L’opposition sénégalaise se regroupe au sein de la plateforme « Wallu Sénégal » pour secourir le pays

[GARD align= »center »]

Image d’archive - La ville de Dakar |© DR

Image d’archive – La ville de Dakar |© DR

A la suite de la révocation de l’inspecteur des impôts et domaines du Sénégal, Ousmane Sonko, leader du parti Pastef-Les Patriotes, l’opposition politique a décidé de se regrouper au sein de la plateforme «Wallu Sénégal = secourir le Sénégal» pour faire face au pouvoir en place.

En riposte à ce limogeage, «Wallu Sénégal» a appelé à descendre dans la rue pour la défense la démocratie et les valeurs de la République. « Conscient que le combat ne pourrait se gagner en solo », ce regroupement a été mis en place dans un contexte politique marqué par des tensions politiques favorisées par de chauds dossiers tels que le fichier électoral, la radiation d’Ousmane Sonko de la fonction publique, l’affaire Aida Ndiongue entre autres.

Les leaders de l’opposition sont bien décidés à croiser le fer avec Macky Sall, le président sénégalais, qui a pris un décret radian Monsieur Ousmane Sonko, inspecteur des impôts et domaines « sans suspension des droits à pension pour manquement à l’obligation de discrétion professionnelle ».

Cette décision de révoquer Ousmane Sonko a mis en colère des membres de la société civile. Seydi Gassama, secrétaire général d’Amnesty international Sénégal considère la mesure comme une «tentative de liquidation professionnelle d’un prochain adversaire politique». Pour lui, si l’État du Sénégal décide de radier puis envoyer Ousmane Sonko en prison, ce dernier, dit-il, « deviendra un prisonnier d’opinion».

Après cet évènement, une réunion qui a regroupé plusieurs responsables de l’opposition, Déthié Fall (Rewmi), Abdoul Mbaye (Act), Ousmane Sonko Rechercher Ousmane Sonko (Pastef), Oumar Sarr (Pds), Mamadou Diop Decroix (Fpdr), Mamadou Lamine Diallo (Tekki), Malick Gakou (Grand Parti), Diallo Diop (Rnd) et des responsables syndicaux, la plateforme des forces démocratiques et citoyennes du Sénégal, a accouché du regroupement politique « Fdc/Wallu Sénégal ».

Cette structure qui regroupe partis politiques, mouvements citoyens et « des personnalités soucieux du devenir du Sénégal » entend faire plier le président de la République, Macky Sall, et patron de l’Apr, dont les agissements menacent, disent-ils, la pérennité de ladémocratie. Ils se fixent comme objectif de venir à bout du président Macky Sall dès les prochaines échéances électorales.

« L’action de la Fdc doit viser la mobilisation des Sénégalais à travers une marche nationale pour la défense la démocratie et les valeurs de la République qui se tiendra le samedi 1er octobre 2016 à Dakar. Dans la perspective de cette manifestation, une vaste campagne d’information et de sensibilisation sera lancée en direction des populations et une tournée d’une semaine à dix jours des leaders dans les 45 départements sera aussi effectuée auprès des populations de base», rapporte un communiqué.

« Nous sommes prêts à engager toutes nos forces pour obtenir le respect des libertés publiques comme celles de manifestation et d’accès aux medias publics. Nous exigeons aussi la restauration d’un processus électoral crédible et fiable. Sur ce, on veut aussi l’arrêt du pillage des ressources du pays, de la persécution des lanceurs d’alertes et le retour à la transparence », ont déclaré les partis signataires de la plateforme.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
oppositionWallu Sénégal

[fbcomments]

Related Articles

Niger: vote lundi au Parlement sur l’envoi de troupes au Nigeria contre Boko Haram

Le Parlement du Niger se réunira lundi pour voter l’envoi de troupes au Nigeria afin de lutter contre le groupe

Nigeria: l’ancien président Obasanjo quitte le parti au pouvoir

L’ancien président Olusegun Obasanjo a quitté sur un coup d’éclat lundi soir le parti au pouvoir au Nigeria, dont il

Après sa mise en liberté provisoire, Affi N’guessan appelle à la libération de Laurent Gbagbo

Quarante huit heures après sa mise en liberté provisoire, le Président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’guessan a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*