolus en grignotant systématiquement et chaque jour un peu plus le rôle dévolu aux médias traditionnels en perte de vitesse. Et les chiffres peuvent l’attester. En effet, les dernières statistiques concernant l’année 2012 renseignent qu’il existe six cents millions de pages Face Book et cent soixante millions de blogs.

Selon lui, l’on est en train d’assister véritablement à une « dé-corporation » car les médias sociaux prétendent remplacer les journalistes. Pire, a-t-il insisté, les médias traditionnels semblent bien se mettre au pas en adhérant de plus en plus massivement à la nouvelle vague. L’on voit de plus en plus de journaux parlés diffusés sur la grande toile. Même la presse écrite est désormais à l’heure  de l’Internet avec le journal électronique.

Aujourd’hui, l’Internet est devenu une « véritable poubelle où l’on trouve du tout ». « Tout devient éphémère et le métier risque aussi à son tour de devenir éphémère », a-t-il poursuivi. Face à cette menace, les journalistes doivent davantage exceller dans la créativité. Et cela exige une pleine maîtrise des grands genres dont le reportage et l’enquête.

En effet, face à l’éphémère, il faut chercher à demeurer incontournable à travers une information  traitée selon les normes admises. En RDC, la presse de demain devra être une presse d’investigation avec des journalistes qui « pourchassent l’information ». Il est révolu le temps où il fallait attendre que l’information vienne à la presse, a-t-il martelé. Désormais, il est question de rechercher « l’information originale » et de ne pas hésiter à se montrer très rigoureux sur son triage pour satisfaire un public qui a encore toutes les raisons de croire en des lendemains meilleurs pour sa presse.

Laurent Essolomwa

 


Tags assigned to this article:
facebookjournalistemédias sociauxpressetwitter

Related Articles

Mondial 2014 : La compétition c’est aussi sur la toile

[GARD align= »center »] C’est avec une grande ferveur numérique que la grande messe mondiale du football monde qui démarre ce jeudi

Présidentielle en RDC: une nouvelle coalition de l’opposition soutient Moïse Katumbi

[GARD align= »center »] Moïse Katumbi ne s’est pas encore déclaré officiellement candidat à la prochaine présidentielle pourtant il ne cesse de

La sécurisation de la frontière entre la RD Congo et le Rwanda

[GARD align= »center »] En République Démocratique du Congo, on attend encore l’autopsie des 5 soldats congolais ayant été tués à la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*