Libéria:Un militant écologique appelle l’UE à sanctionner les Etats qui encourage l’exploitation illégale des forêts

Libéria:Un militant écologique appelle l’UE à sanctionner les Etats qui encourage l’exploitation illégale des forêts

[GARD align= »center »]

Un engin prêt à transporter des grumes provenant de la forêt équatoriale en RDC

Un engin prêt à transporter des grumes provenant de la forêt équatoriale en RDC

Face à l’exploitation illégale des forêts en Afrique, le militant écologiste libérien, Silas Kpanan’ Ayoung Siakor a demandé vendredi à l’Union européenne (UE) de rappeler ses Etats membres à l’ordre et de prendre des mesures contre ceux qui n’ont pas mis en œuvre le règlement européen contre l’exploitation illégale des forêts en Afrique.

En effet, huit États membres de l’UE tardent à entreprendre la transposition du règlement européen contre l’exploitation illégale du bois. Dix autres, dont la France, en sont au stade des projets de loi, et la moitié des pays membres n’ont prévu aucune sanction dans le cas où du bois issu d’exploitations illégales entrerait sur le marché européen.

Ces informations sont données par l’organisation écologiste Client Earth. Silas Kpanan’ Ayoung Siakor, lauréat 2006 du prix Goldman de l’environnement de l’Institut de développement durable, estime que ce problème devrait être traité « de toute urgence ».

« L’UE doit prouver son sérieux dans la manière d’aborder le problème et il est important de prendre des mesures contre les États membres qui ne respectent pas leurs obligations juridiques, a-t-il déclaré. Cela montrera que l’UE ne tente pas seulement de faire en sorte que les pays tiers suivent la réglementation, mais aussi qu’elle garantit que ses propres États membres s’y conforment réellement.», a déclaré Silas Kpanan’ Ayoung Siakor.

En 2006, Silas Kpanan’ Ayoung Siakor a réussi à prouver que le président libérien de l’époque, Charles Taylor, exploitait les bénéfices tirés de l’exploitation forestière illégale pour financer une guerre qui a duré quatorze ans. Suite à la publication de son enquête, le Conseil de sécurité des Nations unies avait interdit l’importation de bois libérien.

Pour le militant libérien, la non-conformité des Etats européen au règlement relatif au bois enverrait « un très mauvais message » aux gouvernements africains. « Cela saperait le message officiel de l’UE qui consiste à dire qu’elle essaie de réduire l’exploitation illégale et risquerait de provoquer une augmentation de la déforestation. Les dirigeants politiques se tourneraient vers des gens comme nous et diraient : “Regardez ! Même l’UE ne considère pas qu’il est nécessaire d’agir contre l’exploitation illégale”. », a-t-il soutenu.

Les huit pays qui ont transposé le règlement sur le bois dans leur législation nationale sont : l’Allemagne, l’Autriche, Chypre, la Croatie, le Danemark, le Luxembourg, le Portugal, la République tchèque, le Royaume-Uni et la Slovénie. Huit autres ont rédigé des projets de loi sans les adopter : la Belgique, la Bulgarie, la Finlande, la France, l’Irlande, la Pologne, la Roumanie et la Suède.

[GARD align= »center »]

L’Estonie, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, la Hongrie, la Lituanie, Malte et la Slovaquie n’ont rien entrepris en la matière. Les Pays-Bas ont mis en place un système temporaire et la Lettonie n’a pas voulu prendre part à l’enquête.

Le règlement en question devrait dissuader les pays d’exporter du bois exploité illégalement. Des négociations seraient en cours en Indonésie et en République démocratique du Congo, en vue de mettre en place des accords dans ce sens.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
afriqueBoisliberiaUE

Related Articles

Centrafrique: Djotodia veut suspendre la Constitution et légiférer par ordonnances

Le chef de la rébellion centrafricaine Séléka, Michel Djotodia, qui a pris le pouvoir à Bangui dimanche, a annoncé qu’il

Les secteurs qui recrutent en Afrique

Selon les experts du FMI et de la banque mondiale, l’Afrique serait le futur eldorado et son entrée depuis peu

Un homme soupçonné d’avoir acheté un bébé pour le vendre en Afrique du Sud

Un homme soupçonné d’avoir acheté un bébé à une mineure en 2010 pour le vendre en Afrique du Sud devait

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*