Les secteurs qui recrutent en Afrique

Les secteurs qui recrutent en Afrique

Selon les experts du FMI et de la banque mondiale, l’Afrique serait le futur eldorado et son entrée depuis peu dans la mondialisation a permis l’émergence d’une classe moyenne dans plusieurs pays du continent.

L’apparition d’une nouvelle classe sociale en Afrique suscite aujourd’hui un développement rapide de plusieurs secteurs d’activité tel que les télécoms, les produits de grandes consommations, l’agroalimentaire, la banque, la distribution. Effervescence qui suscite un besoin croissant de main-d’œuvre et de techniciens qualifiés. Pour ainsi dire que l’avenir de l’emploi en Afrique est alors plus que prometteur.

Selon le cabinet britannique, Robert Walters, les Africains trouveraient plus de travail dans les industries extractives. Ce secteur à un besoin croissant de profils de techniciens tels que des ingénieurs dotés d’une expertise aiguë ou des chefs de projet hautement qualifiés. Cette tendance s’observe plus en Afrique subsaharienne et en Afrique centrale, où de nombreux projets d’exploitation de mines ont été amorcés. L’Afrique australe, zones d’avenir depuis les récentes découvertes de gaz au large du Mozambique serait très propice à l’emploi. L’Afrique subsaharienne telle que la Côte d’Ivoire, le Sénégal ou le Gabon recrute activement aussi dans ces secteurs de l’industrie extractive.

L’industrie agroalimentaire, actuellement en forte croissance sur le continent offre tout particulièrement plusieurs emplois aux candidats dans les domaines de la vente et du marketing (business développement, responsables marketing, chefs de vente) ainsi qu’en direction technique (directeur d’usine). Le fort développement dans le domaine des BTP, de l’hôtellerie et du tourisme entraîne une demande soutenue de directeurs opérationnels et de DAF. Enfin, dans le secteur des services, qui se développe très rapidement en Tunisie au Maroc, notamment dans la finance, l’assurance, les ressources humaines, il y a un fort besoin de conseils juridiques et fiscaux.

Déficit de compétences locales : encourager le retour des membres de la diaspora.

Le continent Africain de manière générale, est en pénurie accrue de compétences locales. Cette pénurie est d’autant plus criante dans les secteurs sur-cités en pleine croissance, nécessitant des personnes pour accompagner leur déploiement. Ce qui dit qu’il faut désormais encourager le retour des membres de la diaspora capable de combler cette pénurie.

Suivant l’exemple des dragons d’Asie du sud-est, l’Afrique devrait désormais se tourner vers sa diaspora pour résorber la pénurie de compétences locales mais surtout garanties du travail pour cette diaspora qui ne demande qu’à venir prendre sa place dans le développement de la mère patrie.

 

Fulbert KOFFI
Abidjan / Oeil d’Afrique

Fulbert Koffi

Fulbert Koffi

Journaliste Oeil d'Afrique, basé à Abidjan (Côte d'Ivoire), spécialiste des dossiers politiques et sociaux culturels.


Tags assigned to this article:
afriqueéconomieemploi

Related Articles

Un expert sénégalais invite les africains à revoir la Journée de la Femme en Afrique

[GARD align= »center »] Le docteur Kane propose de réfléchir sur un évènement africain pour remplacer la journée internationale de la femme.

Le Franc CFA, instrument de coopération ou de domination

Vendredi 5 octobre 2012, 15 pays de la zone franc se réunissent à Paris pour célébrer 40 ans de coopération

Banques Albert Essien remporte le prix du Banquier africain 2015

Le directeur général du groupe Ecobank, Albert Essien, a remporté le 28 mai dernier le prix du Banquier africain de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*