Les Parlementaires Britanniques tirent la sonnette d’alarme au sujet l’aide au développement en faveur de l’Afrique

Les Parlementaires Britanniques tirent la sonnette d’alarme au sujet l’aide au développement en faveur de l’Afrique

[dropcap font= »georgia »]U[/dropcap]ne commission de la Chambre des Lords,la chambre haute du parlement Britannique a envoyé une lettre cinglante au commissaire européen en charge du développement, Andris Piebalgs. Elle accuse l’Union Européenne de gaspiller de l’argent dans ses projets relatifs à l’eau et à l’assainissement en Afrique subsaharienne. Décfryptage

Dénommée la «  lettre de Tim Boswell »,nom du président de la commission britannique des affaires européennes, qui s’est inspirée d’un rapport de la Cour «des comptes européenne (CCE). Ce document révèle de graves dysfonctionnements dans l’attribution d’aides européennes dans le secteur de l’eau. Moins de la moitié des projets ont répondu aux besoins des bénéficiaires et la plupart n’étaient pas viables à moyen ou long terme. Cette situation embarrasse le chef du département au développement le véritable bras séculier de la commission auprès des gouvernements Africains ; car les vénérables membres de la haute chambre du parlement Anglais ont passé au crible les financements alloués durant ces dernières années par la commission Européenne aux pays d’Afrique subsaharienne. Présentant le rapport de la cour de compte de la commission les éminents membres de la commission de la chambre des Lords ont indiqué dans la lettre dite « Tim Boswelle » que l’argent injecté en Afrique dans les domaines d’assainissement d’eau durant ces dernières années n’a en aucun cas amélioré l’accès à l’eau des milliers des populations Africaines, les véritables bénéficiaires des financements mobilisés par les partenaires de l’UE. En effet, dans cette lettre, les parlementaires Anglais ne sont pas aller par quatres chemins pour indiquer  :« Nous sommes d’accord avec la sous-secrétaire d’État parlementaire, Lynne Featherstone : on gaspille inutilement de l’argent dans ce domaine » pouvait-on lire dans EurActiv.com,le newsletter de la commission « L’ensemble des financements européens dans ce secteur ont excédé un milliard d’euros pour la période 2007-2013. Mais en Afrique subsaharienne, l’argent investi n’en valait pas la peine. » c’est un véritable pavé dans la mare …

La commission parlementaire britannique exprime son désarroi face à la réaction de l’exécutif européen à l’égard du rapport de la Cour des Comptes Européenne. La commission parlementaire Britannique qui est monté au créneau pour dénoncer le gaspillage des fonds investis en Afrique n’est pas convaincue que l’UE porte suffisamment d’attention aux critiques contenu dans le dit rapport et exprime leur crainte dans l’ incapacité de couvrir efficacement les risques en Afrique subsaharienne, ce qui jetterait qui plus est le discrédit sur l’aide au développement de l’UE. La réticence de l’exécutif européen, surtout de ses hauts représentants, à collaborer à cette enquête indigne les parlementaires Britannique qui l’on notifier dans la lettre ci-dessus citée.

Les parlementaires Anglais indiquent clairement dans la lettre qu’ils ont adressé au commissaire au développement comme nous le signalons ci-dessus que l’attitude de la Commission ne reflèterait point le degré d’importance qu’elle attache au sujet. La commission de la chambre des Lords Britannique qui plus est atteste par cet état de fait que ce thème a disparu de la scène politique et que ni les États membres ni la Commission ne jouent un rôle de coordination efficace dans la supervision et la direction stratégique de la politique WASH [dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène].Cette lettre dont les Afriques s’en est procuré une copie sonne comme l’effet d’une bombe a retardement qui embarrasserait tant les donateurs Européens que les Gouvernements Africains bénéficiaires de ce programme surtout à une période où l’Europe est confrontée à une crise conjoncturelle; ce qui sans nul doute va remettre au centre la question de la gestion de l’aide au développement par les ONG locales afin de s’assurer des affectations rationnelles des ressources mobilisées pour les projets bien déterminer . c’est à juste titre que l’une des recommandation de la commission des parlementaires de la haute chambre du parlement Anglais à été d’exhorté la commission de l’UE à collaborer avec les communautés locales en établissant des partenariats plus étroits avec les ONG et s’insurge du fait que l’UE pose toutefois un obstacle à cette demande : elle privilégie les grandes organisations et les gouvernements jadis corrompus.

Les conclusions de la Cour de Compte Européenne inquiètent la commission parlementaire britannique : la plupart des projets WASH ne sont pas viables sur le plan financier. Un porte-parole de la commission européen avait admis devant la commission qu’« une compréhension basique des moyens de financements des projets » n’était pas garantie dès le départ. Le problème n’a pas « requis toute l’attention voulue ».pouvait-on lire dans les colonnes EurActiv.com

Par ailleurs en réaction à ce pavé dans la mare jeté par les parlementaires Britanniques, la Commission européenne de son côté réfute les accusations de la Chambre des Lords,en indiquant que « Depuis 2004, le soutien de l’UE a permis à 68 millions de personnes [dont 39 millions en Afrique subsaharienne] d’avoir accès à l’eau et à 23 millions [16 millions en Afrique subsaharienne] de bénéficier d’installations d’hygiène améliorées. »

Cependant, la commission admet néanmoins qu’il y a toujours matière à amélioration; ainsi, Il est important de souligner que l’UE met tout en œuvre pour prendre en compte les critiques de la Chambre des Lords. Nous indique une source proche du dossier qui nous fait remarquer que l’action mené par les partenaires européens dans les domaines de l’eau et de l’assainissement contribue davantage à ceux le plus dans le besoin. »

La Commission de l’UE aurait au regard de tout ce qui précède décidé en outre de revoir ses systèmes de surveillance interne et externe afin de mieux contrôler l’avancée des travaux et de garantir l’efficacité de l’aide dans les domaines sus mentionnés qui font souterrainement polémiques en Europe.

 

Rodrigue Fénelon Massala
Oeildafrique.com

 

Fénelon Massala

Fénelon Massala

Journaliste, Grand Reporter.


Tags assigned to this article:
afriqueAngleterredéveloppementUK

Related Articles

Sud Soudan: Salva Kiir et Riek Machar sommés de former un gouvernement d’union dans 45 jours

 [GARD align= »center »] Le dialogue entamé en début du mois d’août à Addis Abeba par le Président sud soudanais Salva Kiir

Attentat terroriste: explosions dans l’aéroport de Bruxelles-Zaventem et dans le métro

[GARD align= »center »] L’essentiel Une double déflagration s’est produite vers 8 heures mardi matin, dans le grand hall de l’aéroport de

Miss Monde 2012 : les finalistes du concours Miss Top Model sont…

Qui succèdera à la Vénézuélienne Ivian Sarcos, élue Miss monde en 2011 ? C’est la question que se pose chaque

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*