L’ex prémier ministre de Gbagbo demandeau gouvernement d’élargir la liberté à tous les détenus

L’ex prémier ministre de Gbagbo demandeau gouvernement d’élargir la liberté à tous les détenus

L’ex Premier ministre de Laurent Gbagbo pendant la crise post électorale, le Pr Aké N’gbo au nombre des détenus pro-Gbagbo mis en liberté provisoire jeudi par le chef de l’Etat ivoirien, a ‘’supplié’’, le gouvernement à élargir cette liberté, à tous ceux qui sont encore ‘’privés de leur liberté surtout en cette fin d’année’’.S’exprimant au nom de ses camarades, samedi à son arrivée à Abidjan, le Pr Aké N’gbo a remercié les autorités ivoiriennes, notamment le président Alassane Ouattara pour leur avoir accordé la liberté provisoire.

‘’Aujourd’hui est un jour particulier. J’aimerais profiter de cette occasion pour dire merci à tous ceux qui ont participé à notre libération notamment le président Alassane Ouattara, tout le gouvernement en particulier le ministre d’Etat Ahmed Bakayoko et celui de la justice », a-t-il déclaré.

‘’Je voudrais remercier la direction des partis politiques en Côte d’Ivoire. Je voudrais faire un clin d’œil à tous ces amis qui ont contribué à travers leur prière à notre libération » a poursuivi le Pr Aké N’gbo.

Le président de Cap Unir pour la démocratie et le développement (CAP-UDD), Gervais Coulibaly, par ailleurs ex porte parole de Laurent Gbagbo a exprimé la disponibilité des autres partisans de l’ancien Chef de l’Etat qui jouissent encore de leur liberté d’aller et de venir, à poursuivre les négociations avec le gouvernement en vue d’obtenir la libération des autres détenus.

‘’Nous continuons de négocier avec le gouvernement pour la libération des autres. Nous donnons l’assurance au gouvernement qu’à chaque fois qu’il aura besoin d’eux, ils seront là » a-t-il déclaré.

Aké N’gbo et ses camarades ont été accueillis dans un grand hôtel de Cocody, le quartier des ambassadeurs.
Sur les huit libérés, seulement quatre d’entre eux sont arrivée à l’hôtel Ivoire en provenance du Nord où ils étaient incarcérés depuis la chute de Laurent Gbagbo en avril 2011.

Le Pr Aké N’Gbo ex-Premier ministre de Laurent Gbagbo, l’ex ministre de l’économie et des finances de Laurent Gbagbo pendant la crise post électorale, Désiré Dallo, le syndicaliste Mahan Gahé et Gnahoua Zibrabi sont les quatre personnes arrivées à Abidjan.

Les quatre autres, à savoir le chef milicien du grand ouest Maho Glofiéhi, l’ex ministre de la santé de la lutte contre le SIDA Christine Adjobi, le Commandant Doua Kouassi et l’ancien ministre de la fonction publique Jean Jacques Béchio, explique-t-on, sont déjà sur place à Abidjan, dans la capitale économique ivoirienne.

Ils étaient incarcérés pour certains à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) et pour d’autres dans des cliniques en train de suivre des soins.

Plusieurs proches de Laurent Gbagbo ont été mis aux arrêts aux lendemains de son arrestation le 11 avril 2011, face à son refus de céder le pouvoir à son challenger Alassane Ouattara, vainqueur de la présidentielle du 28 novembre 2010.

Laurent Gbagbo est lui-même détenu à la Haye où la Cour pénale internationale entend organiser le 19 février prochain l’audience de confirmation des charges contre lui. Il est soupçonné de crime contre l’humanité de façon indirecte.

Simone Ehivet Gbagbo à Odienné dans le Nord Ouest, Pascal Affi N’guessan et Michel Gbagbo à Bouna dans le Nord Est et d’autres cadres du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de M. Gbagbo, restent pour l’instant en prison.

Le président Alassane Ouattara avait annoncé fin novembre lors de sa tournée dans l’Est de la Côte d’Ivoire des mesures pour le bon déroulement de la réconciliation en Côte d’Ivoire.

Cette mise en liberté provisoire intervient au moment un tribunal ghanéen a reporté au 17 janvier prochain, l’examen de la demande d’extradition de Justin Koné Katinan, le porte parole en exil de l’ex président ivoirien, Laurent Gbagbo.

M. Koné Katinan était pendant la crise post électorale, le ministre du budget de Laurent Gbagbo. Il est recherché par les nouvelles autorités ivoiriennes pour crimes économiques.

Avec APA

 

 

 

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoirejustice

Related Articles

La crise malgache a-t-elle trouvée une solution aux Seychelles ?

Les efforts de Jacob Zuma, le Sud-Africain, et de James Mitchel, le Seychellois, n’auront servi à rien ; la deuxième rencontre

RDC: Paris craint le risque des trafics d’armes

Les affrontements en cours entre l’armée congolaise et les mutins offriraient une opportunité aux différents marchands d’armes. Le ministère français des

Présidentielle 2016 au Bénin: des candidatures qui se précisent

Le Bénin avance à grand pas vers l’élection présidentielle de 2016. Les candidats potentiels à ce scrutin se dévoilent au

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*